L’AG intercomposantes de Nantes appelle à la rétention des notes et refuse de présider les jurys de bac !

Compte rendu AG Intercomposantes 27 avril 2009

1) Organisation :

a) Organisation de la « ronde des Obstinés » de mardi 28 avril, place Royale à 15h:Baptême de cette place, renommée « Place de l’Université, 1200-2009, assassinée par le gouvernement ». Ronde obstinément marcheuse, puis courte pièce de théâtre.
b) Coordination nationale: Envoi de 2 délégués, Natacha Coquery, et Nathalie Jamet (élues à l’unanimité).
c) Organisation du premier mai: Départ manifestation 10h30, lieu à préciser. Penser banderoles, gilets « Université » ou autres signes distinctifs (brassards…).
d) Organisation 6 mai: FAQ en FAC, place Royale de 14h30 à 18h30.
IL faut également que cela figure sur le site web, et qu’il y ait affiches et tracts.
Rappel du principe: tous les collègues et étudiants de L3 volontaires viendront répondre à des questions sur leur discipline (sorte de ‘petits cours particuliers’ pour lycéens, collégiens ou passants (si vous désirez participer, envoyer un mail à nbg@univ-nantes.fr pour préciser votre discipline et votre créneau horaire)

2) Réflexion et perspectives d’action à plus long terme:

a) Pétition SLU: l’AG appelle à signer la nouvelle pétition nationale. Attention, il s’agit de 5 pétitions différentes, et donc il faut cliquer 5 fois (cela prend 3 minutes !).Il faut se rendre sur
b) Rétention : l’Assemblée Générale Intercomposantes réitère son appel à la rétention des notes jusqu’à satisfaction de nos revendications. Elle appelle à soutenir les collègues de Lille II, indûment menacés par leur Président de sanctions administratives, en signant la pétition
Certains juristes pensent que la position du président de Lille 2 est illégale. A suivre.
Il y a eu ensuite une discussion sur les réactions possibles à ce type de menace (donner notes sous forme papier ? si pas d’autres possibilités, obtempérer le plus tard possible…et mettre 20 à tout le monde, en gardant au chaud les vraies notes ? Il est nécessaire de débattre de ces questions dans chaque département.

Au département de sociologie, la rétention de notes est devenu une décision individuelle.

c) Vous trouverez ci-jointe la lettre remise aujourd’hui aux divers directeurs d’UFR et transmise au président, là propos des jurys de bac. Elle sera transmise par voie hiérarchique et à la presse.

3) Parlementaires :

On va prendre rendez-vous avec les parlementaires socialistes, pour éclaircir leur position vis-à-vis des problèmes universitaires (on les a peu entendus…).

4) Prochaine Assemblée Intercomposantes :

lundi 4 mai, 16h30.
======================
LETTRE AU PRESIDENT DE L’UNIVERSITE ET AUX DIRECTEURS DE COMPOSANTES
======================
COLLECTIF INTERCOMPOSANTES DE L’UNIVERSITE DE NANTES

Nantes, le 28 avril 2009
A
Monsieur le Président de l’Université de Nantes,
s/c de Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’UFR,

Monsieur le Président de l’Université de Nantes,
Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’UFR,

Par la présente lettre, les membres du Collectif inter-composantes de l’Université vous prient de bien vouloir refuser de transmettre à Monsieur le Recteur de l’Académie de Nantes les noms d’éventuels présidents de jury pour la session 2009 du Baccalauréat et des différents Brevets de Techniciens Supérieurs. En effet, malgré les diverses réécritures, les projets que la communauté universitaire rejette massivement depuis des mois restent pour l’essentiel en place et leur caractère destructeur demeure entier.
– Statuts : même si la modulation ne peut être imposée, à moyens constants, les décharges des uns impliqueront une surcharge pour les autres et nous ne savons toujours pas quelles charges administratives seraient prises en considération dans les services.
– Formation et recrutement des enseignants : aucun des aspects néfastes de la réforme initiale n’a disparu (formation amputée, initiation à la recherche illusoire, préparation à des concours vidés de leur contenu disciplinaire, épreuve contestable de ‘connaissance du système éducatif’, dégradation de la formation professionnelle, perte d’une année salariée, précarisation de la condition enseignante).
– Budgets et contrat doctoral : même si le ministère est revenu sur la suppression d’une partie des postes dans les organismes de recherche, le bilan est très négatif et le contrat doctoral unique demeure d’actualité.
– Menace sur la laïcité : à tout cela s’ajoutent de graves inquiétudes concernant le traitement dont jouit l’enseignement supérieur privé; la reconnaissance des grades et diplômes (licence, master, doctorat) entre la République Française et le Saint-Siège, signée le 18 décembre 2008, et officialisée très récemment par un décret du Journal Officiel ne peut qu’alarmer tous ceux qui sont profondément attachés à l’Ecole Républicaine et Laïque.

