La CNU menace le gouvernement

Paru ce soir dans Le Monde
« Valérie Pécresse et Xavier Darcos, qui se sont déjà disqualifiés comme interlocuteurs par le mépris qu’ils ont manifesté à notre communauté, doivent partir », estime la Coordination nationale des universités (CNU) dans un communiqué adopté lundi 23 mars, en fin de soirée. « Mais au-delà de ces deux ministres, le gouvernement doit savoir que s’il n’entend pas notre colère, c’est sa légitimité même qui sera très bientôt mise en question », ajoute la CNU.

La Coordination demande au « gouvernement [de] s’engager sur l’abrogation de la loi LRU et du pacte pour la recherche, avant que l’état de désordre actuellement installé dans l’université ne soit irréversible, avant, tout simplement, qu’il ne soit trop tard ». Pour sortir de la crise, la CNU rappelle les « conditions incontournables » exigées : le retrait du décret statutaire, le retrait du décret sur la mastérisation, le retrait du contrat doctoral unique, l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche ainsi que des engagements clairs en matière d’emploi statutaire.

La CNU affirme qu’elle refuse les finalités des réformes et de l’orientation générale de la politique éducative, universitaire et de recherche suivie depuis 2006/2007, qui entraînent, selon elle, « la dégradation programmée des contenus disciplinaires, de la culture générale et des humanités », « la destruction de la fonction publique d’Etat dans l’enseignement » et la libéralisation du marché de l’enseignement supérieur et de la recherche. « La communauté universitaire mesure parfaitement l’importance de ces enjeux et prendra toutes ses responsabilités pour défendre jusqu’au bout la tradition de liberté dont elle est l’héritière », affirme la CNU. »

Publicités

Amiens bloquée

Aujourd’hui, plusieurs sites sont bloques: l’UFR Sciences, l’UFR Arts, et le « Campus » (UFR Lettres, UFR langues, UFR histoire, UFR Sciences humaines et sociales).
Seul le site ‘cathedrale » (UFR droit-sciences politiques et UFR eco-gestion) n’est pas a l’heure actuelle bloque par les etudiants, car la greve enseignants chercheurs y a ete particulierement suivi jusqu’a la semaine derniere (et encore maintenant!)
L’actualite de nos mobilisations, avec notre agenda (entre autres manif paris mardi 24 mars, ronde des obstines et happenings en centre ville jeudi 26 mars, …) est toujours visible sur http://upjvmobilisation.blogspot.com
avec un programme d’universite populaire qui continue pour la 5eme ou 6eme semaine deja!

Le Havre reconduit la grève et le printemps des chaises.

Compte rendu du jour:
_ Assemblée Générale de l’établissement: les votes:
_ reconduction de la grève: 464 pour, 61 contre et 70 abstentions
_ opération printemps des chaises: 299 pour, 183 contre et 137 abstentions

Programme:
_ Mardi 24 mars: Journée de mobilisation nationale avec « Nuit de l’université »
07h00, Printemps des chaises
10h00, Action coup de poing, rendez-vous sur l’esplanade de l’université
17h00, Rassemblement sur l’esplanade de l’université
18h00, Conférence d’Albert Jacquart
20h00, Barbecue (Ramenez vos grillades et vos boissons!!!)

_ Mercredi 25 mars:
10h00, Action coup de poing, rendez-vous sur l’esplanade de l’université

_ Jeudi 26 mars:
10h00, Action coup de poing, rendez-vous sur l’esplanade de l’université
14h00, Assemblée Générale de l’établissement, amphi Manneville, UFR des Sciences et Techniques

