Communiqué des enseignants de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Communiqué des enseignants de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Contrairement à ce que voudraient faire croire le gouvernement et les médias, la tenue des examens à Paris 3 ne signifie nullement pour nous l’arrêt du mouvement d’opposition à la casse de l’université.

C’est l’assemblée générale des étudiants et des personnels qui a pris, à une très large majorité, une décision qui nous permet, face aux manœuvres du gouvernement, de rester unis et d’organiser, en toute indépendance, des évaluations de fin de semestre équitables.

Nous restons, plus que jamais, mobilisés pour la défense des intérêts des étudiants, parce que l’université n’est pas une entreprise et que le savoir n’est pas une marchandise.

Paris 3, le 20 mai 2009


Déclaration des enseignants de Paris 3

Nous, enseignants de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, sommes en lutte depuis le 26 janvier pour dire notre refus des contre-réformes extrêmement dangereuses que le gouvernement tente de nous imposer. Nos étudiants, depuis le début, se battent à nos côtés pour les mêmes objectifs et contre les mêmes adversaires.

Sous des formes diverses, nous avons suspendu nos enseignements habituels et il est évident aujourd’hui que nous ne pourrons pas, comme s’il ne s’était rien passé, organiser les examens de fin de semestre et évaluer nos étudiants sur des connaissances que nous n’avons pas transmises ou que nous n’avons transmises qu’à certains d’entre eux. Il nous apparaît cependant injuste que les étudiants soient pénalisés par le mouvement social en cours, qu’ils s’y soient associés ou qu’ils l’aient subi.

Le Conseil d’administration, par ses déclarations publiques, a garanti la valeur des diplômes que nous délivrerons cette année. Il nous appartient à présent, en tant qu’enseignants engagés dans un mouvement de lutte, d’offrir à nos étudiants un certain nombre de garanties d’équité pour que l’évaluation de fin de semestre puisse se dérouler dans la sérénité et la confiance mutuelle. Nous nous engageons solennellement devant eux :

  1. A participer activement aux jurys dont nous sommes membres
  2. A vérifier que les évaluations effectuées correspondent à des contenus transmis à tous les étudiants et qu’elles tiennent compte des conditions particulières de ce semestre
  3. A demander l’explication de chaque note au-dessous de la moyenne
  4. A recevoir individuellement, avant que le jury ne délibère, tout étudiant qui n’aurait pas les notes suffisantes pour que son semestre soit validé et qui en ferait la demande
  5. Au cas où un étudiant aurait été lésé, à utiliser les notes de nos propres enseignements comme variables d’ajustement pour compenser ce préjudice
  6. A éviter autant que possible de renvoyer un étudiant à la session de rattrapage, fixée cette année en septembre
  7. A refuser de signer le procès-verbal du jury si un seul étudiant a été lésé du fait du mouvement de grève
  8. A participer à la Commission de veille et de médiation afin qu’une garantie de justice soit obtenue dans toutes les composantes.

Cette évaluation de fin de semestre est pour nous une étape de la lutte que nous continuons à mener contre les réformes en cours.
Déclaration signée par 72 enseignants à la date du 22 mai 2009.

Publicités

Paris 3 : la mobilisation continue

Des nouvelles de Paris III, où trois AG (!) ont eu lieu hier (7 Avril)

-Une AG d’enseignants et enseignants-chercheurs à reconduit largement la grève totale en l’assortissant de la création d' »ateliers » donnant du contenu à la grève (j’avoue avoir oublié la formulation exacte).  Par ailleurs, les participants ayant ressenti le besoin de se prononcer sur le blocage (qui est décidé en AG mixte), deux motions ont reccueilli un nombre égal de votes, l’une appelant à la levée du blocage, et l’autre considérant  qu' »étant donnée la forte mobilisation de la communauté universitaire, le blocage n’est pas nécessaire ».
-Une AG de BIATOSS a appelé à une amplification du mouvement, qui pourrait être plus suivi, et à participer à la journée « bureaux vides » d’aujourd’hui
-L’AG commune (étudiants, enseignants et BIATOSS), qui a rassemblé plus de 1000 personnes (une affluence inédite à Censier) et duré six heures et demie a voté douze motions et surtout reconduit la grève à une majorité écrasante et le blocage du centre Censier à une très nette majorité (près de 200 voix d’écart).

En résumé : le mouvement continue et prend de l’ampleur.