Pour toutes ces raisons, nous continuons à combattre ces ‘réformes’ néfastes, et pour alerter de nouveau l’opinion publique, vous demandons de ne pas fournir à Monsieur le Recteur de noms d’enseignants-chercheurs susceptibles de présider les jurys.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Directrices et Directeurs d’UFR, l’expression de nos sentiments respectueux.

Le Collectif inter-composantes de l’Université de Nantes.

Publicités

Motion AG Nancy 2 : pas de validation de l’année universitaire sans retrait des décrets d’ici le 15 Juin.

Motion AG Nancy 2

« Le gouvernement continue de faire la sourde oreille aux revendications portées très largement par la communauté universitaire, sur les statuts, la formation des enseignants, les suppressions de postes, le démantèlement des organismes de recherche, la loi LRU. Nous, enseignants et/ou chercheurs de l’Université Nancy 2, réunis en Assemblée générale lundi 20 avril 2009, décidons de poursuivre notre mouvement de grève administrative (rétention des notes du premier et du second semestres, non participation aux jurys, non participation aux jurys de Bac). Si le décret sur le statut des enseignants-chercheurs et la réforme de la formation et du recrutement des enseignants n’étaient pas retirés ou annulés le 15 juin, le gouvernement nous mettrait dans l’incapacité de clôturer et de valider l’année universitaire. »

4 nppv. 2 abst. 4 contre 48 pour. (quelques procurations incluses)

L’AG a décidé de collecter les signatures individuelles sur cette motion
La prochaine AG des personnels aura lieu demain, mardi 21 avril vers 14h30-15h00, à l’issue de l’AG commune avec les étudiants.

Les enseignants-chercheurs du Havre refusent de présider les jurys de bac

(Texte récupéré sur le site POOLP. A noter que les universités de Rouen, Provence, Grenoble et Paris IV ont déjà joint ce mode d’action à celles qu’elles pratiquaient déjà.)

Les présidents d’université sont en ce moment sollicités pour transmettre au rectorat les noms des futurs présidents des jurys de baccalauréat pour la session 2009, présidents qui, rappelons-le, sont obligatoirement choisis parmi les maîtres de conférences et professeurs d’Université.
La pétition suivante a pour objet, dans la mesure du possible, d’empêcher le bon déroulement de la constitution de ces jurys. En effet, une fois le jury constitué par le recteur, il n’est pas nécessaire que le président soit physiquement présent car le vice-président peut le remplacer. Un boycott au mois de juin n’aurait donc aucun effet tandis qu’un refus de participation en ce moment est une arme de plus dans le combat que nous menons.

Nous, enseignants-chercheurs, refusons de présider les jurys de bac !
Le baccalauréat est un grade universitaire, c’est pourquoi les jurys sont OBLIGATOIREMENT présidés par un professeur des universités ou un maître de conférences nommé par le recteur sur proposition des présidents d’université. (Décret n° 93-1092 du 15 septembre 1993)
Cette année, nous refusons que nos noms soient transmis au recteur pour présider les jurys de baccalauréat de la session 2009. Aucun jury ne doit être constitué tant que les revendications rappelées ci-dessous n’ont pas été satisfaites.

Parce que les collèges et les lycées sont, comme les établissements du 1er degré, directement menacés par le projet de réforme de la formation et du recrutement des enseignants :
– ce projet affaiblit le contenu disciplinaire des concours :
– l’année de stage en alternance (payée !) à l’issue du concours disparaît. Cela signifie la suppression de fait de la formation pédagogique des enseignants du secondaire et du primaire, ce qui permet à l’Etat d’économiser aux dépens des futurs enseignants et de leurs élèves chaque année plus de 10 000 postes de fonctionnaires.
– ce projet encourage le développement de la précarité au lieu de se solder par une revalorisation réelle du métier d’enseignant. En effet, tout indique que les concours disparaîtront progressivement pour laisser la place à l’inscription sur une liste d’aptitude, réservoir où les proviseurs des établissements devenus autonomes pourront piocher librement, pour recruter soit des contractuels soit des vacataires. La masterisation de la formation des enseignants est une arme de destruction massive dirigée contre les fonctionnaires.
Parce que le gouvernement s’acharne à vouloir mettre en place ces nouveaux concours dès 2010.
Parce que la suppression des postes dans le supérieur met en danger les formations dispensées, et que la « promesse » faite par François Fillon de mettre à disposition des universités des postes d’agrégés du secondaire revient à déshabiller le secondaire.
Parce qu’il est de plus en plus clair qu’un projet cohérent est mis en place de la maternelle à l’université. Or le secteur public ne peut et ne doit pas répondre aux mêmes critères que le privé car les écoles, les collèges, les lycées et les universités ne sont pas des entreprises, l’enseignement et la recherche ne sont pas des marchandises.
Parce que, en réécrivant le décret fixant le statut des enseignants-chercheurs, le gouvernement vise à faire des économies au détriment de la recherche, dans une logique de rentabilité aussi inadaptée que délétère.
Parce que ce décret ouvre la porte à un « enseigner plus pour gagner autant », parce qu’il vise à scinder la communauté universitaire et à réduire le lien entre enseignement et recherche, fondateur de l’université.
Parce qu’aucune réponse n’est apportée à des sujets aussi capitaux que le démantèlement des organismes publics de recherche, le contrat doctoral unique, la précarisation de masse des jeunes chercheurs, la pénurie des postes statutaires, les nouvelles règles budgétaires, la précarisation et l’individualisation autoritaire des carrières des agents administratifs et techniques, les inégalités induites par l’application du plan campus.
Parce que le gouvernement refuse de nous entendre et que sa seule réponse à nos revendications se résume à une opération de communication.

