La ronde des obstinés se propage

Bonjour à tous les obstinés, très obstinés, futurs obstinés,

La ronde des obstinés grenoblois (comprenant à l’heure actuelle, des étudiants, des enseignants chercheurs, le collectif IUFM Grenoble, collectif école en danger, les RASED, des citoyens) continue de tourner…Elle tourne, elle tourne la ronde des obstinés grenoblois !!! Et elle est même très active :

·      Ce week end,  La ronde des obstinés grenoblois s’est invitée sur France-inter dans le 7/9 de Stéphane Paoli !!!
En lien avec le débat à la MC2 de Grenoble intitulé « Re-inventer la démocratie », la ronde  « Pour le maintien du service public et pour l’emploi » a tourné samedi matin dans le hall de la MC2 où se tenait le 7/9 de France inter (vous pouvez écouter le commentaire de Paoli, sur la ronde qui tournait à côté du plateau).
Cette intervention pacifique et publique de la ronde nous a ensuite permis d’accéder à la tribune du débat  sur l’éducation et la
recherche dans le grand théâtre. Un représentant des rondeurs a pu  ré-affirmer devant 200 enseignants-chercheurs, intellectuels, journalistes et grand public notre opposition sur les projets de réformes de Darcos-Pecresse sur la formation des enseignants, le décret des enseignants chercheurs, la loi LRU.
Par la même occasion, Stéphane Paoli a invité un représentant des « rondeurs » a participer au 7/9 du dimanche matin sur le thème « Education, Recherche et Démocratie » aux cotés de Bertrand Monthubert  (Ex SLR), Roger Establet,  Robert Castel et Eric Maurin (vous pouvez podcaster l’émission sur le site de France inter : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/septneuf_dim/index.php )
·      La ronde des obstinés grenoblois pour « la défense des services publics et de l’emploi » a décidé de se prolonger au moins jusqu’au lundi 11 mai (23h)

Lundi 11 mai nous tournerons donc, toujours en centre ville de Grenoble :
– de 17h à 19h (place Félix Poulat)
– puis de 19h à 23h (place Notre Dame)

Nous proposons à tous les intéressés une réunion d’organisation de la ronde (qui décidera de sa reconduction ou non selon les forces en présence), le lundi 11 mai, à partir de 21h, sur la place Notre Dame. N’hésitez pas à venir faire part de vos suggestions !
Nous invitons, comme toujours, tous les acteurs des services publics à s’emparer de cette ronde (outil de convergence) afin d’informer les citoyens des réformes en cours dans leur secteur et de les interpeller sur les raisons du refus de ces réformes. Un planning « doodle » en ligne est disponible à l’adresse suivante http://www.doodle.com/56wdfdkc26iibyc9 afin d’inscrire les individus ou les groupes qui souhaiteraient participer à cette ronde ou l’animer pour
quelques heures.
Rendez vous donc lundi, à 21h, place notre dame pour continuer à faire vivre cette ronde citoyenne !!!

La ronde des obstinés se développe partout en France !!!

Devenue un symbole de la mobilisation actuelle contre le gouvernement  Sarkozy, lancée à Paris, la ronde infinie des obstinés se développe un peu partout… Après Paris, c’est donc Grenoble qui s’en est saisit mais nous recensons des rondes aussi à Lyon, Montpellier, Limoges, Rouen, Poitiers, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon. Une coordination nationale des rondes est également en train de se former. Cette nouvelle forme de lutte, s’avère être efficace et originale.
Continuons de la propager partout en France, afin de montrer notre obstination face à un gouvernement qui s’obstine à faire passer ces réformes. Continuons de tourner à Grenoble, pour que les citoyens, eux, nous entendent !

A très bientôt, dans la ronde, obstinément votre…   LA ronde des obstinés grenoblois

Publicités

Repos Pascal

Voici un excellent communiqué des universités grenobloises :

REPOS PASCAL

Communiqué de presse du 10/4/9

Suite à une période de 10 semaines intenses de mobilisation et d’actions, les syndicats signataires de l’enseignement supérieur et de la recherche de Grenoble souhaitent informer la population que la semaine du 13 au 17 avril sera une semaine de repos pour les services de l’ordre public.

Nous pensons en effet aux 17 millions d’heures supplémentaires déjà effectuées par les collègues de la Police Nationale qui ne sont toujours pas payées. D’autre part le non remplacement des 10 000 postes liés au départ en retraite d’ici 2012 va accroître la surcharge de ces fonctionnaires d’Etat.

Nous demandons donc au Gouvernement la régularisation des heures supplémentaires non payées à nos collègues policiers ainsi que les restitutions des 10 000 postes non remplacés, afin que nous puissions à partir du 20 avril manifester en toute sécurité.

Si à la fin de la semaine prochaine ces revendications ne sont pas prises en compte, nous appelons les collègues de la Police Nationale à nous rejoindre dans la lutte pour la défense des services Publics seuls garants d’une république libre, égale pour tous et fraternelle.