8ème coordination nationale : info pratiques

La 8ème CNU aura lieu, comme annoncé, le lundi 6 avril, à Paris3, au Site d’Asnières, 94, avenue des Grésillons 92600 Asnières. ( Métro Gabriel Péri )
* *
Accueil : 9h30-10h30*
Coordination : 10h30-19h (avec une pause déjeuner)*
Vous pouvez commencer à envoyer vos documents aux adresses suivantes :
cnu.textes@paris3luttes.lautre.net pour les motions, contributions, textes divers, etc… avant dimanche 14 heures
cnu.bilan@paris3luttes.lautre.net pour les bilans locaux de la mobilisation…. avant dimanche 14 heures
cnu.mandats@paris3luttes.lautre.net pour les listes de mandatés, avant dimanche 18 heures
* *
La Présidence de Paris3 a organisé le jour où doit se tenir la CNU, annoncée depuis quinze jours, une journée de « banalisation » (réunion des étudiants par UFR dans des salles de cours) sur le site de principal de Paris3 (Censier), pourtant bloqué jusqu’au mardi 7 par une décision de l’AG commune (personnels, étudiants).
Cette situation, que nous déplorons et n’avons pu modifier malgré l’envoi d’une délégation au C.A. de l’Université, nous oblige à partager les forces du comité de mobilisation entre les deux sites et à simplifier l’organisation de la coordination :
Nous ne pourrons donc malheureusement pas flécher le parcours du métro jusqu’au centre d’Asnières (informations ci dessous) et ne pourrons vous offrir, comme nous en avions l’intention, un buffet solidaire avec café et sandwichs : il peut être prudent d’apporter son thermos de café et ses provisions… Cela dit des ressources locales existent, un crous, des commerces environnants…
Malgré ces difficultés, pour le moins indépendantes de notre volonté, nous serons heureux de vous accueillir lundi à Paris3 Asnières et de construire avec vous la suite de notre mouvement.
***************************
Pour l’accès au centre d’Asnières:
94 avenue des Grésillons 92600 Asnières
– Métro: ligne 13 (branche jaune) direction Asnières-Gennevilliers Les Courtilles
Descendre à Asnières-Gennevilliers Gabriel Péri
Là, suivre la direction du théâtre de Gennevilliers, une fois qu’on est sorti du métro il y a des flèches (un peu en hauteur) rayées rouge et blanc, il y en a sur tout le parcours. Arrivé devant le théâtre, continuer dans la même rue (avenue des Grésillons) jusqu’à arriver au 94. (5 mn à pied) Sinon, prendre le bus 177 qui part de la station de métro, arrêt « Cité-Jardins ».
– RER C1 direction Argenteuil ou Montigny-Beauchamp arrêt « Les Grésillons » puis prendre l’avenue des Grésillons jusqu’au 94 (5-10 mn à pied) ou bus 177 en direction du métro Asnières-Gennevilliers, arrêt Cité-Jardins
– Parking : entrée par le 59 rue Pierre Boudou ; prévenir pour qu’on fasse ouvrir la barrière

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA SORBONNE le 26 Mars

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA SORBONNE
(Paris 1, Paris 3, Paris 4, EPHE)

L’Assemblée Générale des personnels de la Sorbonne réunissant Paris 1, Paris 3, Paris 4, et L’École pratique des hautes études (EPHE) se tiendra le jeudi 26 mars de 12h à 14h dans l’Amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne.

L’ordre du jour sera :
1- la poursuite de la grève et de la rétention des notes
2- un avertissement solennel au gouvernement
3- Libérons la Sorbonne ! (revotons tous ensemble)
4- les actions unitaires à envisager

Vous êtes cordialement invités à cette Assemblée !

« Liberté d’expression, culture et engagement : réponses italiennes »

Manifestation alternative à l’initiative d’enseignants-chercheurs et d’étudiants de l’UFR d’Etudes italiennes et roumaines de Paris 3: « Liberté d’expression, culture et engagement : réponses italiennes»
Parce que la culture n’est pas une marchandise, parce que nous formons des individus libres, tolérants, ouverts au monde et pensants et parce que l’Université n’est pas une entreprise, nous vous invitons à assister, mercredi 18 février à 16h, devant le Panthéon, à une lecture bilingue de textes de Dante, Cellini, Campanella, Galilée, Beccaria, Pasolini, Eco, Calvino…
A 17h30, en deuxième partie de manifestation, la chorale « Chants de rage et de révolte » entonnera des chants traditionnels italiens engagés.
Emblèmes italiens, affichettes indiquant notre appartenance à Paris 3 et les motifs de notre action sont les bienvenus, ainsi que casseroles et sifflets pour ouvrir de façon sonore notre manifestation; des tracts seront à distribuer au public à la fin de la lecture.