Motion AG des enseignants de Nancy 2 du 16 JUIN 2009

Cette motion accompagne la levée de la rétention des notes à Nancy 2 (encore 122 signataires vendredi dernier avec un ultimatum fixé au 15 juin).

======
*Non à la destruction programmée de l’Université, *

*Oui à une Université démocratique, laïque, gratuite, ouverte à tous, soucieuse de réduire les inégalités sociales, indépendante des pouvoirs politique et économique*

Réunis en Assemblée générale le 16 juin 2009, les enseignants et enseignants-chercheurs de l’Université Nancy 2 réaffirment une nouvelle fois leur rejet des réformes conduites tambour battant dans l’enseignement supérieur depuis l’adoption de la loi LRU.
Sans concertation véritable avec les instances représentatives, sans considération aucune des innombrables manifestations et expressions collectives du rejet massif des « réformes » en cours, au mépris des principes pourtant affichés de « négociation » et de « participation », usant de manœuvres antidémocratiques pour faire diversion et désinformer le grand public sinon lui faire peur, le gouvernement a montré qu’il entendait bien faire passer en force ses orientations et ses choix libéraux, à la fois sur le statut des enseignants-chercheurs, sur le contrat doctoral unique, sur la mastérisation, sur le financement des universités, sur le démantèlement des organismes de recherche et, en définitive, sur la destruction programmée de l’Université.
Ayant engagé et soutenu de nombreuses actions depuis novembre dernier (non remontée des maquettes de masters, journées de grève, manifestations de rue, conférences en lutte, ronde des obstinés, etc.), en coordination quand cela a été possible avec les étudiants mobilisés, l’AG des enseignants-chercheurs appelle à présent – au vu des choix politiques réitérés du gouvernement en matière d’éducation et d’enseignement supérieur, à la lumière de la conception de l’exercice politique du pouvoir telle qu’elle s’est révélée depuis plusieurs mois – à la consolidation de la mobilisation des personnels et à l’organisation d’une véritable résistance pour « sauver l’Université ».
L’AG appelle plus spécifiquement tous les personnels – BIATOS, chercheurs et enseignants – à lutter par tous les moyens appropriés contre les dispositifs et les mesures qui conduisent, tant au niveau des principes qu’au plan des situations professionnelles concrètes à la mise en œuvre d’une concurrence généralisée des personnels.

A ces fins, l’A.G. appelle les personnels qui en éprouvent désormais la nécessité à se constituer en un Collectif permanent « Sauvons l’Université – Nancy 2 » qui restera vigilant et mobilisé de façon solidaire avec l’ensemble des étudiants, enseignants-chercheurs et personnels des universités contre ces réformes et celles à venir inscrites dans le cadre de l’élargissement des responsabilités et compétences prévu au titre du déploiement de la LRU. Il reviendra tout autant à ce collectif d’analyser les principaux problèmes que nous rencontrons et de travailler en vue de constituer une force de propositions – à tous les échelons possibles et sous toutes les formes qui apparaîtront nécessaires.

L’AG appelle à renforcer l’action collective initiée sur le plan du rejet par anticipation de la modulation des services des enseignants-chercheurs dès l’an prochain, notamment par le moyen de l’appel à signer massivement la pétition déjà en circulation.

Rappel du site : http://nancy-luttes.net/petitions/?petition=4

Ce rejet par anticipation – il convient de le redire – constitue un refus catégorique à faire du service et du temps d’enseignement une variable d’ajustement qui justifie /de facto/ le non recrutement de nouveaux enseignants-chercheurs et le non remplacement de celles et ceux appelé(e)s à partir en retraite.

A brève échéance, l’A.G. invite l’ensemble des personnels et étudiants intéressés à participer à une après-midi de discussion et de bilan d’étape du mouvement, co-organisée avec le comité de mobilisation étudiant, suivie d’une soirée festive le jeudi 2 juillet sur le campus Lettres Sciences Humaines.

Dans l’immédiat, prenant acte de l’état actuel du rapport de forces au plan national, l’A.G. appelle à suspendre l’action de rétention des notes.
L’AG propose enfin d’organiser, en lien avec le comité de mobilisation étudiant, la prochaine rentrée universitaire pour accueillir et informer les nouveaux étudiants sur les réformes en cours et relancer la mobilisation sous des formes appropriées. Elle désigne à cet effet une délégation d’enseignants-chercheurs mandatés pour demander en son nom au président de l’université la programmation de journées banalisées en septembre prochain.

Motion votée à l’unanimité moins 2 voix

Environ cinquante collègues étaient présents ce matin 16 juin 2009.

