Consultation Paris 11 : les réformes ne passent pas !

Ci-dessous, le communiqué de presse annonçant les résultats de la consultation réalisée à Orsay sur les réformes. 4000 personnes ont été sondées, 43% ont répondu.

Après Paris 13 – Villetaneuse, les personnels de l’assemblée générale de l’université de l’Université Paris Sud 11 (réunies au sein du collectif « Orsay en Lutte »), ont voulu répondre aux affirmations gouvernementales qui prétendent que le mouvement dans l’enseignement supérieur et la recherche qui dure depuis début 2009 n’est le fait que de minorités. Une consultation des personnels permanents (chercheur(se)s, enseignant(e)s-chercheur(se)s, personnels techniques et administratifs ITA/BIATOSS) et précaires (doctorant(e)s, post-docs, stagiaires, CDD) de l’UFR des Sciences et de l’UFR STAPS de l’Université Paris Sud 11 sur les réformes en cours a été organisée par le collectif du 19 mai au 05 juin.

Pendant deux semaines, près de 4000 personnes ont été consultées (1196 chercheurs et enseignants chercheurs sur les 2500 que comptent l’UFR, 664 personnels administratifs et techniques, et près de la moitié des doctorants présents sur le campus). Sur ces 4000 personnes, 43% ont voté et répondu à tout ou partie d’un questionnaire portant sur l’ensemble des réformes touchant actuellement l’enseignement supérieur et la recherche. Cette participation élevée pour un vote non officiel a donc une valeur incontestable (le taux de participation à l’élection du conseil d’administration de l’université de mai 2008 était de 39%).

Les résultats sont nets. Les personnels rejettent massivement les réformes engagées par le gouvernement (82% des votants, plus de 94% des exprimés) et demandent la mise en place de réformes alternatives pour l’enseignement supérieur et la recherche (74% des votants, plus de 89% des exprimés). Pour eux, le gouvernement n’a pas pris en compte les revendications exprimées par l’ensemble des personnels depuis trois mois (84% des votants, plus de 93% des exprimés) et ils soutiennent majoritairement les personnels mobilisés pour s’opposer aux réformes imposées par le gouvernement (82% des votants, plus de 96% des exprimés). Plus spécifiquement, ils rejettent la réforme de la formation des enseignants (63% des votants, plus 91% des exprimés), le nouveau décret du statut des enseignants chercheurs (65% des votants, près de 97% des exprimés), le pilotage de la politique de la recherche via l’ANR (62% des votants) et la restructuration des organismes de recherche comme le CNRS, l’INRA, … en agences de moyens (68%des votants, près de 97% des exprimés), la LRU sous sa forme actuelle (61% des votants, 92% des exprimés) et le décret relatif aux équivalences entre diplômes universitaires et diplômes délivrés par le Saint Siège (60% des votants, 89% des exprimés). Une exception, comme à Villetaneuse : le contrat doctoral, qui ne rassemble pas les opinions, une part importante des votants n’étant pas informée ou s’abstenant.

Ces résultats confirment ceux obtenus à Villetaneuse : les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche rejettent massivement les réformes engagées par Valérie Pécresse et Xavier Darcos. Le Collectif Orsay en Lutte appelle d’autres universités à procéder à des consultations similaires. La présidence de l’université ainsi que le ministère doivent entendre la voix des personnels, car l’université, c’est nous.

Le collectif « Orsay en Lutte », le 17 juin 2009.

Le collectif « Orsay en Lutte » est né en octobre 2007 de l’opposition à la loi LRU. Au plus fort du mouvement de lutte contre les réformes en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche, il a rassemblé de façon hebdomadaire des centaines de personnes (personnels et étudiants ) en assemblées générales à la faculté d’Orsay.

www.orsayenlutte.info

Publicités

Grève administrative à l’Université Paris Sud – Orsay (Paris 11)

