Sanctions à Nancy 1

Voici un communiqué de l’AG des personnels en lutte de Nancy 1
Dans le cadre du mouvement universitaire actuel, l’assemblée générale des personnels de l’UHP-Nancy 1, réunie le 5 mai, tient à  revenir sur certains agissements récents de l’équipe de direction de l’UHP.

L’assemblée générale remarque qu’à plusieurs reprises, des membres de la direction ont surveillé et consigné les activités de certains personnels universitaires et de certains étudiants présents à la FST. Par ailleurs, de nouvelles caméras ont été installées sur le site de la FST. L’AG désapprouve totalement ces dérives vers la surveillance et le fichage et s’inquiète de l’usage qui sera fait des données (noms, photos, enregistrements, etc.) ainsi récoltées. Elle n’ose croire qu’un(e) quelconque fichier/liste puisse être constitué(e) sur cette base, au mépris de la loi informatique, fichiers et libertés.

Plus important encore, l’assemblée générale des personnels dénonce les manoeuvres d’intimidation de la direction de l’UHP qui se traduisent, entre autres, par les faits suivants :

– quatre chercheurs INRIA ou CNRS sont ou ont été inquiétés par leur hiérarchie, à la suite de  l’intervention de la présidence de l’UHP auprès de la direction de ces EPST ;
– deux enseignants-chercheurs de l’UHP ont reçu une lettre de leur directeur d’UFR, leur intimant l’ordre de quitter les locaux qu’ils occupent au laboratoire. Une de ces personnes est exclue de son équipe de recherche et menacée d’exclusion de son UMR.

Or il se trouve que les personnes visées sont toutes signataires d’une lettre ouverte à certains responsables de l’UHP et de la FST, lettre qui condamnait l’appel aux forces de l’ordre et la violence de leur intervention lors de l’évacuation de la présidence de l’UHP dans la nuit du jeudi 23 avril; cette lettre contredisait ainsi le communiqué officiel du président de l’université.

Pour toutes ces raisons, l’assemblée générale s’associe au communiqué suivant déposé ce jour à la présidence de l’UHP:

« Les organisations syndicales SNCS-FSU, SNTRS-CGT, SNPREES-FO de Nancy demandent à  Monsieur Jean-Pierre Finance, Président de l’Université Henri Poincaré un engagement écrit qu’aucune sanction ne soit prise à l’encontre des signataires de la lettre ouverte à  des responsables de l’UHP et de la Faculté des sciences. De plus, nous demandons à Monsieur Jean-Pierre Finance d’exiger auprès des responsables des UFR de l’UHP et de réclamer auprès des Directions des EPST (CNRS, INRIA):
l’arrêt et l’annulation de toutes les démarches en cours visant à sanctionner ces collègues. Ces sanctions, menaces de sanctions et
intimidations sont inadmissibles et inacceptables. Elles sont une atteinte aux droits élémentaires des personnels, et constituent un précédent révélateur de la mise en oeuvre de la LRU. De plus  nous réaffirmons notre soutien à  tous les personnels qui participent aux combats pour le retrait des décrets (statut des enseignants-chercheurs et masterisation de la formation des enseignants). »

L’assemblée générale invite les personnels des universités et des organismes de recherche à  affirmer leur soutien aux collègues
inquiétés en signant la pétition dont le texte suit à  l’adresse
http://www.petitiononline.com/aguhp01/petition.html

Les signataires de la présente pétition demandent à la présidence de l’université Henri Poincaré (UHP), aux directions d’UFR de la Faculté des Sciences et Techniques de l’UHP et aux directions du CNRS et de l’INRIA, la levée des sanctions prises et l’arrêt de toutes les démarches visant à intimider ou à sanctionner les personnes impliquées dans le mouvement de contestation contre les réformes actuelles de l’université.

Publicités

Actu : Nancy 1

Pour rappel : Nancy 1 (Fac des Sciences). Lundi 20 avril, une AG Enseignants-Chercheurs-Etudiants réunissant 450 personnes a reconduit le blocage de la fac jusqu’au lundi 27 avril.

Le mercredi 22 avril, l’équipe de direction de la faculté des sciences a organisé un vote auquel seuls les étudiants étaient conviés. La question (fallacieuse au possible) posée était : « souhaitez-vous la reprise des cours ? « . L’ensemble des personnels et étudiants bloqueurs avaient appelé au boycott.
Les résultats, fièrement annoncés (je vous laisse calculer le taux de participation exceptionnel…)  sont les suivants :

« Chers collègues
Suite au vote massif des étudiants pour la reprise des cours, celle-ci aura lieu dès demain  8h (voir message ci-dessous)
Par la même occasion, j’enjoins aux collègues qui retiennent encore des notes de mettre fin à ce comportement dommageable pour nos étudiants.
3552 inscrits / 643 votants / 631 suffrages valablement exprimés / 548 OUI / 83 NON
 »

En conséquence, ce matin (Jeudi 23 avril), le Doyen de la faculté, accompagné par un directeur d’UFR qui n’a jamais jugé bon de s’exprimer depuis fin janvier, et par des agents techniques réquisitionnés pour l’occasion, sont venus débloquer la fac.
Suite à cela, une centaine de personnes (Etudiants + EC + C) sont descendus en ville pour bloquer la Présidence de Nancy 1. Aucune apparition du Président  Jean-Pierre Finance. Vers 16h, une centaine de personnes en luttes de Nancy 2 (campus Lettres) est venu soutenir Nancy 1 à la présidence …

Nancy 1 reconduit le blocus jusqu’au 27 Avril.