_ Mardi 31 mars:
Manifestation de droite

Reims : blocage reconduit et remise publique de démissions le 25 Mars

1) MOTION AG PERSONNELS URCA (Université de Reims-Champagne-Ardenne)
L’AG des personnels du Campus Croix Rouge [LSHS] réunie le lundi 23 Mars réaffirme sa détermination à obtenir satisfaction au sujet des revendications portées par le mouvement universitaire concernant les réformes en cours.
Elle appelle à une mobilisation massive pour la journée d’action nationale, le mardi 24 mars, journée de convocation du CTPU qui examine la pseudo-réécriture du décret sur les enseignants-chercheurs et le décret CNU. Elle appelle ce même jour, 24 mars, à une journée « campus mort » entraînant la cessation totale de toute activité administrative, pédagogique et scientifique. Elle invite, ce même jour, les personnels et les étudiants à participer au rassemblement (ronde des obstinés) à 10 h fontaine Subé, place Drouet D’Erlon.
Elle appelle à tout mettre en œuvre pour la réussite de la remise publique des démissions à la Présidence prévue le mercredi 25 mars à 12h et à une AG des personnels à 14h au Campus Croix Rouge pour décider des modalités de poursuite du mouvement.
Elle exige enfin que la Présidence envisage, dans le cadre du CEVU, une mise à plat sereine des conditions d’évaluation du semestre, dans le respect des propositions qui remonteront des unités de formation et des départements dans les jours ou les semaines à venir.
Unanimité moins 2 contre et 4 abstentions
———————–
2) L’assemblée générale du Campus Croix Rouge du 23 mars 2009, a procédé à un vote avec liste d’émargement (1108 votants, 653 pour le blocage, 455 contre le blocage). Le blocage est reconduit jusqu’à la prochaine assemblée générale qui se tiendra le 25 mars à 12 heures. L’accord concernant les M2, la formation continue, les préparations aux concours et l’administration n’a pas été remis en question.
[Le vote a été exemplaire, sans tension, il a quand même duré près de deux heures (les personnels n’ont pas participé à ce vote)]

MOTION de l’AG collective :
L’AG appelle à la poursuite et à l’amplification de la grève. Elle demande à l’ensemble des organisations syndicales de l’enseignement supérieur de s’adresser à toutes les confédérations pour construire la grève générale jusqu’à satisfaction des revendications car les attaques sur l’université s’inscrivent dans une offensive globale du gouvernement. Les travailleurs antillais nous ont montré la voie après une lutte longue, difficile mais victorieuse. Elle demande à l’ensemble des organisations syndicales de préparer au plus vite une manifestation centrale massive à Paris.
———————–
Ce matin, lors de la séance d’ouverture des 4èmes assises Recherche et entreprises organisées par la région Champagne-Ardenne au Palais des Congrès de Reims, une dizaine d’enseignants-chercheurs a distribué des tracts sur la mobilisation universitaire.
Après avoir évoqué cette mobilisation universitaire,J. Meyer, VP recherche du Conseil Régional, qui présidait la séance d’ouverture, a proposé à deux enseignants-chercheurs (1 du campus sciences et 1 du campus Croix Rouge) d’intervenir sur ce sujet.
——————— RAPPEL CALENDRIER :
MARDI 24 MARS : journée d’action nationale
– rassemblement devant le CTPU
– journée « campus mort » et rassemblement (ronde des obstinés) à 10 h fontaine Subé, place Drouet D’Erlon.
MERCREDI 25 MARS
– 12 H : remise publique des démissions à la Présidence
– AG des personnels à 14h au Campus Croix Rouge
– 12 H : AG étudiante

Mody, travailleur sans-papiers de l’université Paris XI

Mody, travailleur sans-papiers de l’université Paris XI, est menacé d’expulsion.
Il est depuis 15 jours au centre de rétention de Vincennes et ce pour les 2 semaines à venir.
vous pouvez le soutenir et aider à sa régularisation, en signant la pétition en ligne :
http://www.csp-lesulis.org/petition_mody/?petition=2

Pour le moment, le consulat du mali refuse de lui délivrer de laisser passer consulaire. donc on espère le revoir bientôt revenir parmi nous.

Le Président de l’Université de Perpignan vient de décider de la supension de tous les cours jusqu’au 28 mars inclus.

perpignan

Communiqué du matin de la 7ème CNU (Strasbourg, 23 Mars)

Voici le texte du premier communiqué de la coordination nationale réunie en ce moment même à Strasbourg.

« Alors que depuis 2 mois, l’université et la recherche sont en grève, le gouvernement n’a réagi que par le mépris, les manoeuvres et la répression. Il n’a donné satisfaction à aucune de nos revendications, faisant de l’enseignement supérieur et de la recherche un des laboratoires de sa politique destructrice de l’éducation nationale et de la fonction publique.
La CNU prend à témoin l’opinion publique de l’attitude du gouvernement et de son refus d’offrir les conditions nécessaires à l’ouverture de réelles discussions. Valérie Pécresse a une nouvelle fois montré son mépris ce matin sur France 2 en sommant les universitaires d’organiser le rattrapage des cours. Cette surdité fait ainsi porter l’entière responsabilité de la radicalisation du mouvement sur le gouvernement. Nous ne demandons pas à Valérie Pécresse et à Xavier Darcos de reculer mais d’avancer en retirant leurs projets. Tous dans la rue les 24 et 26 mars ! »