Motion INSA Toulouse (5 Février)

Les personnels de l’INSA de Toulouse se sont réunis en Assemblée Générale à l’appel de l’intersyndicale le jeudi 5 février 2009. Le nombre de présents était légèrement supérieur à la centaine.
* Une motion a été votée, fortement inspirée de la motion 3 votée le 2 février par la coordination nationale des universités (voir ci-dessous) Contre : 0 Abstention : 1 Pour : le reste (environ 100)
* L’assemblée décide en outre de :
– convoquer une assemblée générale des personnels et des étudiants mardi 10 février à 10h
– appeler à la manifestation du mardi 10 février après-midi
– mandater une délégation pour demander au directeur de banaliser toute la journée de mardi, afin de permettre aux étudiants et au personnel d’assister en toute sérénité à l’assemblée générale et à participer à la manifestation.

En cas de refus du directeur, un appel à la grève sera alors lancé pour ce jour là. Contre : 0 Abstention : 2 Pour : le reste (environ 70) PS : le directeur de l’INSA a accepte la banalisation du mardi 10 fevrier àpartir de 9h30

————————————–
Motion votée :

<< Depuis près de deux ans, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a décidé et fait voter, à la hussarde et argumentant par des affirmations infondées tant sur l’état de l’enseignement supérieur et de la recherche que par les soi-disant moyens mis en oeuvre, une série de « réformes » sans aucune négociation :
* la loi LRU ;
* la transformation radicale des organismes de recherche en agences de moyens ;
* le pilotage, par le pouvoir politique, de la Recherche et de l’Université ;
* la remise en cause des statuts nationaux ;
* le démantèlement des concours nationaux de recrutement des enseignants des premier et second degrés, et le projet de « mastérisation » de la formation des enseignants ;
* le projet de contrat doctoral.
Parallèlement, le Ministère a supprimé 1.090 postes et développé la précarité des enseignantschercheurs, des chercheurs et des personnels administratifs, techniques et de bibliothèque.
Pour mettre fin à cet autoritarisme, l’assemblée générale des personnels de l’INSA de Toulouse réunie le 5 février 2009 exige :
* le retrait du projet de décret sur les statuts des enseignants-chercheurs, et la restauration des cadres nationaux des
diplômes et des statuts ;
* le retrait de la « réforme » de la formation et du recrutement des enseignants des premier et second degrés ;
* l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche et de la fonction publique en général ;
* le retrait du contrat doctoral ;
* la restitution des postes supprimés et la résorption de la précarité chez les enseignants, les chercheurs, les BIATOSS et ITA par un plan pluriannuel de création de postes ;
* la titularisation des personnels contractuels.

L’Assemblée constate que toutes ces contre-réformes résultent de la loi LRU. En conséquence, elle demande en urgence que la communauté universitaire et le monde de la recherche soient consultés sur une nouvelle loi garantissant démocratie, collégialité, indépendance et liberté, car l’Université n’est pas une entreprise et le Savoir n’est pas une marchandise. >>

Publicités