L’UFR de Philo de Paris 1 refuse la tenue des examens.

Les enseignants et étudiants de l’UFR 10 (philosophie) de Paris 1 Panthéon-Sorbonne réunis en assemblée générale ce mardi 5 mai :
1. refusent la tenue des examens jusqu’à satisfaction des revendications
(12 contre, 4 abs, 14 NPPV, 163 pour)
2. affirment qu’il est hors de question que les étudiants soient pénalisés par la non-tenue des examens, et que toutes les mesures seront prises à cet effet (2 contre, 14 abs, 5 NPPV, 172 pour)

Rappel : l’AG des enseignants de l’UFR (mardi 28 avril) a voté la poursuite de la grève (4 abs, 1 NPPV, 31 pour).

9ème coordination nationale des universités : 29 Avril

Nous vous confirmons la tenue de la prochaine coordination nationale des universités, qui sera organisée par les Universités de Paris I et Paris IV à la Sorbonne, dans l’amphithéâtre Richelieu, le 29 avril 2009, de 10h à 17 heures.
Nous vous transmettrons mercredi prochain les informations relatives à l’inscription des mandatés et au déroulement de l’assemblée.

Le comité d’organisation Paris I-Paris IV

51 démissions à Paris 1 Panthéon-Sorbonne !

Dans le contexte de la mobilisation des universitaires, les enseignants-chercheurs de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne dont les noms suivent annoncent leur démission de leurs fonctions de responsabilité administrative (indiquées plus bas). Ils demandent l’ouverture de véritables négociations sur la base proposée par la coordination nationale des universités.

Ces démissions sont effectives ce mercredi 1er avril 2009, date à laquelle la liste de l’ensemble des collègues démissionnaires à Paris 1 (toutes UFR confondues) sera transmise à la Présidence de l’université ainsi qu’au Rectorat de Paris (conformément au mot d’ordre donné par la Coordination nationale des universités). Une version régulièrement actualisée de la liste nationale des démissionnaires pourra être consultée sur les sites en ligne :
–   https://universitesenlutte.wordpress.com/category/actions/demissions-actions/
–   http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2055

Liste des 51 responsables démissionnaires (et liste des responsabilités concernées) relevant de diverses UFR à l’université Paris 1

UFR 02 – Économie
1.  Délila ALLAM. Déléguée à la mission Université pour  l’UFR 02
2.  Bernard GAZIER.  Responsable – coordinateur de la mention « Entreprises, Stratégies, Ressources Humaines » du MASTER « Economie ». Responsable du MASTER 2 Recherche « Economie des Ressources Humaines et de la protection sociale ».
3.  Sabine MONNIER. Responsable du Master 2 en alternance « Développement des Entreprises Patrimoniales ».
4.  Bernard PAULRÉ. Directeur du master 2 recherche « Economie de l’industrie et des services »

UFR 03 – Histoire de l’art et archéologie
1. Boris VALENTIN. Co-responsable du master Pro Archéologie
2. Jean-Paul DEMOULE. Responsable Master Archéologie et environnement
3. Dimitri VEZYROGLOU. Responsable du L3 Histoire du cinéma
4. Michel POIVERT. Responsable des M2 Histoire de l’art
5. Chantal DE BIASI. Responsable de l’année de L1
6. Sylvie LINDEPERG. Responsable du  Master recherche Histoire et patrimoine du cinéma
7. Stéphane GOUDET. Responsable du L2 Histoire du cinéma
8. Colette NATIVEL. Responsable de L3 Histoire de l’art.
9. Guitemie MALDONADO. Co-responsable de la L2 pour l’Histoire de l’art
10. Catherine WERMESTER. Responsable du droit/histoire de l’art L1 L2L3 M1. Responsable étudiants étrangers hors erasmus
11. Dominique PIERI. Responsable du L2 Archéologie
12. Brigitte FAUGERE. Responsable du M1 archéologie
13. Philippe MOREL. Responsable du Master 1 recherche en histoire de l’art
14. Marie BERDICOU. Responsable de la spécialité « Valorisation touristique des sites culturels » du master 2 mention tourisme
15. Serge CLEUZIOU. Responsable du M2 archéologie des périodes historiques

UFR 04 – Arts plastiques et sciences de l’art
1. Dominique CHATEAU, Responsable de la mention de Master Esthétique, arts et cultures
2. Richard CONTE. Responsable du M2 Arts plastiques
3. Françoise DOCQUIERT, responsable de la formation Métiers des Arts et de la Culture (L3, M1 et M2 Sciences et Techniques de l’Exposition)
4. Pascale DUBUS. Responsable de l’Histoire de l’art moderne en L2
5. Anne-Marie DUGUET. Responsable du M2 spécialité Arts et médias numériques
6. Bernard GUELTON. Responsable M1 arts plastiques et L3 Arts plastiques
7. Jacinto LAGEIRA. Responsable du Master 1 Esthétique
8. Pascal LE BRUN-CORDIER. Responsable du M2 Projets Culturels dans l’Espace Public
9. Agnès LONTRADE. Responsable de l’Esthétique en L3
10. José MOURE. Responsable de la mention de licence Pratique et esthétique du cinéma
11. Olivier SCHEFER. Responsable de l’Esthétique en L1 et L2
12. Maria STAVRINAKI. Responsable de l’Histoire e l’art en L1 et L2
13. Nicolas THÉLY, Responsable M1 arts et média numérique
14. Yann TOMA. Responsable d’arts Plastiques en L2

UFR 08 – Géographie
Liste des collègues démissionnaires à l’UFR de Géographie de Paris 1 (et liste des responsabilités concernées).
1. Sylvie FOL. Responsable du M1 Aménagement et Urbanisme.

