Les Centres de recherches cibles du grouvernement grec

En Grèce, les Centres de recherches deviennent la cible du gouvernement, en particulier les sciences humaines et sociales.
Vous trouverez ci-dessous le lien qui renvoie à la petition ( en grec et en anglais) que nos collègues grecs nous demandent de faire circuler pour signature.
Vous pouvez éidemment la faire circuler à votre tour.
http://www.eie.gr/petition-en_sign.asp

Publicités

Lettre des étudiants serbes, adressée au monde

Lettre des étudiants serbes, adressée au monde :

En Serbie, le processus de Bologne a débarqué avec une hausse enorme des frais d’inscriptions d’année en année, un chaos dans le système universitaire et un appauvrissement des cursus.

Pour les 10 ans de la déclaration de Bologne, les étudiants des universités de Belgrade ont organisé un représentation appelée « Quel est le prix du savoir? » dans la plus grande rue piétonne de la ville.

Pendant que nous, étudiants, étions assis dans la rue à travailler, les passants étaient invités à mettre un prix à certains savoirs – quel est le prix du savoir sociologique ? Quel est le prix des compétences d’un joueur de piano? Combien devrais couter le savoir de cet homme avec le t-shirt vert? Et celui de cette fille avec des sandales?

Pour nous, le prix du savoir à évoluer d’année en année, augmentant encore et encore, alors que le savoir transmis, lui, restait le même.

Les gens écrivaient sur des bouts de papiers un code barre des prix, et le donnait aux étudiants. La plupart des gens, de fait, considéraient que le savoir devait être gratuit. Certains, contrairement aux autorités administratives de nos universités, trouvaient qu’il n’était pas de leur ressors de répondre à la question, et ils s’en allaient donc après une discussion sur l’irresponsabilité du gouvernement, le nombre d’étudiant entrant sur le marché du travail, ou la gratuité de l’enseignement, etc … D’autre enfin exprimaient le point de vue qui est celui que la valeur du savoir ne peut être exprimé en argent comptant, alors ils écrivaient sous le code barre « priceless » (« sans prix »).

Si le savoir est effectivement « priceless », qu’est-ce qui est alors acheté par le « marché de la connaissance » européen de bologne? Ce qui est acheter n’est pas du savoir. Le savoir ne peut pas être donner, il peut être appris. Ce à quoi nous sommes vendus, ce que nos parents paient par les taxes, et ensuite à travers les frais d’inscriptions, c’est le processus d’ajustement de l’éducation aux règles du marché, qui induit l’appauvrissement des cursus, la disparition des savoirs n’induisant pas de profit. Si ce processus n’est pas arrêter : l’éducation ne sera bientôt plus qu’un espace commercial pour l’achat de diplomes.

Photos sur le web : http://www.studentizastudente.net/index.php?option=com_morfeoshow&task=view&gallery=10&Itemid=24

Lycéens et étudiants allemands entament une grève nationale

Lycéens et étudiants allemands entament une grève nationale
http://www.rtbf.be/info/lyceens-et-etudiants-allemands-entament-une-greve-nationale-117168

15.06.09 – 12:20 (Belga) Des lycéens et étudiants de plus de 60 villes allemandes ont entamé lundi une « grève de l’éducation » de cinq jours pour attirer l’attention sur les « failles » du système éducatif allemand.
Lundi matin, les jeunes grévistes ont commencé à bloquer des amphithéâtres dans les universités de Berlin, Heidelberg, Bochum, Wuppertal et Hambourg, a indiqué le comité d’organisation du mouvement.
Des manifestations, des blocus de lycées et d’universités et des discussions hors les murs sont prévues tout au long de la semaine. Le point d’orgue de la grève est prévu mercredi, avec des manifestations dans 80 villes dans toute l’Allemagne. Les organisateurs attendent entre 150.000 et 200.000 participants. La grève vise notamment à protester contre la hausse prévue des frais universitaires et la réduction d’un an du cursus d’études dans le secondaire. Les étudiants ont notamment reçu le soutien de la fédération des syndicats allemands.
(GFR)

Appel de Florence pour un enseignement européen de l’histoire de l’art.

http://www.apahau.org/

APPEL DE FLORENCE
Un geste fort pour l’Europe : un enseignement de l’histoire de l’art dans tous les pays de l’Union.

Chaque année, des millions de membres de l’Union européenne, ceux-là mêmes qui sont invités à voter le 7 juin, profitent du principe de libre circulation pour découvrir les paysages, les musées, les traces du passé et les œuvres d’art contemporain de leurs voisins européens. Comment faire de ce formidable mouvement, de ces multiples découvertes, en un capital européen, en une ressource pour l’édification de l’Europe ? En transformant, par un enseignement d’histoire de l’art à l’école, ce qui relève de la consommation en un processus d’acculturation, de prise de conscience d’un patrimoine commun, d’appropriation d’une histoire artistique vécue sous le signe de l’échange, depuis des millénaires, de Ségovie à Cracovie, d’Athènes à Édimbourg ou Copenhague, de Florence à Munich et à Budapest.

Donner une dimension européenne à un tel enseignement d’histoire de l’art, qui n’existe à ce jour que dans quelques pays, l’instituer dans tous les pays d’Europe, ce serait, en associant les futurs citoyens d’Europe à leur propre histoire, donner un remarquable élan à une Europe de la culture.