Depuis le 2 février, les universités sont en grève pour s’opposer à la destruction du système éducatif français et défendre l’avenir de nos enfants. C’est pourquoi nous refusons que nos noms soient transmis au recteur afin qu’il procède à la constitution des jurys de baccalauréat.

Communiqué de l’Université de Rouen concernant les jurys de BAC

Communiqué de l’Université de Rouen concernant les jurys de BAC
Communiqué du comité de mobilisation de l’Université de Rouen concernant les jurys de BAC

A l’Université de Rouen, près de 250 enseignants-chercheurs ont signé une lettre-pétition pour refuser que leurs noms soient transmis au recteur pour la présidence des jurys de baccalauréat tant que les revendications portées par le mouvement ne trouveront pas de réponse satisfaisante.
Aujourd’hui mardi 7 avril 2009, le Président de l’Université de Rouen nous a déclaré qu’il ne transmettrait aucun nom au titre de notre établissement (le principal contingent de notre académie). Indice de l’inquiétude suscitée par notre refus, le recteur aurait demandé au Ministre Xavier Darcos quelle disposition adopter pour la constitution des jurys de BAC.
Nous proposons donc aux différentes universités d’adopter cette modalité d’action.
Pour les académies où ces jurys ne sont pas encore constitués, il s’agit de s’adresser au président de l’Université afin d’exiger qu’il n’y ait pas de transmission des noms des présidents de jury au rectorat

(Lien vers la pétition de Rouen: http://urouenmobilisee.wordpress.com/2009/03/20/petition-jurys-de-bac/)
Pour celles où les jurys sont déjà constitués, il s’agit de signifier par lettre collective au recteur l’opposition des enseignants chercheurs à ces nominations (la démission étant en effet de peu d’effet car le démissionnaire peut alors être relevé par le vice-président du jury).

Rouen : 246 enseignants-chercheurs refusent de présider les jurys de bac !

« LETTRE AU PRÉSIDENT DE L’UNIVERSITÉ DE ROUEN
Nous, enseignants-chercheurs, refusons de présider les jurys de bac !

Le baccalauréat est un grade universitaire, c’est pourquoi les jurys sont OBLIGATOIREMENT présidés par un professeur des universités ou un maître de conférences nommé par le recteur sur proposition des présidents d’université. (Décret n° 93-1092 du 15 septembre 1993)
Cette année, nous refusons que vous transmettiez au recteur nos noms pour présider les jurys de baccalauréat de la session 2009. Aucun jury ne doit être constitué tant que les revendications rappelées ci-dessous n’ont pas été satisfaites. »

Lire la suite du message, le texte de la pétition et la iste des signataires sur :

http://urouenmobilisee.wordpress.com/2009/03/20/petition-jurys-de-bac/

La ronde des obstinés de Rouen et leur refus de présider les jurys de bac

Pour ce qui est de Rouen, nous organisons notre ronde des obstinés locale en lien avec la fcpe ce jeudi 2 Avril avec conférence de presse sur l’action de « refus de présider les jurys de bac » (235 signataires à ce jour).
Nous avons fait ce mardi une manif de droite pour la non-remise des maquettes très réussie.
Les Rouennais parisiens vont par ailleurs décider d’un jour où ils pourront se joindre à la ronde sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Pour avoir le point sur la mobilisation dans les différentes UFR et les CR des AG, voir sur le site de Rouen ci-dessous. Suit le communiqué de presse envoyé aux médias locaux, qui sont systématiquement avertis de nos actions et donc en font la couverture médiatique vitale pour le mouvement:
http://urouenmobilisee.wordpress.com/