Des nouvelles de Nancy 1 (Fac des Sciences).
Aujourd’hui, une AG Enseignants-Chercheurs-Etudiants réunissant 450 personnes a reconduit le blocage de la fac jusqu’au lundi 27 avril.

90 démissions à Nancy 1 !

À ce jour, ce sont au total 90 chercheurs et enseignants-chercheurs de Nancy 1 qui ont répondu à l’appel aux démissions des tâches administratives, exprimant ainsi leur refus des réformes en cours et leur exaspération face à la surdité et l’incurie du gouvernement tout autant que de la présidence de l’UHP !
Les 44 lettres de démission et les 46 lettres de soutien à ces démissions ainsi recueillies viennent d’être envoyées au président
Jean-Pierre Finance, avec copies aux directeurs d’UFR de l’UHP.

Université de Lorraine retardée …

Les 4 CA des universités lorraines (3 à Nancy, 1 à Metz) étaient conviés à Nancy pour discuter de la mise en place de la future université de Lorraine, prévue pour 2012. La presse locale en faisait un bel article ce matin. Et patatras ! Voici que d’odieux personnages, enseignants, chercheurs et étudiants (parmi lesquels figuraient les dangereux responsables Snesup de Nancy 1, Nancy 2 et Metz) ont bloqué l’accès de la salle de réunion en répandant au sol des motions de départements et UFR, des lettres de démission administrativo-pédagogique, en chaînant l’escalier d’accès en brandissant des banderolles, en jouant une petite pièce de théâtre et en distribuant des tracts…
Bref, une belle pagaille sous le soleil nancéien qui a un peu revigoré les troupes (parce que ça fait du bien une belle action qui aboutit…) et a fâché quelques présidents.
Je vous livre le tract que nous avons distribué. Notre objectif n’était pas de nous opposer à une future université de Lorraine, mais d’interpeller les présidents pour le rappeler qu’il se passe des choses dans les établissements et qu’ils feraient bien de s’en rendre compte.
====Tract====
La réunion des quatre CA des universités lorraines de ce mardi 31 mars n’est pas opportune
OUI, construire ensemble une future Université de Lorraine est un objectif auquel nous pouvons nous associer, si tant est que cette construction s’appuie sur des principes de collégialité et de transparence.
MAIS…
Situation actuelle dans les universités
– Depuis des semaines, le gouvernement méprise les revendications d’une très grande majorité d’enseignants / chercheurs, de BIATOS et d’étudiants. Les deux contestations phares, projet de décret portant sur le statut des enseignants-chercheurs et réforme portant sur la mastérisation de la formation des enseignants, donnent lieu à de pseudo-négociations. Aucune avancée n’a réellement permis d’améliorer ces projets. Pire, par des manœuvres dilatoires, le gouvernement impose insidieusement ses contre-réformes. Quant aux autres motifs de colère des personnels et étudiants (baisse de l’allocation des moyens aux universités, généralisation de la précarité, suppression de postes, contrat doctoral unique, “désU-M-Risation” des unités mixtes CNRS / université…), ils sont carrément négligés par la ministre.
– Les présidents d’université, au lieu de soutenir fermement les personnels et les étudiants, jouent quasi-unanimement le jeu du gouvernement.
Et en Lorraine
– Comment parler d’une Université de Lorraine quand des universités sont bloquées ? (Campus Sciences – UHP, Campus Lettres et Sciences Humaines – Université Nancy 2)
– Comment penser sereinement la création d’un tel établissement quand des AG se tiennent un peu partout, quand les collègues font état de leurs inquiétudes et menacent de ne pas tenir les jurys, de démissionner des responsabilités administratives ou pédagogiques qui sont les leurs ?
– Comment les présidents peuvent-ils inviter leurs CA à tracer les contours d’une future Université de Lorraine alors qu’ils ne prennent pas la mesure de ce qui se passe dans leurs établissements ?
– Une intersyndicale très large a sollicité chacun des présidents sur la question de la mastérisation, en en faisant un préalable à la tenue de cette réunion. Nous attendons toujours les réponses.
Enfin, faut-il rappeler que cette Université de Lorraine s’inscrit dans le cadre mortifère de la loi LRU ? Ne convient-il pas d’abandonner cette loi avant de nous lancer dans ce projet ?
Il est urgent que toutes nos revendications soient entendues par nos dirigeants, ministres et présidents, et que l’accent soit mis sur la sauvegarde d’un service public d’enseignement supérieur et de recherche

C’est pourquoi nous soutenons que cette réunion des quatre CA n’est pas opportune.

FSU (SNESup Nancy 2, UHP, UPVM – SNASUB Nancy 2) – SNPREES-FO57 – UNEF-Lorraine

Univsersité de Nancy bloquée (30 Mars)

Pour info, la fac de sciences de Nancy 1 (Président JP Finance) (1er et 2ème cycles) est bloquée par les étudiants (majoritaires) et les enseignants depuis ce lundi 30 mars 7h. La Fac de lettres de Nancy 2 est bloquée depuis jeudi 26 mars.

JP Finance (président Nancy 1) appelle à la délation.

« Pour info, voici le courrier qui vient d’être adressé aux responsables de formation par notre président JP Finance. En ces temps où le monde universitaire est calme et serein, voici les activités principales de notre ami : incitation à la délation, remise des palmes académiques « aux plus méritants d’entre eux », se faire élire au bureau de l’EUA (« European University Association ») le 19 Mars pendant que les couillons battent le pavé… »

courrier-de-jp-finance.pdf