UFR 10 – Philosophie
Liste des collègues démissionnaires à l’UFR de Philosophie de Paris 1 (et liste des responsabilités concernées).
1. Susana BERESTOVOY. Responsable des relations internationales à l’UFR. Responsable des enseignements d’informatique en L2 de philosophie et en L2 de Logique. Co-responsable du site Internet
2. Bertrand BINOCHE. Co-responsable du master spécialité « Histoire de la philosophie ». Responsable de la Commission de validation des acquis de l’expérience
3. Christian BONNET. Co-responsable du master spécialité « Histoire de la philosophie ». Membre de la Commission de validation des acquis de l’expérience.
4. Jean-François BRAUNSTEIN. Responsable des enseignements d’histoire des sciences en L3.
5. Dominique COUZINET. Membre de la Commission de validation des acquis de l’expérience.
6. Christiane CHAUVIRÉ. Responsable du master spécialité Philosophie contemporaine
7. Jean GAYON. Responsable du master spécialité « Logique, Philosophie, Histoire et Sociologie des Sciences » (LOPHISS)
8. Christophe GRELLARD. Responsable du budget.
9. Xavier GUCHET. Délégué de la mission université-entreprises au sein de l’UFR.
10. Chantal JAQUET. Co-responsable du master spécialité « histoire de la philosophie ».
11. Jean-Baptiste JOINET. Responsable de la licence mention Logique. Co-responsable du site Internet
12. David LAPOUJADE. Responsable des enseignements de philosophie générale en L1-L2-L3.
13. Catherine LARRÈRE. Responsable du master spécialité « Philosophie et société »
14. Anne MOEGLIN-DELCROIX. Direction du centre de philosophie de l’art (composante de l’EA « Philosophies contemporaines »).
15. Emmanuel PICAVET, responsable de la coordination des enseignements de philosophie morale et politique en Licence
16. Pierre-Yves QUIVIGER. Responsable de la bilicence droit/philosophie
17. Pierre WAGNER. Responsable du L1 de Logique. Responsable des enseignements d’épistémologie en L2

Appel à la poursuite du mouvement par un groupe d’enseignants de l’Université Paris 1

Appel à la poursuite du mouvement par un groupe d’enseignants de l’Université Paris 1

A partir de fin avril, si le gouvernement ne recule pas, nous atteindrons un stade au-delà duquel ce qui reste du semestre d’enseignement ne pourra plus être aménagé de façon à engager une période minimale de cours.
Toutes les analyses le démontrent, tous les commentaires le soulignent :
1- nous n’avons obtenu que des concessions qui ne remettent en cause ni l’esprit ni le coeur du projet de réforme du gouvernement,
2- l’obstination du gouvernement, qui est certainement à la mesure du prix qu’il attache à la mise en place de sa réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche, est coupable et, dans une certaine mesure incompréhensible : même les enseignants qui ne font pas grève sont, pour beaucoup, opposés aux réformes proposées. Une grande majorité de la communauté universitaire et des chercheurs n’accepte pas les réformes que les gouvernements successifs essaient de faire passer depuis 3 ans (c’est-à-dire depuis le Pacte pour la recherche). A aucun moment le gouvernement n’a manifesté l’intention d’ouvrir de véritables négociations. Il a préféré jouer le pourrissement.

Or la mobilisation reste intacte et l’attitude du gouvernement paraît indigne à la communauté universitaire et à une partie de l’opinion publique. Dans ces conditions, rien ne permet de justifier une reprise des cours et tout milite en faveur de la poursuite de la grève voire de son durcissement.

Nous sommes donc conduits à ne pas envisager la reprise des cours après les vacances de Pâques. Si le gouvernement souhaite que les cours reprennent, il doit apporter la preuve qu’il entend remplir les conditions minimales d’une véritable négociation et cette preuve est simple puisqu’elle a été énoncée dès la 1ère coordination nationale des universités : il doit annoncer le retrait au moins du décret sur la réforme du statut et de celui sur le projet de mastérisation. Ce sont des conditions minimales sans lesquelles rien n’est possible. Elles ont été proclamées dès le 22 janvier, et nous sommes le 6 avril.

Dès que ces retraits seront annoncés, les confédérations syndicales représentatives seront en mesure d’engager des négociations qui devront porter : (i) sur les décrets évoqués ainsi que sur le contrat de formation doctorale, la réforme du CNU et celle du CNRS, et (ii) sur les moyens (en postes et en financements) mis à la disposition de l’enseignement supérieur et de la recherche pour les trois à venir (jusqu’à la fin du quinquennat de l’actuel Président de la République).

Dès que les collègues auront pris acte de ces retraits en Assemblées générales, les cours pourront reprendre. Mais il est clair qu’au delà du début du mois de juin, le gouvernement portera seul la responsabilité d’un semestre qui, dans beaucoup d’endroits, se sera déroulé sans cours réguliers.

Dans certaines disciplines, un thème ou un programme minimal de lectures sera annoncé aux étudiants après les vacances. L’examen, s’il se tient, portera sur celui-ci.

Nous appelons les collègues à poursuivre et à amplifier le mouvement de démission des fonctions administratives. Ce qui signifie, notamment, que nous n’assurerons pas les innombrables tâches administratives que suppose l’organisation de la prochaine rentrée universitaire. La rétention des notes pourrait se poursuivre au second semestre.

Premiers signataires
un groupe d’enseignants chercheurs de Paris 1 (par ordre alphabétique)

  • Cécilia D’Ercole
  • Pascale Dubus
  • François Foronda
  • Pierre Frohlich
  • Sophie Jallais
  • Jean-Baptiste Joinet
  • Sabine Monnier
  • Bernard Paulré
  • Jean Salem
  • Maria Stavrinaki
  • Carlo Vercellone

Calendrier de l’Université Paris 1 (6-11 avril 2009)

Calendrier de l’Université Paris 1 (6-11 avril 2009) OUVERT À TOUS !

