Université de Lorraine retardée …

Les 4 CA des universités lorraines (3 à Nancy, 1 à Metz) étaient conviés à Nancy pour discuter de la mise en place de la future université de Lorraine, prévue pour 2012. La presse locale en faisait un bel article ce matin. Et patatras ! Voici que d’odieux personnages, enseignants, chercheurs et étudiants (parmi lesquels figuraient les dangereux responsables Snesup de Nancy 1, Nancy 2 et Metz) ont bloqué l’accès de la salle de réunion en répandant au sol des motions de départements et UFR, des lettres de démission administrativo-pédagogique, en chaînant l’escalier d’accès en brandissant des banderolles, en jouant une petite pièce de théâtre et en distribuant des tracts…
Bref, une belle pagaille sous le soleil nancéien qui a un peu revigoré les troupes (parce que ça fait du bien une belle action qui aboutit…) et a fâché quelques présidents.
Je vous livre le tract que nous avons distribué. Notre objectif n’était pas de nous opposer à une future université de Lorraine, mais d’interpeller les présidents pour le rappeler qu’il se passe des choses dans les établissements et qu’ils feraient bien de s’en rendre compte.
====Tract====
La réunion des quatre CA des universités lorraines de ce mardi 31 mars n’est pas opportune
OUI, construire ensemble une future Université de Lorraine est un objectif auquel nous pouvons nous associer, si tant est que cette construction s’appuie sur des principes de collégialité et de transparence.
MAIS…
Situation actuelle dans les universités
– Depuis des semaines, le gouvernement méprise les revendications d’une très grande majorité d’enseignants / chercheurs, de BIATOS et d’étudiants. Les deux contestations phares, projet de décret portant sur le statut des enseignants-chercheurs et réforme portant sur la mastérisation de la formation des enseignants, donnent lieu à de pseudo-négociations. Aucune avancée n’a réellement permis d’améliorer ces projets. Pire, par des manœuvres dilatoires, le gouvernement impose insidieusement ses contre-réformes. Quant aux autres motifs de colère des personnels et étudiants (baisse de l’allocation des moyens aux universités, généralisation de la précarité, suppression de postes, contrat doctoral unique, “désU-M-Risation” des unités mixtes CNRS / université…), ils sont carrément négligés par la ministre.
– Les présidents d’université, au lieu de soutenir fermement les personnels et les étudiants, jouent quasi-unanimement le jeu du gouvernement.
Et en Lorraine
– Comment parler d’une Université de Lorraine quand des universités sont bloquées ? (Campus Sciences – UHP, Campus Lettres et Sciences Humaines – Université Nancy 2)
– Comment penser sereinement la création d’un tel établissement quand des AG se tiennent un peu partout, quand les collègues font état de leurs inquiétudes et menacent de ne pas tenir les jurys, de démissionner des responsabilités administratives ou pédagogiques qui sont les leurs ?
– Comment les présidents peuvent-ils inviter leurs CA à tracer les contours d’une future Université de Lorraine alors qu’ils ne prennent pas la mesure de ce qui se passe dans leurs établissements ?
– Une intersyndicale très large a sollicité chacun des présidents sur la question de la mastérisation, en en faisant un préalable à la tenue de cette réunion. Nous attendons toujours les réponses.
Enfin, faut-il rappeler que cette Université de Lorraine s’inscrit dans le cadre mortifère de la loi LRU ? Ne convient-il pas d’abandonner cette loi avant de nous lancer dans ce projet ?
Il est urgent que toutes nos revendications soient entendues par nos dirigeants, ministres et présidents, et que l’accent soit mis sur la sauvegarde d’un service public d’enseignement supérieur et de recherche

C’est pourquoi nous soutenons que cette réunion des quatre CA n’est pas opportune.

FSU (SNESup Nancy 2, UHP, UPVM – SNASUB Nancy 2) – SNPREES-FO57 – UNEF-Lorraine
Publicités

Actu : Lorraine

Nancy 2 : Le CA de ce jour, qui devait étudier les maquettes de master, n’a pas eu lieu. Pour être plus exact, nous étions un certain nombre d’administrateurs (14), mais la plupart d’entre nous (9 sur 14) avons refusé de signer le PV de présence en signe de protestation contre les réformes actuelles. Nous n’étions donc, en réalité, pas là…
=> Donc, il n’y aura pas de remontée des maquettes à Nancy 2 pour le 15 février.
Je vous informe/rappelle que les CA de l’UHP (lundi) et celui de Metz (mardi) n’ont pas pu se tenir du fait, dans les deux cas,
d’envahissement du CA. Il n’y aura donc pas de remontée des maquettes de master pour le 15 février en Lorraine.

Actu : Metz (5 Février)

Communiqué de presse du Collectif UPV-M (Metz)

Le Collectif UPV-M se réjouit du succès de la journée d’action du 5 février à l’Université Paul-Verlaine de Metz, qui s’inscrivait dans une grande mobilisation nationale du monde universitaire. Six cents personnes ont participé à l’assemblée générale organisée à 12h30 sur le campus du Saulcy et à la manifestation qui a suivi. Celle-ci, partie de l’Université, a parcouru les rues du centre-ville pendant plus d’une heure trente, en mêlant sous de mêmes banderoles personnels administratifs et techniques, enseignants-chercheurs, étudiants de l’UPV-M et de l’IUFM, qui protestaient contre la réforme de la formation des enseignants du primaire et du secondaire, la montée de la précarité à l’Université, les restrictions de postes et de budgets et le démantèlement du statut national des enseignants-chercheurs.
Seront organisés la semaine prochaine des sittings à l’occasion de la réunion des Conseils de l’Université (mardi 10 février, 9h et 14h), afin de leur demander de prendre clairement position sur les réformes ; un départ collectif pour la manifestation nationale de Paris du 10 février et une nouvelle AG le jeudi 12 février.