Conférence de presse université de Rouen jeudi 2 avril à 16H
Mesdames et Messieurs les journalistes
Merci de bien vouloir prendre connaissance du communiqué suivant du Comité de Mobilisation, la FSU (SNESup – SNASUB), Sauvons l’Université et la CGT (FERC-Sup et SNTRS) de l’Université de Rouen, en date du 1 avril 2009 .
« La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche a reçu lundi 30 mars l’ensemble des organisations syndicales et mouvements représentant la communauté universitaire mobilisée contre les projets gouvernementaux. Une fois de plus elle a refusé d’entendre les revendications de retrait des projets. Les syndicats et collectifs signataires demandent :
– Le retrait de la loi « LRU »
– L’abandon du décret modificatif du statut particulier des enseignants-chercheurs
– La réorganisation de la formation des enseignants en prenant en compte leur cursus universitaire et une formation professionnelle de qualité
– L’arrêt du démantèlement des organismes de recherche
– L’arrêt de la politique de suppression massive d’emplois et création immédiate de postes d’enseignants, de chercheurs et de personnels BIATOS pour répondre aux besoins sociaux pressants de la société française en matière de formation de la jeunesse
– La résorption de la précarité
– La revalorisation des traitements et salaires ainsi que l’abandon de la politique du «salaire au mérite» fondé sur un système de primes
– Le maintien du caractère national des diplômes

La ministre a cependant annoncé mardi 31 mars que les 130 postes de chercheurs dans les organismes de recherche supprimés au titre du dispositif de « chaires mixtes universités-organismes » seraient réattribués dès la session 2009. Cette annonce est à mettre à l’actif de la mobilisation unitaire et nous conforte dans la poursuite de la mobilisation.
C’est pourquoi les personnels et les étudiants de l’Université de Rouen décident la mise en place des actions suivantes :
– Le mardi 31 mars, un rassemblement devant le Rectorat de Rouen pour une cérémonie de non-remise des maquettes (nouvelle date fixée – en pure perte – par le ministre de l’Education Nationale pour la remontée de celles-ci au ministère) suivie d’une « manif de droite » s’est déroulée dans la bonne humeur (photos jointes).
– Le 2 avril, à partir de 15 heures, place de la Cathédrale, début de la « Ronde des obstinées de province » qui se poursuivra jusqu’à 20 heures, avec jonction en fin d’après midi avec les actions programmées par la FCPE.

Nous vous invitons par ailleurs à nous retrouver pour une conférence de presse le jeudi 2 avril à 16 heures place de la Cathédrale. Lors de cette conférence de presse nous vous présenterons le bilan de l’action « refus de présider les jurys de bac ». Cette action, qui touche un grand nombre d’universités françaises, consiste en un engagement individuel de tous les enseignants chercheurs à communiquer au Recteur leur refus de présider les jurys de baccalauréat. La remise des engagements se fera collectivement à une date qui sera précisée.

Rouen le 1er avril 2009. 13 h

Rennes 1 : refus de siéger aux jurys, dont ceux du baccalauréat

Le 1er décembre 2008 nous avons décidé la rétention des notes du premier semestre et la non-participation aux jurys pour protester contre le projet de décret modifiant le statut des universitaires. Depuis le 2 février nous sommes en grève pour demander son retrait ainsi que celui de la réforme de la formation des enseignants.
Après 17 semaines de mobilisation, dont 8 de grève, nous constatons qu’aucune réponse satisfaisante n’a été donnée à des revendications portées par un mouvement national sans précédent dans les universités. Dans ces conditions, il est difficile de croire que l’enseignement supérieur et la recherche soient une des priorités de ce gouvernement. Ce temps perdu montre au contraire le peu de cas qui est fait des universitaires et des étudiants dont l’année risque bientôt d’être compromise. Les méthodes utilisées pour discréditer les universitaires mobilisés et le recours à une violence disproportionnée pour réprimer certaines manifestations le confirment.
Mobilisés pour défendre le respect des valeurs menacées qui animent nos enseignements et nos recherches, nous entendons rester cohérents avec ces valeurs. Nous ferons donc le nécessaire pour que nos étudiants puissent acquérir les connaissances prévues dans nos cursus.
Mais nous déclarons aussi que nous ne remettrons pas les notes et nous ne siégerons pas dans les jurys tant que nos deux revendications ne seront pas satisfaites.
Nous refuserons en particulier de siéger dans les jurys du baccalauréat.
Nous restons en grève et continuons d’animer le mouvement et de participer aux journées nationales de manifestation.
La suspension des séminaires est maintenue.

Collectif des mathématiciens de l’Université de Rennes 1
http://mathsrennes1.blogspot.com/