1500 personnes en manif à Lyon le 23 avril !

1500 personnes en manif à Lyon le 23 avril !

La manif lyonnaise réunissant 1500 personnes, étudiants et enseignants chercheurs venus de Lyon 1, Lyon 2, et dans une moindre mesure de Lyon 3, de l’IUFM, des ENS, et d’autres lieux encore, a fait la démonstration ce jeudi que notre mouvement se poursuit obstinément ! C’est presque autant qu’avant les vacances alors même qu’il ne s’agissait pas d’une journée nationale d’action. (Les manifs hebdomadaires à Lyon ont réunis le plus souvent 2000 personnes, 4 à 5000 pour les plus grosses)
Les oreilles de la caravane UMP qui se trouvait par hasard sur le chemin de notre manif ont d’ailleurs chauffé en conséquence. (Ce qui n’autorise en rien ce parti à pratiquer la désinformation la plus grossière, comme relevé par la presse locale, Lyon CapitaleRue89 et même par le Figaro !)
Malgré le passage en force du décret enseignant-chercheur, nous maintenons la pression sur toutes nos revendications, pour l’emploi, la formation des enseignants, la recherche, et contre la LRU !

Prochains rendez-vous à Lyon : Mardi 28 avril, 14H aux Terreaux dans le cadre de la journée nationale à l’appel de la CNU et de l’intersyndicale et vendredi 1er mai (10H place Jean Jaurès, cortège enseignement supérieur devant la Résidence Delessert)

Pour une vague « A » de résistance et de solidarité. Appel de Lyon du 7 avril 2009.

Pour une vague « A » de résistance et de solidarité. Appel de Lyon du 7 avril 2009.

Au début de ce mois, environ 130 enseignants-chercheurs de l’Université Lyon 1 ont démissionné de leurs quelques 440 responsabilités administratives (direction d’unité de formation ou de recherche, responsabilités d’année, d’échanges internationaux, etc.). Une décision lourde de conséquences, mais qui marque une volonté ferme de refuser la marche forcée d’un gouvernement jusqu’ici sourd aux revendications portées depuis plus de deux mois par le mouvement universitaire.

Solidaires de cette initiative, leurs collègues de l’Université Lyon 2 se sont eux aussi engagés dans cette voie : en quelques jours seulement, une cinquantaine d’enseignants-chercheurs ont fait part de leur intention d’abandonner ou de suspendre, à contrecœur mais avec une réelle détermination au regard des enjeux de long terme, leur centaine de responsabilités administratives. Celles-ci permettent aux établissements de fonctionner au quotidien, grâce à un investissement de tous les personnels (enseignants-chercheurs comme Biatos) et de tous les jours, mais rencontrent aujourd’hui un manque de considération voire un mépris de la part des autorités de tutelle.

Cette démission des responsabilités administratives entraînera de facto une impossibilité de rendre les projets d’habilitation des diplômes et laboratoires dans les temps. Si l’on en juge par le report de la réforme sur la mastérisation des concours d’enseignement, cette modalité d’action peut avoir une efficacité certaine face à un gouvernement qui n’entend pas les doléances de la communauté universitaire et ne semble comprendre que la résistance en actes.

Si nous voulons que cette modalité d’action porte ses fruits, il faut une action collective, de tous les établissements, comme cela a été le cas pour la non-remontée des maquettes des « masters enseignement ».
Remplaçons la logique de mise en concurrence des établissements par une action solidaire de l’enseignement supérieur !
Nous lançons un appel en ce sens à nos collègues de l’Université Lyon 3, aux autres établissements de l’agglomération lyonnaise, ainsi qu’à tous ceux concernés par la vague « A » de contractualisation quadriennale avec le Ministère  (Bordeaux, Dijon, Grenoble, Montpellier, Toulouse,….) : rejoignez-nous dans cette initiative qui, en étant portée par tous, profitera à tous. Composante de formation par composante, laboratoire par laboratoire, tentez de convaincre vos collègues de l’utilité de cette modalité d’action collective et adressez-nous vos déclarations/intentions de démission de responsabilités administratives à
demission.collective@gmail.com

Nous pourrons alors centraliser les initiatives locales et donner une visibilité d’ensemble à cette démarche.
Rejoignez la vague « A » de résistance et de solidarité pour obliger le gouvernement à retirer ses contre-réformes et ouvrir un vrai espace de concertation sur l’avenir de l’enseignement supérieur. Nous ne sommes pas dans le refus d’un changement pour l’université, nous sommes pour une amélioration du sort de l’enseignement supérieur et de la recherche publique, mais sur la base d’une discussion sereine, dégagée des réformes qui vont contre la volonté de ceux à qui elles doivent s’appliquer.

Dans cette hypothèse, nous lèverons alors la suspension des responsabilités administratives et sommes prêts à participer à une concertation d’ensemble sur le présent et l’avenir de l’enseignement supérieur en France.

Nuit blanche des universités – Lyon nuit du 8 au 9 avril

Nuit blanche des universités – Lyon nuit du 8 au 9 avril

Voici le programme de la nuit blanche des universités organisée par les étudiants de Lyon (Lyon 1,2,3, ENS, IEP) dans le grand amphithéâtre de Lyon 2; si vous passez par là n’hésitez pas !

Toutes les infos dans le document ci-joint : programmenuituniversite.pdf

Lyon : cérémonie de non-remise des maquettes

Devant le rectorat de Lyon, ce n’était pas mal non plus, nos délégués sont entrés exposer la situation avec un inventaire de nos revendications et ont été reçus pendant 1h10 par le cabinet du recteur. (ils nous transmettront leur compte rendu d’audience dans un mél à venir)
A l’extérieur, nous les attendions sous les crépitements des appareils photos et quelques flocons de neige, tous armés de coeurs et de jolis slogans, face aux forces de l’ordre (venues en uniformes et avec des sortes de planches de travail, peut-être pour suivre un cours de l’université hors-les-murs ???).
Il y avait là un groupe d’étudiants qui avaient fabriqué des maquettes en carton symbolisant les institutions en destruction : celles-ci ont été copieusement piétinées pour satisfaire aux caprices amoureux de Madame Pécresse, notre ministresse. (Il est à noter que parmi ces institutions cartonnées, l’université est celle qui a le plus résisté aux coups de talons répétés…)
Il fut même suggéré que les débris de ces monuments soient vendus aux enchères à des collectionneurs, afin d’alimenter la caisse de grève des universitaires.
Mais ils ont été abandonnés à la voirie, à vot’ bon coeur, pour servir de relais aux prochains cortèges…
C’est ainsi qu’en l’an de grâce deux mille neuf, près le rectorat de notre belle ville de Lyon, entre quinze heures et seize heures trente, nous, lyonnais des 3 universités, avons dignement fêté la St-Valentin-des-maquettes-non-remontées.

Message du président de Lyon 3 à ses personnels

« Profondément attachée aux valeurs qui fondent l’Université, la Présidence de l’Université Jean Moulin Lyon 3 comprend l’émotion suscitée par le projet de réforme du statut des enseignants chercheurs.
Elle réaffirme sa volonté de permettre l’expression d’un libre débat,dans le respect des opinions et des choix de chacun, des missions de l’ensemble des personnels de l’Université et de l’intérêt des étudiants.
Elle souhaite que, au-delà de la médiation, toutes les garanties soient apportées à l’indépendance des universitaires afin qu’ils puissent exercer sereinement leurs missions d’enseignants et de chercheurs.

Le Président Hugues Fulchiron »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.