Nantes : passage programmé aux compétences élargies.

(message de l’intersyndicale de l’université)

« Cher-e-s collègues,

Après présentation au CEVU et au CS, le Président de l’université a inscrit à l’ordre du jour du comité technique paritaire du 1er juillet et du conseil d’administration du 7 juillet le passage de l’université aux « compétences élargies », comme prévu par la loi LRU. Cette décision, après une année riche en contestation des réformes imposées aux universités par le ministère, permettrait la mise en place contestée de la modulation des obligations de service, la création de dispositifs d’intéressement, ainsi que la
possibilité de recruter en CDD ou CDI des agents contractuels, y compris pour des fonctions d’enseignement et de recherche.

L’affectation par le ministère d’une dotation globale incluant fonctionnement, investissement et masse salariale avec possibilité de transfert entre ces masses, pourrait modifier en profondeur la gestion des « ressources humaines », voire autoriser
l’externalisation de certaines fonctions.

Le transfert aux établissements de la gestion des personnels jusqu’alors fonctionnaires d’état, pourrait aussi induire des modifications importantes concernant leurs droits sociaux (chèques vacances, restauration…).

Si ces questions vous concernent, n’hésitez pas à solliciter vos élus dans les conseils.

Pour l’intersyndicale des personnels de l’université
CFDT, CGT, FO, FSU, UNSA »

Publicités

Nantes : le CEVU se prononce sur les examens

Avant l’ouverture de la séance, les membres du CEVU ont entendu les revendications du collectif étudiant portant sur deux points :
a) la validation universelle du second semestre sans examens en donnant 10 à tout le monde ;
b) le non report des examens en juin, juillet et septembre.

Après le départ du collectif étudiant, le CEVU s’est réuni.
A la demande de l’UNEF une motion a été proposée demandant que le CEVU se prononce favorablement sur la légitimité de la poursuite des grèves administratives, de la « non tenue des examens » et sur la  validation universelle du second semestre. Le CEVU a rejeté la motion par 10 voix contre, 3 pour et 6 abstentions.
La modification du calendrier des examens a été soumise au vote du CEVU qui l’a approuvé par 11 voix pour, 4 contre et 3 abstentions.

L’AG intercomposantes de Nantes appelle à la rétention des notes et refuse de présider les jurys de bac !

Compte rendu AG Intercomposantes 27 avril 2009

1) Organisation :

a) Organisation de la « ronde des Obstinés » de mardi 28 avril, place Royale à 15h:Baptême de cette place, renommée « Place de l’Université, 1200-2009, assassinée par le gouvernement ». Ronde obstinément marcheuse, puis courte pièce de théâtre.
b) Coordination nationale: Envoi de 2 délégués, Natacha Coquery, et Nathalie Jamet (élues à l’unanimité).
c) Organisation du premier mai: Départ manifestation 10h30, lieu à préciser. Penser banderoles, gilets « Université » ou autres signes distinctifs (brassards…).
d) Organisation 6 mai: FAQ en FAC, place Royale de 14h30 à 18h30.
IL faut également que cela figure sur le site web, et qu’il y ait affiches et tracts.
Rappel du principe: tous les collègues et étudiants de L3 volontaires viendront répondre à des questions sur leur discipline (sorte de ‘petits cours particuliers’ pour lycéens, collégiens ou passants (si vous désirez participer, envoyer un mail à nbg@univ-nantes.fr pour préciser votre discipline et votre créneau horaire)

2) Réflexion et perspectives d’action à plus long terme:

a) Pétition SLU: l’AG appelle à signer la nouvelle pétition nationale. Attention, il s’agit de 5 pétitions différentes, et donc il faut cliquer 5 fois (cela prend 3 minutes !).Il faut se rendre sur
b) Rétention : l’Assemblée Générale Intercomposantes réitère son appel à la rétention des notes jusqu’à satisfaction de nos revendications. Elle appelle à soutenir les collègues de Lille II, indûment menacés par leur Président de sanctions administratives, en signant la pétition
Certains juristes pensent que la position du président de Lille 2 est illégale. A suivre.
Il y a eu ensuite une discussion sur les réactions possibles à ce type de menace (donner notes sous forme papier ? si pas d’autres possibilités, obtempérer le plus tard possible…et mettre 20 à tout le monde, en gardant au chaud les vraies notes ? Il est nécessaire de débattre de ces questions dans chaque département.