Grève administrative à l’Université Paris Sud – Orsay
Même s’il a fait quelques reculs sous la pression massive et consensuelle de la communauté universitaire, le gouvernement continue à imposer, notamment via la LRU, sa conception marchande de l’université et de la recherche. Pourtant, depuis quatre mois, une large partie de notre communauté a montré son opposition aux réformes en cours (décret modifiant le statut des enseignantschercheurs, « mastérisation », casse des organismes de recherche publiques, …), via la grève des cours, des manifestations hebdomadaires, la nonremontée des maquettes de master d’enseignement, la ronde infinie des obstinés… Pour appuyer ces mobilisations et en convergence avec l’ensemble des universités en lutte, nous lançons sur Orsay un nouveau moyen d’action. Il consiste pour l’essentiel à rendre inutilisable par l’administration les fichiers informatiques Apogée dans lesquels sont enregistrées les notes des étudiants, tout en permettant l’organisation des examens et les délibérations du jury dans
des conditions régulières ne souffrant nulle contestation.
Les Départements de Chimie et de Mathématiques soutiennent cette modalité de grève : une grande majorité des votes exprimés (85 à 90%) y est favorable. Ils appellent les filières à la mettre en oeuvre. L’UFR de STAPS s’est prononcé pour la suspension de la tenue des jurys, y compris de ceux du premier semestre.
Dans les trois filières BCST (BiologieChimieSciences de la Terre), MPI (MathsPhysiqueInformatique) et PCST (PhysiqueChimieSciences de la Terre), première et deuxième années de licence, une consultation des enseignants a été réalisée. Tous les résultats obtenus montrent qu’une forte majorité des enseignants qui se sont exprimés est favorable à cette action. En L3/M1 Physique fondamentale, les résultats vont dans le même sens. D’autres consultations sont encore en cours, dans les L3 de Biologie (BOEE et BOEBI) en particulier. Notons que la licence scientifique générale applique la grève administrative depuis la fin du semestre S5. En conséquence, la session 2009 des examens sera maintenue. Le déroulement des épreuves et les délibérations de jury seront assurées dans les conditions régulières. Mais les résultats resteront inexploitables par l’administration tant que les réformes ne seront pas retirées. Conscients de nos responsabilités à l’égard des futures générations d’élèves, d’étudiants et d’enseignants, nous continuerons à défendre les idéaux républicains d’égalité et l’appartenance des futurs enseignants à la fonction publique d’État. Ni les examens, ni les concours, ni les vacances scolaires ne mettront de terme à ce mouvement de résistance, et nous apportons notre soutien solidaire à nos collègues des universités en lutte. Notre détermination se renforce à mesure que nos ministres de tutelle s’obstinent.

Mody, travailleur sans-papiers de l’université Paris XI

Mody, travailleur sans-papiers de l’université Paris XI, est menacé d’expulsion.
Il est depuis 15 jours au centre de rétention de Vincennes et ce pour les 2 semaines à venir.
vous pouvez le soutenir et aider à sa régularisation, en signant la pétition en ligne :
http://www.csp-lesulis.org/petition_mody/?petition=2

Pour le moment, le consulat du mali refuse de lui délivrer de laisser passer consulaire. donc on espère le revoir bientôt revenir parmi nous.

Actu : Paris 11

AG
Nous étions 500 à l’AG aujourd’hui (700 la semaine dernière mais nous sommes en période de vacances scolaires). La grève a été revotée jusqu’à la prochaine AG ; comme les 2 semaines précédentes, certains cours seront annulés et diverses réunions et actions sont prévues. Une longue discussion a été menée sur les modalités de la grève pour cette 3e  semaine alors que certains cours continuent à avoir lieu.

MOTIONS POUR COORD.
Nous avons voté 2 motions en direction de la coordination de vendredi (en complément de notre motion en 15 points du 9 février)

Motion 1 : Unité avec le secondaire et le primaire
Le manque de postes, le développement de la précarité chez les enseignants au détriment de la qualité de l’enseignement est une réalité dans tous les secteurs de l’éducation de la maternelle au supérieur. Pour faire reculer le gouvernement qui, pour l’instant, n’écoute pas nos revendications, nous devons nous mobiliser tous ensemble. C’est pourquoi nous demandons à la coordination d’appeler à des journées de manifestation de l’éducation dans son ensemble dès la rentrée (par exemple samedi 7 mars à Paris).

Remarque : l' »AG parisienne des enseignants et parents en lutte » appellent à une manifestation de l’éducation le 7 mars.