Lundi 6 avril
INSTITUT DE GÉOGRAPHIE
15h-16h30, Petit Amphi
« Les espaces, les catégories, et les priorités de la politique de la ville », Conférence-débat avec Mustafa Dikeç, professeur invité à l’Institut de Géographie, Royal Holloway, University of London.
PMF
14h-16h, Amphi H
Projection du documentaire Sicko de Michael Moore, présentée par Jean-Marie Monnier, Nadine Thèvenot, et Bruno Tinel (UFR d’économie).
SAINT-CHARLES
14h-16h, Amphi Théâtre en lutte de Sciences Po’ Soutenance de thèse de Valérie Pécresse
SORBONNE
11h-14h, Salle Cavaillès  « Je me souviens de la Sorbonne ». Séance 2 de l’Atelier autour  de « La » Sorbonne contemporaine.
Si la Sorbonne était fermée, rendez-vous devant la statue d’Auguste Comte.
13h-14h, salle Marc Bloch. Bernard Legras, professeur d’histoire grecque :  L’originalité de l’Égypte dans le monde hellénistique.
14h-16h, salle Marc Bloch. Antoine Destemberg : La grève, une invention universitaire et médiévale. Le modèle parisien des stratégies d’actions collectives (XIIIe-XVe siècles).
PARIS 1 HORS LES MURS
10h-19h : Université Paris 3 (Centre d’Asnières) Huitième Coordination Nationale des Universités
14 h : Moulin Rouge Visite-conférence avec L. Bihl et M. Bouyssy : Montmartre, fin de siècle. Rendez-vous au Métro Place Blanche, côté Moulin Rouge.
14h-17h : Marche à partir du Centre Saint-Charles. 3e SESSION Du WORKSHOP : « Promenade réaliste/promenade fiction. Les paysages étaient extraordinaires ! » Inscription : galerie.micheljourniacATclub-internet.fr // RDV à 13h45 à la la galerie de l’UFR 04 au Centre Saint Charles.
15h-16h, Place de la Sorbonne . Francis Joannes : Un grand mythe mésopotamien: la descente de la déesse Ishtar aux Enfers ou le premier strip-tease de l’Histoire.

Mardi 7 avril
PANTHÉON
10h, RV devant la salle 1 AG des personnels de l’Université Paris I
PMF
13h-15h, Amphi N Réunion pédagogique des L1 avec les enseignants d’histoire contemporaine.
14h00-15h30, IDUP (18e étage)   Mustafa Dikeç (Professeur à l’Université de Londres) :  Les Banlieues et les émeutes en France.
15h-17h, Amphi L Massimo Vitali (Comités Internationalistes) : Le choix de l’internationalisme. Troisième conférence dans le cadre d’un cycle sur l’actualité de la pensée marxiste face aux derniers événements de politique internationale, notamment la crise des relations globales et ses conséquences sociales. La Conférence sera suivie d’un débat sur “Le retour de l’État dans l’économie et sur la réforme de l’Éducation nationale”.
SORBONNE
11h-12h, Amphi Descartes Christophe Charle : Avant-gardes , modernité et politique: de Manet à la nouvelle peinture (1863-1886)
11h-13h, Salle D640 Marie-Claude Blanc-Chaléard : L’histoire des bidonvilles en région parisienne (années 1950-1970).
12h-13h, Amphi Descartes Violaine Sebillotte : Histoire antique et mythographies
14h-17h, Salle Picard Ilios Yannakakis, enseignant aux universités de Lille III et Olomouc (République tchèque), dirigeant étudiant dans les années 1960 : L’évolution des universités tchécoslovaques, 1956-1968, et héritage jusqu’à nos jours.
Conférence dispensée dans le cadre du cycle sur “Le mouvement des étudiants en Europe centrale et orientale aux XIXe & XXe siècles”, avec Antoine Marès et Alain Soubigou.
15h, Amphi Turgot Eric Vallet : Shelomo Dov Goitein et l’histoire des juifs en terre d’Islam Conférence dispensée dans le cadre du cycle “L’Orient construit par les historiens”.
PARIS 1 HORS LES MURS
9h-17h : Université Paris XI (Orsay) Deuxième réunion de la Coordination nationale des Laboratoires en Lutte
Université Paris-Sud XI, Grand Amphithéâtre de Mathématiques, bâtiment 425  (RER B, Orsay-Ville).
10 h : Place du Châtelet, près de la fontaine Visite-conférence avec F. Micheau et E. Vallet : « Paris et l’Égypte au début du XIXe siècle »
11h30 : Place de l’Hôtel de Ville Jeu de l’oie géant avec cases étudiants & enseignants et pique-nique organisés par Paris 7.
13h15 : Petit Palais Cécilia D’Ercole : « Archéologie et histoire »   Réservation : ceciliadercoleATnoos.fr
RV Petit Palais, entrée des groupes, avenue Winston Churchill, Métro Champs-Élysées Clémenceau.
13h30 : Place de l’Hôtel de ville Théâtre philosophique : lecture collective du Gorgias de Platon, proposée par l’UFR 10.
Si vous souhaitez participer, ou faire participer des étudiants à la lecture : mnbernardATgmail.com
14 h : Rendez-vous devant l’Hôtel Carnavalet Visite-conférence avec L. Depretto et G. Calafat : « Le Marais du XVIIe siècle »