Au département de sociologie, la rétention de notes est devenu une décision individuelle.

c) Vous trouverez ci-jointe la lettre remise aujourd’hui aux divers directeurs d’UFR et transmise au président, là propos des jurys de bac. Elle sera transmise par voie hiérarchique et à la presse.

3) Parlementaires :

On va prendre rendez-vous avec les parlementaires socialistes, pour éclaircir leur position vis-à-vis des problèmes universitaires (on les a peu entendus…).

4) Prochaine Assemblée Intercomposantes :

lundi 4 mai, 16h30.
======================
LETTRE AU PRESIDENT DE L’UNIVERSITE ET AUX DIRECTEURS DE COMPOSANTES
======================
COLLECTIF INTERCOMPOSANTES DE L’UNIVERSITE DE NANTES

Nantes, le 28 avril 2009
A
Monsieur le Président de l’Université de Nantes,
s/c de Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’UFR,

Monsieur le Président de l’Université de Nantes,
Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’UFR,

Par la présente lettre, les membres du Collectif inter-composantes de l’Université vous prient de bien vouloir refuser de transmettre à Monsieur le Recteur de l’Académie de Nantes les noms d’éventuels présidents de jury pour la session 2009 du Baccalauréat et des différents Brevets de Techniciens Supérieurs. En effet, malgré les diverses réécritures, les projets que la communauté universitaire rejette massivement depuis des mois restent pour l’essentiel en place et leur caractère destructeur demeure entier.
– Statuts : même si la modulation ne peut être imposée, à moyens constants, les décharges des uns impliqueront une surcharge pour les autres et nous ne savons toujours pas quelles charges administratives seraient prises en considération dans les services.
– Formation et recrutement des enseignants : aucun des aspects néfastes de la réforme initiale n’a disparu (formation amputée, initiation à la recherche illusoire, préparation à des concours vidés de leur contenu disciplinaire, épreuve contestable de ‘connaissance du système éducatif’, dégradation de la formation professionnelle, perte d’une année salariée, précarisation de la condition enseignante).
– Budgets et contrat doctoral : même si le ministère est revenu sur la suppression d’une partie des postes dans les organismes de recherche, le bilan est très négatif et le contrat doctoral unique demeure d’actualité.
– Menace sur la laïcité : à tout cela s’ajoutent de graves inquiétudes concernant le traitement dont jouit l’enseignement supérieur privé; la reconnaissance des grades et diplômes (licence, master, doctorat) entre la République Française et le Saint-Siège, signée le 18 décembre 2008, et officialisée très récemment par un décret du Journal Officiel ne peut qu’alarmer tous ceux qui sont profondément attachés à l’Ecole Républicaine et Laïque.

Pour toutes ces raisons, nous continuons à combattre ces ‘réformes’ néfastes, et pour alerter de nouveau l’opinion publique, vous demandons de ne pas fournir à Monsieur le Recteur de noms d’enseignants-chercheurs susceptibles de présider les jurys.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’UFR, l’expression de nos sentiments respectueux.

Le Collectif inter-composantes de l’Université de Nantes.

L’association Nantes-Histoire organise un « café-histoire »

L’association Nantes-Histoire organise un « café-histoire », le lundi 27 avril, de 20 à 22 heures, au café Le Flesselles, allée Flesselles, donc à deux pas de la place du Commerce. L’entrée reste gratuite (même si chacun est invité à prendre une consommation), et la seule limite d’accès est celle du nombre de places disponibles (100 au grand maximum).

Thèmes abordés :
Mais que se passe-t-il donc dans les universités pour qu’un mouvement revendicatif y soit aussi long, aussi général, et longtemps aussi unanime ?

Quels changements posent donc autant problème ? Que veut donc dire « autonomie des universités », et cette notion est-elle une nouveauté dans notre pays ? et en Europe ?