Publicités

Quand le président de Nancy 2 relance le mouvement…

A Nancy 2, le président avait décidé lundi soir de soumettre ce mercredi les étudiants du campus lettres et sciences humaines (bloqué depuis fin mars) à la question suivante.
————
« Approuvez-vous ce plan d’organisation de la fin de l’année universitaire 2008-09 ? »

  1. Reprise impérative des cours le 11 mai pour une durée de 4 semaines (du 11 mai au 6 juin)
  2. Organisation d’une semaine de révision du 8 au 13 juin
  3. Tenue des examens du 15 au 27 juin
  4. Tenue des délibérations début juillet
  5. Organisation de la session de rattrapage des deux semestres début septembre.
————-
Seuls les étudiants étaient conviés à ce vote, les enseignants et les BIATOS étant spectateurs. Avec, très certainement, cette idée très répandue en tête que le blocage n’est le fait que de quelques extrémistes, que la grande majorité silencieuse souhaite reprendre les cours et passer les examens (ce qui, d’ailleurs n’est pas forcément faux).
Résultat du vote de ce jour.
Inscrits : 6723
Suffrages exprimés 1553
soit un taux de participation de 23%
OUI : 662 voix (soit 42,63%)
NON : 891 voix (soit 57,37%)
le NON l’emporte.
Voilà donc le président qui, d’une certaine façon, relance le mouvement. Et un résultat bien difficile à analyser puisqu’il est bien difficile de dire à quoi les étudiants ont dit NON. A la reprise des cours ? Au plan prévu ? Ainsi, parmi les échos qu’on a pu avoir, certains étudiants ne souhaitent pas avoir des cours en juin, ou passer des examens en septembre, ce qui ne signifie pas qu’ils ne souhaitent pas reprendre les cours, passer des examens, etc. Simplement, ils ne souhaitent pas le faire dans ces conditions.
Voilà qui apprendra donc au président à poser deux questions dans la même question…
Infos supplémentaires.
– l’AG plénière (essentiellement étudiante) n’a jamais dépassé 600 personnes. Elle oscillait plutôt entre 300 et 500 ces derniers temps. Le non est donc bien au-delà des présents à l’AG.
– L’AG des enseignants réunis ce jour a produit le communiqué de presse suivant, alors qu’on ne connaissait pas encore les résultats.
« Nancy 2 : le vote organisé par la présidence n’engage qu’elle-même
La présidence de l’Université Nancy 2 organise aujourd’hui une consultation des étudiants du campus lettres sur un calendrier de reprise des cours et d’organisation des examens pour clore le semestre et l’année universitaires.
L’AG des enseignants considère que cette consultation, qui ne répond à aucune des revendications portées par la communauté universitaire, ne l’engage en rien. En l’absence d’avancée sur ses revendications, l’AG des enseignants se réunira lundi 11 mai à 10 heures, et discutera de l’éventualité d’une reprise des cours, de la rétention des notes, de la non tenue des jurys, et d’une éventuelle grève des examens. »

Motion AG Nancy 2 : pas de validation de l’année universitaire sans retrait des décrets d’ici le 15 Juin.

Motion AG Nancy 2

« Le gouvernement continue de faire la sourde oreille aux revendications portées très largement par la communauté universitaire, sur les statuts, la formation des enseignants, les suppressions de postes, le démantèlement des organismes de recherche, la loi LRU. Nous, enseignants et/ou chercheurs de l’Université Nancy 2, réunis en Assemblée générale lundi 20 avril 2009, décidons de poursuivre notre mouvement de grève administrative (rétention des notes du premier et du second semestres, non participation aux jurys, non participation aux jurys de Bac). Si le décret sur le statut des enseignants-chercheurs et la réforme de la formation et du recrutement des enseignants n’étaient pas retirés ou annulés le 15 juin, le gouvernement nous mettrait dans l’incapacité de clôturer et de valider l’année universitaire. »

4 nppv. 2 abst. 4 contre 48 pour. (quelques procurations incluses)

L’AG a décidé de collecter les signatures individuelles sur cette motion
La prochaine AG des personnels aura lieu demain, mardi 21 avril vers 14h30-15h00, à l’issue de l’AG commune avec les étudiants.