Note : 17 millions d’heures supplémentaires correspondent à 10570 postes de fonctionnaires, soit deux années du plan pluriannuel de créations d’emplois revendiqué par les syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche

SNTRS CGT
FercSup CGT
Sud Education (campus)
Sud Recherche EPST

Motion SNCS Grenoble campus

La section SNCS Grenoble Campus met en garde contre le risque de voir le mouvement se diviser sur ses objectifs et insiste sur la nécessité de défendre tous les enjeux de manière cohérente et solidaire. Le succès du mouvement actuel vient de son unité, regroupant l’ensemble des personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et les étudiants, face à des attaques frontales qui touchent l’ensemble du système et donc à la fois les universités et les EPST, au sein d’un projet gouvernemental cohérent de démantèlement d’un appareil de recherche et de formation indépendant et libre. En présentant ce mouvement de manière parfois simpliste, les médias le dénaturent souvent, le centrant sur un prétendu refus de l’évaluation par les enseignants chercheurs, pour se concentrer sur la seule question du statut de 1984. Ils en négligent presque systématiquement l’enjeu des EPSTs et particulièrement du CNRS et celui des modes de gestion et d’évaluation de la recherche publique. En se posant comme interlocuteu rprivilégié, la CPU conforte cette simplification en écartant totalement ces enjeux. Il est essentiel de rester mobilisé et attentif pour obtenir le maintien du CNRS comme opérateur de recherche, couvrant l’ensemble du spectre des disciplines, et la réintégration des postes supprimés au concours 2009 ou transformés en « chaires mixtes ».

Les personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur sont évidemment disposés à contribuer à l’amélioration de leurs conditions de travail et aux réflexions sur les conditions d’exécution de leurs missions de service public, mais certainement pas à se soumettre aux ordres de groupes de pression financiers, politiques ou idéologiques qui ne rêvent que de compétition économique entre universités et équipes de recherche, de marchandisation des savoirs et de précarisation des travailleurs scientifiques.

AG et motions Grenoble (5 Février)

Assemblée générale des personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur et des étudiants de l’Université de Grenoble 5 février 2009

MOTIONS ADOPTÉES PAR L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE // PARTICIPANTS : 1200

  • MOTION N°1

L’A.G. des universités de Grenoble demande l’abrogation de la LRU.
CONTRE : 1
ABSTENTION : 1

  • MOTION N°2

L’AG des universités de Grenoble appelle à la grève générale reconductible de l’ensemble des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche et des étudiants, à la participation à la journée nationale du 10 février à Paris et à l’organisation de manifestations de soutien à la journée nationale le 10 février, enfin à la suspension des cours. Elle demande l’envoi de délégation auprès des présidences pour transmettre nos revendications et pour exiger la BANALISATION des cours la semaine prochaine, c’est-à-dire garantir que les étudiants grévistes ne seront pas pénalisés, notamment au niveau des évaluations.
CONTRE : 2
ABSTENTION : 60

  • MOTION N°3

L’AG exige le retrait sans condition de toutes les réformes en cours :
– le retrait du projet de décret sur les statuts des enseignants-chercheurs, et la restauration des cadres nationaux des diplômes et des statuts ;
– le retrait de la « réforme » de la formation et du recrutement des enseignants des premier et second degrés ;
– l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche et de la fonction publique en général ;
– le retrait du projet de contrat doctoral ;
– la restitution des postes supprimés et la résorption de la précarité chez les enseignants, les chercheurs, les BIATOSS et ITA par un plan pluriannuel de création de postes ;
– la titularisation des personnels contractuels.
L’AG constate que toutes ces contre-réformes résultent de la loi LRU. En conséquence, elle demande en urgence que la communauté universitaire et le monde de la recherche soient consultés sur une nouvelle loi garantissant démocratie, collégialité, indépendance et liberté, car l’Université n’est pas une entreprise et le Savoir n’est pas une marchandise.
CONTRE : 1
ABSTENTION : 10

  • MOTION N°4

L’AG déclare sa solidarité avec les différentes luttes qui se mènent dans le public et le privé contre les réformes du Gouvernement.
ABSTENTION : 37

  • MOTION N°5

L’AG exige :
– le retrait de la réforme des concours et de la formation des enseignants
– Le maintien des concours dans leur configuration actuelle et un recrutement à la hauteur des besoins, ainsi que le maintien de l’année de formation en alternance rémunérée après le concours
– L’ouverture de négociations pour une autre réforme de la formation et du recrutement qui respecte l’existence et la vocation des IUFM à être au coeur de cette formation, qui permette la reconnaissance du haut niveau de qualification et qui tient compte de la nécessaire formation professionnelle après le réussite aux concours.
L’AG APPELLE AU NON DEPÔT DES MAQUETTES DE MASTER.
CONTRE : 1
ABSTENTION : 8