Mercredi 8 avril
INSTITUT D’ART ET D’ARCHÉOLOGIE
10h, Amphi Conférence-débat de l’Institut National de Recherches en Archéologie Préventive en présence des membres du Collectif CDD INRAP d’Ile de France, et d’un CDI responsable d’opération à l’Inrap.
PMF
11h-13h, Amphi H Projection du film The Yes Men de Chris Smith, Dan Ollman et Sarah Price (2005), suivie d’une discussion avec Jean Dellemotte (sous réserve), Sophie Jallais et Carlo Vercellone (Économistes, Paris 1). Les « Yes Men », un petit groupe d’activistes, créent un faux site Internet affilié à l’Organisation Mondiale du Commerce. Leur ruse fonctionnant au-delà de leurs espérances, ils parviennent à intégrer les rangs de l’OMC, alors qu’ils sont politiquement opposés à ladite organisation. Se rendant de conférences internationales en conférences internationales, ils profitent alors de leur nouveau statut pour défendre leurs « points de vue » et égratigner les manières du libre-commerce mondial.
12h-14h, Amphi N Réunion pédagogique des L1 avec les enseignants d’histoire moderne
17h30, Amphi L Réunion-débat organisée par des étudiants de l’UEC sur les élections européennes :  « L’Enjeu des Européennes dans un contexte de crise et de luttes sociales » avec Christian Picquet (gauche unitaire), Ian Brossat (parti communiste français), Eric Coquerel (parti de gauche), Alain Tailleur (CGT Renault)
SORBONNE
9h–10h30, Centre de Recherches d’Histoire Moderne Conférence d’Alain Cabantous & Isabelle Brian : Les origines historiques du problème irlandais  (sous réserve).
11h, Amphi Richelieu (lieu à confirmer) Assemblée Générale commune du site Sorbonne, étudiants et enseignants (Paris 1 et Paris IV)
16h-17h30, Amphi  Lefebvre Rémy Caveng : « Vers un salariat (néo)libéral ? Précarisation et régime de mise au travail (1) : la déstabilisation des normes d’emploi », cours alternatif de sociologie du travail.
PARIS 1 HORS LES MURS
8h-10h, métro Cluny-La Sorbonne Frédéric Fruteau de Laclos : Valeurs de la science.
14h & 16h30 : Marche à partir du Centre Saint-Charles (horaires sous réserve de la manifestation) Gustavo Ciriaco & Andrea Sonnberger : Here whilst we walk-Paris  (durée 1h15). Inscription : galerie.micheljourniac@club-internet.fr
RDV à 13h45 à la la galerie de l’UFR 04 au Centre Saint Charles.
14h-15h, itinéraire encore inconnu. MANIFESTATION INTERSYNDICALE “DE LA MATERNELLE À L’UNIVERSITÉ”.

Jeudi 9 avril
INSTITUT DE GÉOGRAPHIE
11h, Grand Amphi Projection-débat proposée par Mustafa Dikeç, professeur invité à l’Institut de Géographie, Royal Holloway, University of London : « Enfermement et espaces d’exception : du Panoptic à Guantanamo » ; projection du documentaire Calais, la dernière frontière.
15h, salle 106 « Des SIG libres… ». Atelier SIG ouvert à tous proposé par Joël Boulier (venir avec son ordinateur portable si possible).
SAINT CHARLES
10h30, 14h, 16h30 :  Marche à partir du Centre Saint-Charles   Gustavo Ciriaco & Andrea Sonnberger : Here whilst we walk-Paris (durée 1h15). Inscription: galerie.micheljourniac@club-internet.fr RDV 15 M avant le début de chaque marche à la galerie de l’UFR 04 au Centre Saint-Charles.
11h -13 h, Amphi Olivier Schefer : Zombies, monstres politiques.
14h-16h, Amphi Nadia Jacoby : La Crise : quelles réponses politiques ?
16h-17h, Amphi Concert LIBSO, French song
17h-18h, Amphi Concert Punk : IN VINASSE VERITO
SORBONNE
9h-11h, Salle à préciser Xavier Guchet : Les sociétés de contrôle. Normaliser par les technologies.
9h-11h, Salle D 634 François Colcombet (ancien magistrat et parlementaire, président de la C6R):  Les institutions de la Ve République et les réformes de la justice : réflexions d’un praticien sur une évolution. Conférence animée par Olivier Mattéoni.
9h–11h, Amphi Turgot Laurent Feller : Robert Guiscard et la conquête de l’Italie méridionale par les Normands.
Horaire à confirmer, Salle Marc Bloch
Projection–débat sur Une étoile est née de William Wellman, avec Janet Gaynor et Fredric March (1937), suivie d’une discussion sur le vedettariat cinématographique animée et organisée par Myriam Juan.
PARIS 1 HORS LES MURS
9h45 : Place Henri Frenay Visite-conférence avec A. Marès, R. Meissel, A. Soubigou : « Le Paris des Bulgares »
Inscriptions : Alain.Soubigou@univ-paris1.fr RV sur le côté de la gare de Lyon
10 h : Place de la Sorbonne, devant la statue d’Auguste Comte Visite-Conférence avec T. Amalou, I. Brian, N. Lemaître : « Le Paris des dévots et des Jansénistes »
11 h : Cité de l’Histoire de l’immigration, Porte Dorée Visite-conférence avec N. Offenstadt, S. Venayre : « Le Bois de Vincennes, de saint Louis aux expositions coloniales » (Prévoir un pique-nique).