Motion 2: Il est impératif que la coordination nationale universitaire porte les revendications des personnels des EPST (ITA, chercheurs): maintien des organismes comme opérateurs de recherche, augmentation des postes statutaires, résorption de la précarité, augmentation des salaires…

Le mouvement monte en puissance à Paris 11 (compte-rendu du vendredi 13)

Le mouvement monte en puissance à Paris 11 (compte-rendu du vendredi 13)

*2 AG de 700 personnels et étudiants à Orsay* jeudi 5 et lundi 9. Nous sommes en grève depuis 2 semaines : des AG dans presque touts les labos, plus de 20 se sont déclarés « laboratoires en lutte» avec annonce sur leur page web, des AG par filières d’enseignement, des AG dans les départements et les IUT. Toutes ces réunions montrent une très forte détermination de nos collègues, qui dépasse le simple retrait des 2 décrets. En licence une grosse partie des cours n’est pas assurée. Nous étions 2000 de Paris 11 dans les rues de Paris mardi : du jamais vu !
Le CA a voté la remontée des maquettes de master enseignement, contrairement à la motion du CEVU, mais les porteurs de maquette ont tous démissionné !
4 réunions se sont tenues cette semaine dans les villes alentour avec des collègues du primaire et secondaire : une grosse centaine de participants (en plus des universitaires) : des échanges très fructueux et une forte envie de faire converger les luttes des différents secteurs de la maternelle à l’université.
Pour en savoir plus, visitez le site http://www.orsayenlutte.info

Réunion enseignants L1, Paris XI (12 Février)

CR bref de la reunion des enseignants de L1 de Paris XI.
Les enseignants de L1 toutes matières confondues (Mathématiques, Physique, Chimie, Informatique et Géologie) des deux filières Mathématiques-Physique-Informatique (MPI) et Physique-Chimie-ScienceDeLaTerre (PCST) se sont réunis aujourd’hui, jeudi 12 février 2009 (25 présents).

Après une discussion qui a duré deux heures ils ont décidé:
– de reporter les partiels d’au moins deux semaines,
– de convoquer les étudiants des deux filières à une réunion générale d’information le lundi 16  à 15h amphi H6 bat 336,
– de rester très vigilant de sorte que les étudiants ne soient au final pas pénalisés,
– de se réunir  à nouveau vendredi 20 février à 14h.

Ils se sont prononcés à une large majorité pour la reconduction de la grève la semaine prochaine (20 pour, 1 abstention et 1 contre), qui dure déjà effectivement depuis une à deux semaines suivant les matières, avec annulation de tous les
enseignements.

Motion Paris 11 (9 février)

Motion : PARIS 11 AG des personnels et des étudiants du 9 février 2009

Face à des réformes mises en place sans concertation
Face au mépris et aux propos insultants
L’Assemblée Générale inter-composantes (Université – EPST ) des personnels et étudiants de l’Université Paris 11, réunie le 9 février 2009, EXIGE
* La restitution des 923 postes supprimés dans l’enseignement supérieur et la recherche et un plan pluriannuel de création de postes ainsi que la restitution des chaires EPST-Université aux EPST
* Le retrait du projet de décret sur les statuts des enseignants chercheurs, qui supprime tout cadre national dans la gestion des services et des carrières.
* Le retrait de la réforme de la formation et du recrutement des enseignants du 1er et 2nd degré et le rétablissement de l’année de formation en alternance et rémunérée des enseignants reçus au concours
* Un cadre national des diplômes et des statuts
* L’arrêt du démantèlement des organismes de recherche et leur maintien en tant qu’opérateurs de recherche indépendant en reconnaissant leurs rôles de garants d’une cohérence nationale.
* Le retrait du contrat doctoral et une réelle amélioration du statut des doctorants et des jeunes chercheurs
* La résorption de la précarité chez les enseignants, les chercheurs, les ITA, les BIATOSS et la titularisation des contractuels.
* De solutions concrètes aux problèmes de précarité des étudiants (logement, petits jobs, …).
* L’arrêt de l’individualisation des carrières, notamment la PFR.
* L’augmentation des bas salaires et la revalorisation du point d’indice
* L’arrêt de la destruction du système de formation professionnel universitaire (IUT)
* Abrogation de la LRU
* Restitution des moyens et prise en compte des besoins pour les dotations et l’arrêt du système SYMPA
* Réduction des services d’enseignement de tous les enseignants-chercheurs avec la création des postes correspondants
* Arrêt des suppressions de postes de la maternelle à l’université

L’Assemblée Générale se déclare attachée à la démocratie, la collégialité, l’indépendance et la liberté qui font l’essence de l’Université et de la Recherche et que les politiques actuelles visent à détruire.
L’Assemblée Générale s’oppose à la destruction progressive d’un service public de plus : l’Enseignement et la Recherche alors qu’il est urgent d’investir dans ces secteurs.
L’Assemblée Générale demande au Conseil d’Administration de voter cette motion et au président de porter et de défendre cette motion auprès de la CPU et face au ministère.