Alors que l’histoire de l’Europe a été faite pendant longtemps de conflits qui opposaient des peuples, de traités qui ont divisé arbitrairement un territoire, de langues imposées injustement, de dominations culturelles, alors que le fonctionnement de l’Union est vécu comme quelque chose de compliqué et de lointain, l’histoire des formes artistiques constitue pour l’Europe un continuel processus d’échanges, d’enrichissements mutuels à tout niveau de la création dans un espace commun, du modeste maçon de village (qui met en œuvre des savoirs et des références architecturales venant de différents pays), à Léonard de Vinci, Picasso et Ingmar Bergman. Ainsi, par l’apport des « Barbares », Rome put revivifier l’héritage artistique de la civilisation grecque ; dans l’Espagne des Omeyades se réalisa une brillante synthèse entre les cultures arabes et européennes, notamment dans l’architecture ; avant le premier conflit mondial, l’Art nouveau (également appelé selon les pays Jugendstil, Stile Liberty, Modern Style ou Modernismo) réunit, en dépit des tensions nationales et linguistiques, une communauté européenne des arts.

Instituer un enseignement d’histoire de l’art à l’école dans tous les pays de l’Union permettrait à tous ses habitants de comprendre l’esprit de communauté artistique qui unit l’Europe depuis plus de trois millénaires. Les œuvres d’art, de la mosquée de Cordoue aux photos des châteaux d’eaux des Becher, étudiées dans leur dimension historique, sont la meilleure introduction aux religions, aux mouvement d’idées et aux civilisations qui ont forgé l’histoire du continent , et à la place artistique que peut tenir l’Europe dans la civilisation globale actuelle, alors que les formes artistiques empruntent de nouvelles voies et que les échanges s’accélèrent et se multiplient.

Le langage des images, très présent dans les expressions les plus contemporaines, est commun à tous les citoyens de l’Union. Dans les 27 pays de l’Union, une formation d’au moins une heure hebdomadaire en histoire de l’art serait pour chaque jeune européen un moment précieux de rencontre avec la richesse artistique de sa cité, de son pays, de l’Europe, une incitation à la mobilité et à la découverte au sein du continent, d’intégration culturelle européenne dans le respect de l’histoire.. Du patrimoine industriel aux traditionnels beaux-arts, des vestiges archéologiques aux créations les plus contemporaines, cet enseignement serait naturellement ouvert : ouvert à toutes les composantes et populations qui forment l’Europe actuellement, et apte ainsi à mettre en confrontation les objets de la civilisation européenne avec les cultures du monde ; ouvert à l’avenir, en intégrant pleinement la création vivante.

Un enseignement d’histoire de l’art, de l’école au lycée, dans tous les pays de l’Europe, est un geste que l’Union doit faire pour l’Europe, ses générations futures, la conscience de son avenir.

http://www.apahau.org/

Grèce : fermeture du Centre National de la Recherche en Sciences Sociales

Le gouvernement grec a annoncé la fermeture de EKKE (Centre National de la Recherche en Sciences Sociales, le seul centre de recherche appartenant au secteur public) ou bien son fusionnement avec le centre national de la recherche EIE sans aucun plan ni financement. Voici la pétition commune de la direction et du personnel. Les signatures de chercheur.E.s et de professeur.E.s d’autres pays européens peuvent aider à la survie de cette institution historique.

http://www2.ekke.gr/signatures.php

Du 15 au 19 juin : grève massive dans l’éducation en Allemagne.

Du 15 au 19 juin, grève massive dans l’éducation en Allemagne, à « européaniser » …
<http://loloster.blogspot.com/2009/05/15-au-19-juin-greve-massive-dans..html>

A  l’occasion des 10 ans de la signature de la « Déclaration de  Bologne » (19 juin 1999), toute l’Allemagne fédérale (ce qui n’est pas fréquent car cela leur demande beaucoup de coordination, du fait que les politiques éducatives y sont régionalisées), du 15 au 19 juin prochains, se plonge dans une semaine de grève massive dans tous les secteurs éducatifs, pour protester, comme nous, contre la privatisation progressive des Universités et du Savoir.
Selon le souhait de notre réseau européen de résistance qui émerge  et par solidarité, ils ont traduit leur appel national en français mais aussi bientôt en espagnol, en anglais et en italien.
http://www.bildungsstreik2009.de/aufruf/franz-ubersetzungen

L’appel est massivement soutenu par de très nombreuses organisations allemandes et européennes  (Attac, Die Linke, les Asta etc etc): http://www.bildungsstreik2009.de/aufruf/unterstutzer_innen/

Il est également puissamment soutenu par le plus grand syndicat de l’enseignement supérieur et de la recherche allemand; le GEW/DGB : http://www.bildungsstreik2009.de/gew-unterstutzt-bildungsstreik-2009/

Après le contre-sommet anti-Bologne de Louvain, il faut construire  l’occasion pour les mouvements français, italien,  espagnol, etc. de retrouver un second souffle en marquant eux-aussi ce malheureux 10ème anniversaire de la Déclaration de Bologne grâce à l' »européanisation » désormais en marche la révolte universitaire.

Il est temps de jeter de vrais ponts par-dessus les frontières; il est temps de construire nous-mêmes l’Europe.

« Universities in trouble »

Un article sur la situation des universités américaines après la crise financière : http://www.nybooks.com/articles/22673

A méditer dans le contexte actuel de réformite ministérielle …