Vendredi 10 avril
PMF
12h-13h30, Amphi L Projection vidéo La crise financière – Commission des finances Assemblée Nationale, et débat animé par Sabine Monnier.
10h-12h, Amphi N Rencontre pédagogique avec les enseignants d’histoire ancienne, avec F. Chausson, M. Bats, C. Berrendonner, C. D’Ercole, G. Deschodt, A. Hostein, R. Laignoux, pour les étudiants de L2 d’Histoire.
13h30-15h30, Amphi N Rencontre pédagogique des L2 avec les enseignants d’histoire médiévale, organisée par O. Mattéoni.
SAINT-CHARLES
14h-16, Amphi Projection de L’An 01 de Jacques Doillon (1973)
SORBONNE
9h-11h, Salle Marc Bloch Projection-débat sur Le Cuirassé Potemkine. Avec Myriam Tsikounas & Jean Bulot.
PARIS 1 HORS LES MURS
10h : Opéra Bastille Visite-conférence avec M. Tracol : « La République en statues » Rendez-vous devant les escaliers de l’Opéra ; prévoir des déplacements en métro.
13h30 : Place de l’Hôtel de Ville Visite-conférence avec V. Denis : « La police de Paris de Louis XIV à la fin de l’Ancien Régime »,
15h-17h, Parc de Choisy (sur la grande pelouse centrale) Florence Hulak : Comment écrire l’histoire d’une révolution ?
ADRESSES :
Centre Panthéon : 12 Place du Panthéon 75005 Paris
Centre Pierre Mendès France (PMF) : 90 rue de Tolbiac 75013 Paris
Centre Saint-Charles : 47/53 rue des Bergers 75015 Paris
Institut d’Art et d’Archéologie :  3 rue Michelet 75006 Paris
Institut de Géographie : 191 rue Saint-Jacques 75005 Paris
Sorbonne : 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris

Motion adoptée et votée par l’Assemblée du Collectif, réunie ce samedi 28 mars au Centre Panthéon.

Collectif pour la Défense de l’Université – Motion du 28 mars 2009 –

L’Assemblée du Collectif pour la Défense de l’Université, réunie le 28 mars 2009 au Centre Panthéon, a pris connaissance du Communiqué du Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche en date du 23 mars 2009, sur lequel elle a délibéré, faute d’être en possession du nouveau texte issu de la consultation du CTPU.
L’assemblée du Collectif, ainsi réunie,

  • 1- Souligne que le mécanisme même de la modulation porte atteinte au principe d’égalité des fonctionnaires d’un même corps, en tant qu’il donne compétence aux universités pour déroger localement aux règles nationales d’organisation du service ;
  • 2- Rappelle que le service statutaire, qui ne saurait être considéré comme un simple service « de référence », doit toujours être de 128 heures d’enseignement (équivalent 192 heures travaux dirigés). Il en résulte que toute heure effectuée au-delà de 128 heures de cours (192 heures TD) doit, en tout état de cause, être rémunérée en heure complémentaire ;
  • 3- Rappelle qu’un décret statutaire ne doit pas être un outil de discipline budgétaire ; les règles déterminant les obligations statutaires ne sauraient dès lors aboutir à attribuer un service complémentaire dont la prise en charge ne serait pas
  • comptabilisée dans la dotation budgétaire de l’établissement ;
  • 4- Prend acte de l’annonce d’une répartition équilibrée entre promotions locales et nationales, et l’approuve sous réserve que celle-ci soit effectivement inscrite dans le décret statutaire lui-même et contienne explicitement la règle des 50%/50%;
  • 5- Regrette qu’aucune précision ne soit annoncée relativement au projet de décret CNU tel qu’il a été soumis au CTPU. Celui-ci n’est pas satisfaisant, tant en ce qui concerne les moyens de travail du CNU que les garanties d’expertise scientifique de ses membres, qui doivent être renforcées du fait de l’extension de ses fonctions. Elle déplore, en particulier, l’absence de modification des règles relatives à la désignation de ses membres ;
  • 6- Demande en conséquence au ministère de lever toute ambiguïté sur l’ensemble de ces points dans les deux projets de décret, tels qu’ils seront soumis au Conseil Supérieur de la Fonction publique ;
  • 7- Constate, en outre, qu’en dépit de l’annonce du report de la masterisation, le principe de cette réforme demeure inchangé et demande son abandon ;
  • 8- Constate, également, que les difficultés actuelles résultent notamment des défauts de conception de la loi LRU, dont elle considère la révision indispensable ;
  • 9- Affirme, enfin, que la prolongation du conflit et, désormais, sa radicalisation, sont imputables à l’attitude du gouvernement ;
  • 10- Appelle, en conséquence, à maintenir les moyens d’action engagés et à participer à la manifestation nationale organisée le jeudi 2 avril.

Démission des fonctions administratives de l’UFR de Philosophie de Paris 1

Dans le contexte de la mobilisation des universitaires, les enseignants-chercheurs suivants annoncent leur démission de leur
fonctions de responsabilité (indiquées plus bas) en guise de protestation contre la surdité réitéré du ministère et pour
l’ouverture de véritable négociation sur la base proposée par la coordination nationale des universités.

Ces démissions deviendront effective au 01/04/09, date à laquelle la liste de l’ensemble des collègues démissionnaires (toutes UFR confondues) sera transmise à la Présidence de l’université Paris 1 ainsi qu’au Rectorat de Paris (conformément au mot d’ordre donné par la Coordination nationale des universités).

Liste des collègues démissionnaires à l’UFR de Philosophie (et liste des responsabilités concernées).

  • Susana BERESTOVOY Responsable des affaires internationales à l’UFR. Responsable des enseignements d’informatique en L2 de philosophie et en L2 de Logique. Co-responsable du site Internet
  • Bertrand BINOCHE Co-responsable du master spécialité « Histoire de la philosophie ». Responsable de la commission de validations des acquis de l’UFR.
  • Jean GAYON Responsable du master spécialité « Logique, Philosophie, Histoire et Sociologie des Sciences » (LOPHISS).
  • Christophe GRELLARD Responsable du budget
  • Chantal JAQUET Co-responsable du master spécialité « histoire de la philosophie »
  • Jean-Baptiste JOINET Responsable de la Licence de Logique Co-responsable du site Internet
  • Catherine LARRÈRE Responsable du master spécialité « Philosophie et société »
  • Anne MOEGLIN-DELCROIX Direction du centre de philosophie de l’art (composante de l’EA « Philosophies contemporaines »).
  • Pierre-Yves QUIVIGER Responsable de la bilicence droit/philosophie
  • Pierre WAGNER Responsable du L1 de Logique. Responsable des ennseignements d’épistémologie en L2

URGENT : TOUS A LA SORBONNE POUR DIRE NON A SON EVACUATION !!