Université de Lorraine retardée …

Les 4 CA des universités lorraines (3 à Nancy, 1 à Metz) étaient conviés à Nancy pour discuter de la mise en place de la future université de Lorraine, prévue pour 2012. La presse locale en faisait un bel article ce matin. Et patatras ! Voici que d’odieux personnages, enseignants, chercheurs et étudiants (parmi lesquels figuraient les dangereux responsables Snesup de Nancy 1, Nancy 2 et Metz) ont bloqué l’accès de la salle de réunion en répandant au sol des motions de départements et UFR, des lettres de démission administrativo-pédagogique, en chaînant l’escalier d’accès en brandissant des banderolles, en jouant une petite pièce de théâtre et en distribuant des tracts…
Bref, une belle pagaille sous le soleil nancéien qui a un peu revigoré les troupes (parce que ça fait du bien une belle action qui aboutit…) et a fâché quelques présidents.
Je vous livre le tract que nous avons distribué. Notre objectif n’était pas de nous opposer à une future université de Lorraine, mais d’interpeller les présidents pour le rappeler qu’il se passe des choses dans les établissements et qu’ils feraient bien de s’en rendre compte.
====Tract====
La réunion des quatre CA des universités lorraines de ce mardi 31 mars n’est pas opportune
OUI, construire ensemble une future Université de Lorraine est un objectif auquel nous pouvons nous associer, si tant est que cette construction s’appuie sur des principes de collégialité et de transparence.
MAIS…
Situation actuelle dans les universités
– Depuis des semaines, le gouvernement méprise les revendications d’une très grande majorité d’enseignants / chercheurs, de BIATOS et d’étudiants. Les deux contestations phares, projet de décret portant sur le statut des enseignants-chercheurs et réforme portant sur la mastérisation de la formation des enseignants, donnent lieu à de pseudo-négociations. Aucune avancée n’a réellement permis d’améliorer ces projets. Pire, par des manœuvres dilatoires, le gouvernement impose insidieusement ses contre-réformes. Quant aux autres motifs de colère des personnels et étudiants (baisse de l’allocation des moyens aux universités, généralisation de la précarité, suppression de postes, contrat doctoral unique, “désU-M-Risation” des unités mixtes CNRS / université…), ils sont carrément négligés par la ministre.
– Les présidents d’université, au lieu de soutenir fermement les personnels et les étudiants, jouent quasi-unanimement le jeu du gouvernement.
Et en Lorraine
– Comment parler d’une Université de Lorraine quand des universités sont bloquées ? (Campus Sciences – UHP, Campus Lettres et Sciences Humaines – Université Nancy 2)
– Comment penser sereinement la création d’un tel établissement quand des AG se tiennent un peu partout, quand les collègues font état de leurs inquiétudes et menacent de ne pas tenir les jurys, de démissionner des responsabilités administratives ou pédagogiques qui sont les leurs ?
– Comment les présidents peuvent-ils inviter leurs CA à tracer les contours d’une future Université de Lorraine alors qu’ils ne prennent pas la mesure de ce qui se passe dans leurs établissements ?
– Une intersyndicale très large a sollicité chacun des présidents sur la question de la mastérisation, en en faisant un préalable à la tenue de cette réunion. Nous attendons toujours les réponses.
Enfin, faut-il rappeler que cette Université de Lorraine s’inscrit dans le cadre mortifère de la loi LRU ? Ne convient-il pas d’abandonner cette loi avant de nous lancer dans ce projet ?
Il est urgent que toutes nos revendications soient entendues par nos dirigeants, ministres et présidents, et que l’accent soit mis sur la sauvegarde d’un service public d’enseignement supérieur et de recherche

C’est pourquoi nous soutenons que cette réunion des quatre CA n’est pas opportune.

FSU (SNESup Nancy 2, UHP, UPVM – SNASUB Nancy 2) – SNPREES-FO57 – UNEF-Lorraine

Univsersité de Nancy bloquée (30 Mars)

Pour info, la fac de sciences de Nancy 1 (Président JP Finance) (1er et 2ème cycles) est bloquée par les étudiants (majoritaires) et les enseignants depuis ce lundi 30 mars 7h. La Fac de lettres de Nancy 2 est bloquée depuis jeudi 26 mars.

Lettre ouverte du président de Nancy 2 à madame la ministre (13 Février)

Dans son courrier il demande « le retrait pur et simple » du projet de décret et « le report d’un an » de la réforme des IUFM

courrier-ministre-modulation-services-fevrier-09-1.pdf

Actu : Lorraine

Nancy 2 : Le CA de ce jour, qui devait étudier les maquettes de master, n’a pas eu lieu. Pour être plus exact, nous étions un certain nombre d’administrateurs (14), mais la plupart d’entre nous (9 sur 14) avons refusé de signer le PV de présence en signe de protestation contre les réformes actuelles. Nous n’étions donc, en réalité, pas là…
=> Donc, il n’y aura pas de remontée des maquettes à Nancy 2 pour le 15 février.
Je vous informe/rappelle que les CA de l’UHP (lundi) et celui de Metz (mardi) n’ont pas pu se tenir du fait, dans les deux cas,
d’envahissement du CA. Il n’y aura donc pas de remontée des maquettes de master pour le 15 février en Lorraine.