Qu’est ce que cette question de « formation des maîtres », et les décisions gouvernementales marquent-elles donc une rupture ? Qu’en était-il voici vingt, cinquante, cent ans ?

Peut-on penser l’Université d’aujourd’hui en oubliant son lien avec la société ? Oublier le choix d’une université de masse ? Mais quand et pourquoi ce choix a-t-il été fait ?
Les universités sont-elles les lieux d’une démocratie idéale voire d’une autogestion, ou les lieux d’un conservatisme maintenu par des féodalités… ou par des syndicats ? Et, quelles que soient les réponses, comment expliquer cette situation ?

Ce que Nantes-Histoire propose est à l’opposé de ce que certains médias voudraient nous imposer. Il ne s’agit pas, tout d’un coup, de se prononcer « pour » ou « contre » une « réforme » érigée comme une valeur en soi, mais d’aider à réfléchir avec le recul nécessaire : le contexte du temps, et celui de l’espace européen dans lequel nous vivons.

Certaines de ces questions, et bien d’autres — puisque c’est vous qui décidez de la soirée, après une brève intervention liminaire de notre invité — seront abordées par Jean-Pierre Lethuillier.

Historien, universitaire, placé en outre en un point d’observation que l’actualité a souvent mis en avant (Rennes), il mettra son expérience et son savoir à notre disposition.

Le débat sera mené par Didier Guyvarc’h, lui aussi historien et universitaire, et longtemps président de Nantes-Histoire.

Situation à Nantes

Blocus et grève :
– les cours ont repris en SHS le 1er avril ; rattrapage des cours en mai ;
– les cours avaient repris en sciences fin mars ; rattrapage des cours dès les vacances de Pâques, supprimées ;
– les cours avaient repris nettement plus tôt en droit.
Il y a donc eu modification du calendrier des différentes composantes : votée par les conseils d’UFR. Les directeurs d’UFR nantais sont très prudents ; aucun n’a pris position pour le blocus ni pour la grève. Ils ont au contraire fixé, par motion, la reprise des cours au 1er avril. Tenue après publication des motions UFR, l’AG des étudiants a voté dans le même sens.
Actions : les Nantais impliqués dans le mouvement restent actifs
– près de 200 lettres de démission ont été envoyées ;
– mardi 31 mars : cérémonie de non-remise des maquettes et arbre des obstinés avec revendications et récriminations accrochées à l’arbre devant le rectorat
– distribution de tracts en ville, à plusieurs reprises (tracts sur le site d’Olivier)
– manifestation 2 avril et concert de casseroles (peu de manifestants)
– nuit des universités le 3 avril en fac de sciences.
– projets pour la rentrée : action sitting avec livres ; « Un cadavre pour Nicolas Banana » (théâtre en plein air).
Motions votées le 30 mars :
– L’AG intercomposantes des personnels de l’université de Nantes informée des diverses modalités envisagées de rattrapage demande que la refonte du calendrier initial ne prévoie en aucun cas une prorogation du temps d’enseignement au-delà du 29 mai. L’A.G. rappelle que les projets de travail et/ou de séjour à l’étranger de bon nombre d’étudiants tributaires du calendrier initial se trouveraient menacés par un rattrapage au-delà de cette date.
– Les réunions de personnels organisées par les UFR ont exprimé le souhait de poursuivre le mouvement contre les projets de réformes.
Le Collectif Intercomposantes des personnels de l’Université de Nantes demande que les UFR permettent les actions communes des étudiants et personnels en libérant les temps nécessaires, à commencer par l’après-midi du 2 avril, journée d’action nationale de la Maternelle à l’Université.
– a appelé à faire grève le 2 avril.

« L’arbre aux obstinés fleurit devant le rectorat de nantes » (Ouest France)

A lire sur le site de Ouest-France : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-L-arbre-aux-obstines-fleurit-devant-le-Rectorat-de-Nantes_-880203–BKN_actu.Htm

w_ouestfrance_

Blocus levé à Nantes

L’AG étudiante vient de voter la fin du blocus. Plus d’un millier d’étudiants étaient présents. Vote :
> – pour la levée : environ 500
> – pour la poursuite : environ 400
> le reste pour un blocus partiel.