A l’instant (21h00) : l’évacuation est en cours des occupants qui sont dans la Sorbonne. Au dernier contact téléphonique ils disaient souhaiter des présences massives à l’extérieur pour former une haie d’honneur et servir de témoins de ce qui se passera.
Quelques minutes avant à l’extérieur : Encerclement des protestataires place de la Sorbonne, suivi d’un fichage en bonne et due forme, et d’une arrestation. Donc, si vous n’êtes pas trop loin, merci d’aller rapidement vers la Sorbonne.

21h26 : L’évacuation est terminée, apparemment sans incident. Les collègues sont encore nombreux place de la Sorbonne. Si vous n’êtes pas trop loin, merci d’aller rapidement vers la Sorbonne.

20h23 le 26 Mars : « Ce soir, la Sorbonne est libre ! »

Ce soir, la Sorbonne est libre …

Ce soir, 26 mars 2009, la Sorbonne est libre. La Sorbonne, libérée par ceux à qui elle appartient depuis toujours, par ceux qui sont l’université, enseignants, chercheurs, BIATOSS, étudiants, affirme son indépendance à l’égard de toutes les pressions, du pouvoir politique, des forces de l’argent, de tous les contrôles, de toutes les répressions. Ici, depuis cette salle consacrée à la mémoire de l’historien Marc Bloch, nous lançons un appel à la résistance, contre tous ceux qui veulent enfermer l’enseignement supérieur et la recherche dans le carcan du profit à courte vue et de la logique marchande, contre des projets gouvernementaux qui dénaturent nos métiers, qui dévoient nos missions, qui compromettent l’avenir de toute une génération.

Solidaires avec nos collègues en désobéissance de l’enseignement primaire, avec les lycéens et professeurs qui refusent les suppressions de postes dans l’enseignement secondaire, avec les chercheurs qui occupent en ce moment la direction du CNRS, avec tous nos collègues en lutte dans les IUT, dans les IUFM, dans les universités de France et d’Europe, nous affirmons que, de la maternelle à l’université, la production et la transmission du savoir constituent le bien le plus précieux d’une société, parce qu’ils sont gages d’avenir.

La Sorbonne doit être ouverte à toute la communauté universitaire et le Rectorat, comme la police, qui menacent le libre accès au Savoir et les libertés fondamentales, doivent s’en aller. Nous sommes pacifiques, nous sommes déterminés, nous resterons dans ces bâtiments où nous sommes chez nous, nous invitons tous les universitaires à nous y rejoindre pour en faire ce que la Sorbonne doit être : un lieu de liberté et de dialogue.

Les Occupants de la Sorbonne

Paris, le 26 Mars 2009

Pourquoi nous occupons la Sorbonne ce 26 mars 2009

Pourquoi nous occupons la Sorbonne ce 26 mars 2009

Pourquoi nous occupons la Sorbonne ce 26 mars 2009
envoyé par sorbonnard2009

La Sorbonne assiégée par les CRS (18h50)

La Sorbonne assiégée par les CRS
Les personnels des universités parisiennes occupent la Sorbonne pour protester contre les réformes du gouvernement.
Les personnels qui occupent en ce moment la Sorbonne ne peuvent que s’indigner des méthodes brutales des forces de l’ordre contre les étudiants et les collègues venus les soutenir place de la Sorbonne.
Depuis 16 h, devant la Sorbonne, un rassemblement pacifique et festif réunissant 300 personnes, étudiants, enseignants et personnels se tenait pour soutenir l’occupation de la Sorbonne par les personnels des université parisiennes. A partir de 18h (toujours en cours), il a été brutalement chargé par les forces de l’ordre, qui les ont chassé avec violence de la rue et de la place.

Nous dénonçons cette répression; de telles pratiques sont inacceptables face à un mouvement pacifique. Elles remettent en cause le droit de manifester. Nous demandons le rétablissement de la liberté de circulation pour tous les citoyens dans le quartier latin et la libre accès à la Sorbonne.

Les occupants de la Sorbonne, à 18h50.

Occupation de la Sorbonne par les enseignants !

LES PROFS OCCUPENT LA SORBONNE

Face à la mainmise du Rectorat sur la Sorbonne, armée de CRS et de vigiles privés, face à la politique répressive qu’il y mène, face à l’autisme du gouvernement, les enseignants-chercheurs des universités parisiennes ont décidé d’occuper pacifiquement et symboliquement la Sorbonne.
Un rassemblement festif de soutien a lieu en ce moment place de la Sorbonne : venez nombreux nous soutenir !

Communiqué :
« Nous, enseignants-chercheurs des universités parisiennes, exigeons que cessent définitivement les contrôles policiers, les fouilles, les fermetures à répétition de la Sorbonne et des autres centres d’enseignement et de recherche. Nous demandons le rétablissement de notre liberté d’étudier, d’enseigner, de chercher et de nous réunir. La Sorbonne doit rester ouverte ! La Sorbonne est aux universités, pas au Rectorat ! Libérons la Sorbonne !
Mais ce qui se passe à la Sorbonne n’est qu’un symptôme d’une politique générale. Nous dénonçons la politique de répression du mouvement des universités et de toutes les protestations en cours ; nous nous alarmons des graves menaces qui pèsent sur les libertés publiques.
Nous demandons donc :
1) que le Recteur de l’Académie de Paris reçoive une délégation pour discuter de la fin des contrôles, des fouilles sur le site de la Sorbonne et sur son ouverture permanente ; ainsi le dialogue remplacera l’arbitraire et la répression ;
2) Que le gouvernement cesse ses manœuvres dilatoires et accède sans conditions aux revendications de la communauté universitaire en retirant sans délai ses contre-réformes (retrait des réformes de la formation des enseignants, du statut des enseignants-chercheurs, du contrat doctoral unique et restitution des postes supprimés en 2009).
L’exaspération est à son comble : c’est seulement après ces retraits que sera enfin possible un retour au dialogue, à la sérénité ainsi qu’une reprise des cours à laquelle nous aspirons tous.

En attente d’une réponse, nous restons dans la Sorbonne dont nous n’aurions jamais dû être chassés. »

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA SORBONNE le 26 Mars

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA SORBONNE
(Paris 1, Paris 3, Paris 4, EPHE)

L’Assemblée Générale des personnels de la Sorbonne réunissant Paris 1, Paris 3, Paris 4, et L’École pratique des hautes études (EPHE) se tiendra le jeudi 26 mars de 12h à 14h dans l’Amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne.

L’ordre du jour sera :
1- la poursuite de la grève et de la rétention des notes
2- un avertissement solennel au gouvernement
3- Libérons la Sorbonne ! (revotons tous ensemble)
4- les actions unitaires à envisager

Vous êtes cordialement invités à cette Assemblée !

Calendrier Paris 1 du 23 au 28 Mars

Le programme du Calendrier de Paris 1 pour la semaine du 23 au 28 mars 2009 est actuellement en ligne sur les sites suivants :

Marx au XXIe siècle, l’esprit & la lettre (Sorbonne)

Dans le cadre de la grève active, et compte non tenu de la présence des CRS et autres vigiles à qui il est demandé de bloquer l’accès à la Sorbonne pour un oui ou pour un non :

CENTRE D¹HISTOIRE DES SYSTEMES DE PENSEE MODERNE Université Paris 1
http://chspm.univ-paris1.fr

Marx au XXIe siècle, l’esprit & la lettre

Séminaire hebdomadaire, sous la responsabilité de Stathis Kouvélakis (Londres, King’s College), d’Isabelle Garo (Paris, Lycée Chaptal), et Jean Salem (Paris 1) avec le soutien du CERPHI et de la revue ContreTemps (Textuel)

ANNÉE 2008-2009 samedi 21 mars 2009, de 14h à 16h

Jean BOURGAULT Professeur de Lettres supérieures, Lycée Jeanne d’Arc (Rouen) : Tours et détours de l’idéologie : la conception de l’action politique chez Sartre

Sorbonne. amphithéâtre Lefebvre entrée : 17, rue de la Sorbonne, Galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 1er étage

Communiqué de la coordination de l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne

Communiqué de la coordination de l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne

Universités : l’obstination coupable du gouvernement

Il est aujourd’hui clairement avéré que, contrairement à ce que déclare le gouvernement, les conditions nécessaires à l’arrêt du mot d’ordre de grève lancé par une grande majorité d’universités et repris par la coordination nationale des universités dans toutes ses réunions, depuis celle du 22 janvier à l’Université Paris 1, ne sont en rien satisfaites.
Concernant le statut, la réécriture engagée le 4 mars conduit à un quasi clone du premier projet de décret, avalisé par les deux mêmes organisations syndicales qui s’étaient déjà abstenues lors de sa présentation au CNESER. Concernant la réforme des concours de recrutement d’enseignants (mastérisation), le gouvernement ne se résout encore ni au retrait , ni même à un moratoire d’un an. Et cela malgré la demande du Conseil d’administration de la Conférence des Présidents d’Université qui, pour une fois, s’écarte de la ligne gouvernementale. Sur le projet de contrat doctoral, le gouvernement est totalement muet. La restructuration de la recherche se poursuit toujours contre la volonté de la grande majorité des chercheurs et des universitaires. Et en ce qui concerne les moyens, le gouvernement déclare qu’il aurait renoncé à la suppression de postes en 2010 et 2011, sans toutefois  revenir sur celles de 2009. Or rien ne nous incite à accorder quelque crédit à des promesses dont on peut craindre qu’elles seront compensées le moment venu par des ajustements ou des contreparties dans d’autres compartiments du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche.
L’obstination du gouvernement et sa volonté de vouloir passer en force en jouant sur le pourrissement du mouvement sont coupables et extravagants. Coupables car la poursuite de la rétention des notes du premier semestre, celle de la grève engagée le 2 février dans la plupart des établissements, et les blocages de plus en plus nombreux mettent désormais en péril l’année universitaire d’un grand nombre d’étudiants. Son obstination est extravagante car on aura rarement vu un gouvernement s’acharner autant à refuser d’entendre les protestations d’universitaires à la fois nombreux et de disciplines ou d’opinions très diverses.
Cet autisme gouvernemental devient insupportable et dangereux. Il est de notre responsabilité d’attirer solennellement l’attention de nos concitoyens sur ce qui se passe réellement dans le monde universitaire et sur son état d’esprit. Celui-ci est las et écœuré face aux attaques qu’il subit de la part des plus hauts responsables de l’Etat. Quels que soient le moment et la nature de la sortie de ce conflit, les traces en seront profondes et durables. A agir de la sorte, c’est tout l’enseignement supérieur et la recherche que l’on malmène et que l’on décourage.
Qui souhaitera, demain, s’engager dans nos métiers ? Qui voudra envisager la préparation d’une thèse ? Comment évolueront les filières scientifiques ?
Que vaudra à terme l’enseignement primaire et secondaire si la réforme des concours de recrutement annoncée voit le jour ?
Que penseront dans dix ou vingt ans les français de gouvernants qui n’auront eu comme seule ligne politique que de dénigrer les universitaires et les chercheurs, que de vouloir obstinément leur imposer des modes de fonctionnement concurrentiels dont les effets sur les performances globales sont plus sûrement négatifs que positifs, et de réduire de toutes les façons possibles les moyens nécessaires au bon fonctionnement de l’université, créant de la précarité et dégradant fortement les conditions de travail de tous les personnels et des étudiants ?
Telles sont les questions que chaque citoyen doit aujourd’hui se poser pour tenter d’élucider tous les effets des réformes contre lesquelles nous luttons, notamment par une grève qui dure depuis plus de 6 semaines et qui est destinée à se prolonger si le gouvernement continue à ne pas entendre l’ensemble de la communauté universitaire.

Contre-cours de l’UFR 03 Paris 1

Programme de contre-cours de l’UFR 03 pour le mercredi 18 mars.
Amphi du centre Michelet, 3 rue Michelet, 75006 Paris (Stations Luxembourg/Vavin)

Mercredi 18 mars 2009
• 10h Projection-débat
• Casse-croûte de grève
• 14h Rencontre avec Jean-Luc Moulene, photographe, débat animé par Paul-Louis Roubert (Paris 8) et Michel Poivert
• 16h Rencontre avec Pascal Convert, Artiste, débat animé par Philippe Dagen Projection du documentaire sur Joseph Epstein
• 18h Projection du film Les lascars du LEP electronique

Comment voyez-vous la sortie de crise ?

Comment voyez-vous la sortie de crise ?

Plus tard le gouvernement cédera, plus il aura à faire de concessions. La situation actuelle est similaire au mouvement anti-CPE. Le décret est mort et le retrait de la réforme de la formation des maîtres constitue un préalable.

Georges Molinié, Président de Paris 1. Lire l’intégralité de l’entrevue sur Educpros.

Les nouveaux médias : de nouveaux espaces de luttes et de débats ?

Dans le cadre de la grève active de l’Université de Paris I, pour vous préparer à la manif, vous êtes conviés jeudi prochain 19 mars, à un débat sur Les nouveaux médias : de nouveaux espaces de luttes et de débats ?

Rencontre débat avec Edwy Plenel (ancien responsable du Monde et fondateur de Mediapart)

Animé par Nicolas Offenstadt et Clyde Plumauzille, historien/ne, Université de Paris I

10-12 h Amphi H,  Université de Paris I, site de Tolbiac. 90 rue de Tolbiac, Paris 13

Les nouveaux médias, en particulier le web, mais aussi les journaux papiers qui s’articulent avec le web, apportent-ils un souffle
nouveau à l’espace public critique ? Quelle(s) relation(s) peuvent- ils entretenir avec la sphère savante, les historiens et les autres ?

AG des personnels Paris 1 (12 Mars)

Assemblée générale des personnels de Paris 1 (12 mars 2009)

Résolutions

Le Conseil d’administration du 16 mars 2009. Rappelons que l’Assemblée générale des personnels a voté le principe d’une grève qui englobe la participation aux conseils (conseils centraux et conseils d’UFR). Une première dérogation à ce principe a été admise par une Assemblée générale lorsqu’il s’est agi de discuter du plan stratégique « Condorcet » que l’université devait remettre au Ministère avant une date limite non transgressable. Dans le cas présent le Conseil du 16 mars est consacré à l’élection du nouveau président de Paris 1. L’élection a été avancée à cette date afin de permettre au futur président d’accompagner le président en exercice dans les différentes auditions et négociations en cours sur les implantations immobilières des universités parisiennes.

L’Assemblée générale des personnels, observant les avantages de l’élection anticipée du nouveau président, à la fois pour le suivi des négociations sur les implantations, et pour l’intérêt que cela peut présenter pour le mouvement de refus des projets de réforme en cours et de la loi LRU, souhaite que le Conseil d’administration du 16 mars puisse se dérouler normalement.

Adopté par : unanimité des votes exprimés et 4 abstentions.

La question de la validation du semestre

Après en avoir débattu, l’Assemblée générale a adopté la motion suivante : Les enseignants s’engagent à ne pas interroger les étudiants sur les sujets non traités en cours. Les modalités précises de validation du semestre seront définies le moment venu, c’est-à-dire à la fin de la grève. Nous appelons les Assemblées générales d’UFR à adopter le principe selon lequel les notes attribuées durant la période de grève ne seront pas validées. Et nous demandons aux Conseils d’UFR de le confirmer, après la fin de la grève. Nous rappelons que la rétention des notes votée et appliquée à partir de la fin du premier semestre (dont les jurys ne se sont pas tenus) se poursuit.

Adoptée à l’unanimité moins 1 voix contre

La mise en place des comités de sélection

L’Assemblée générale des personnels appelle à la suspension du processus de mise en place des comités de sélection. Afin de ne pas créer de disparités, elle demande à la coordination de Paris 1 de transmettre à la coordination nationale le souhait que soit votée à la prochaine réunion (Dijon, 16 mars) une motion appelant à la grève des comités de sélection dans toutes les universités.

Adopté à l’unanimité

Projet d’organisation d’une Assemblée générale commune de la Sorbonne

Nous avons été saisis d’une demande de collègues de Paris 4 souhaitant organiser une assemblée générale commune des universités présentes à la Sorbonne; L’Assemblée générale des personnels de Paris 1 mandate la coordination locale afin que soit organisée une Assemblée générale de la Sorbonne rassemblant les personnels des universités et établissements présents sur le site : Paris 1, Paris 3, Paris 4 et l’EPHE. L’Assemblée générale exprime le souhait que les enseignants et les personnels Biatos de Paris 1 participent massivement, le moment venu, à cette Assemblée générale commune.

Adopté à l’unanimité

L’organisation d’opérations exceptionnelles

La grève active se poursuit dans les établissements de Paris 1. Par leur débouché médiatique, les actions externes de nature « exceptionnelle » (comme le blocage du pont de la Concorde mardi matin) sont encouragées. A plusieurs reprises l’Assemblée générale des personnels a émis le vœu que soit réalisée une opération « printemps des fenêtres » se manifestant par l’installation de banderoles sur les établissements de Paris 1.