La CPU pense que les problèmes sont résolus … (25 Mars)

Position de la CPU sur la situation dans les universités en date du 25 mars 2009 25/03/2009

La CPU, réunie en assemblée plénière le 25 mars 2009 à Brest, prend acte, après deux mois de débats dans les universités et de discussions avec le gouvernement, de l’évolution concrète, grâce à l’action de l’ensemble des parties prenantes, sur tous les sujets qui sont à l’origine des mouvements actuels : les suppressions de postes, la réforme du statut des enseignants-chercheurs, la réforme de la formation des enseignants, la question des IUT, le contrat doctoral et les chaires université-organisme.
Les décisions incriminées ont été suspendues ou compensées, les réformes sont remises en chantier, les partenaires sociaux ont pu négocier, continuent ou s’apprêtent à le faire.
Le champ de la concertation et de la négociation étant largement ouvert, la CPU considère dès lors que, dans les établissements ou les composantes qui ont été perturbés ou qui le sont encore, les enseignements doivent reprendre régulièrement, et les aménagements nécessaires pour la fin du semestre, et l’organisation des examens doivent être mis en œuvre le plus tôt possible. Il en va de l’intérêt des étudiants et de la qualité de tous les diplômes universitaires de l’année 2009.
Texte adopté à l’unanimité

Publicités

Lundi 30 Mars : réveillons les grands hommes !

AU SECOURS : REVEILLONS LES GRANDS HOMMES !
GRAND CONCERT DE CASSEROLES DEVANT LE PANTHEON
LUNDI 30 MARS A 16H30

Dans le cadre du mouvement general qui mobilise le monde de l’éducation et de la recherche, un terrible concert de casseroles
aura lieu le lundi 30 mars a 16h30 devant le Pantheon, ce haut lieu de la République où reposent ses plus grands hommes (et de bien rares femmes).
Cet événement bassement symbolique, aux intentions tout à fait pacifiques mais néanmoins bruyantes, est destiné à attirer l’attention de nos grands hommes sur les dangers multiples qui pèsent sur l’éducation et la recherche, et déboucher les oreilles de nos gouvernants inaptes à écouter le monde de l’éducation et de la recherche.

DEROULE DES EVENEMENTS
– A partir de 16h15, les participants se rassemblent sur la place située devant le Panthéon et les trottoirs de la rue Soufflot, munis d’une vieille casserole et d’une cuillère en bois (bouchons auditifs recommandés)
– A 16h30 pile, les participants commencent le concert.
– Vers 16h45, dès que les grands hommes se réveillent, le concert s’arrête et la foule se disperse, chaque participant étant libre de rejoindre sur la place de l’hôtel de ville la RONDE DES OBSTINÉS.

VENEZ NOMBREUX. ACTIVEZ VOS CONTACTS DANS LES MÉDIAS

Album photo de la CNU 7 (Strasbourg)

Album de la 7e coordination nationale des universités, libre de droits:
http://www.flickr.com/photos/gunthert/sets/72157615729726475/

Diaporama:
http://www.flickr.com/photos/gunthert/sets/72157615729726475/show/

Congrès de l’Association Française de Sociologie : s’arrêtera ou s’arrêtera pas ?

Message à l’Association française des sociologues (AFS) concernant la tenue de son congrès
« Chères collègues, chers collègues,
Je m’interroge: l’AFS va-t-elle vraiment tenir son congrès en pleine lutte de l’enseignement supérieur et de la recherche?
Pendant que nombre d’entre nous font grève dans leur fac, dans leur labo, manifestent dans les rues, tournent dans des rondes des obtinés, etc., il serait très paradoxal qu’une association professionnelle telle que l’AFS déroule son congrès comme si de rien n’était ou même avec une simple motion de solidarité.
Je vous demande donc de prendre en compte ma remarque et de reconsidérer la place que doit prendre une telle association dans les luttes en cours.
Merci d’indiquer publiquement la position de l’AFS sur le mot d’ordre lancé par la première coordination des universités « l’université s’arrête ». Mot d’ordre qui suppose, si on y adhère, qu’on le mette en oeuvre réellement et que l’on cesse nos activités professionnelles.
Bien cordialement
xxxxxx xxxxxxxx
Sociologue
maître de conférences / Université de xxxxxxxx
Informations relatives au Congrès de l’AFS : les programmes détaillés sont désormais disponibles sur le site de l’AFS http://www.afs-socio.fr/

Proposition de lettre au président de la république

Un collègue propose l’envoi massif de lettres au président de la république sur la base des arguments et des modalités suivantes:

=============

  • Il ne s’agirait pas d’envoyer un argumentaire (on a bien compris que ce n’est pas ce à quoi il est sensible)
  • mais une lettre brève et claire l’avertissant que les universitaires ne sont pas prêts à céder et qu’ils tiendront jusqu’à ce que les décrets aient été retirés et la loi LRU re-négociée.

Connaissant personnellement quelqu’un qui a travaillé toute une année au service du courrier, je pense que l’action ne serait pas aussi inutile qu’on peut le croire : les lettres envoyées au Président ne sont pas jetées à la poubelle, elles font l’objet d’une lecture systématique et surtout les services du courrier font remonter des pointages et des notes de synthèse sur ce qu’ils appellent les « signaux faibles » ; une augmentation massive des courriers sur la question universitaire au Président sera forcément relayée ;

Je propose donc que chacun d’entre nous envoie une lettre formulée à peu près en ces termes :

« Monsieur le Président de la République,
Je suis, comme plusieurs dizaines de milliers d’enseignants-chercheurs, doctorants, enseignants, BIATOS, étudiants, en grève depuis huit semaines pour protester contre votre politique de mépris vis-à-vis du monde universitaire et de la recherche fondamentale en France, et pour demander le retrait des décrets sur le statut des enseignants-chercheurs, sur la « mastérisation » des concours de l’enseignement, sur le contrat doctoral, demander le rétablissement des postes supprimés dans l’université en 2009 et une re-négociation complète de la loi LRU. La mobilisation sans précédent à laquelle je participe n’a provoqué de la part de vos ministres que mépris et mensonge. En tant que citoyen de la République Française, j’attends que vous interveniez directement et que vous usiez de toute votre autorité pour faire retirer les décrets et lois concernés. Tant que cela n’aura pas été fait, nous resterons mobilisés, nous continuerons à sortir dans la rue, toutes les semaines pour des manifestations massives et tous les jours pour des actions ponctuelles. Nous ne vous laisserons aucun repos tant que nous n’aurons pas obtenu satisfaction et si le mouvement doit s’étendre, se durcir, emprunter des formes violentes, vous en porterez l’entière responsabilité.
En l’attente d’une réaction responsable de votre part, je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments républicains. »

Trois remarques :

  • 1) bien entendu les termes doivent être modulés selon les situations et opinions personnelles – et mieux vaut, d’ailleurs, qu’il ne s’agisse pas de purs et simples copiés-collés
  • 2) je sais que je n’ai pas repris dans le texte de cette lettre précisément toutes les revendications de la CNU : il s’agit d’être très fédérateur et le service de courrier ne lira pas les revendications en détail, il fera seulement passer le message d’une mobilisation immense.
  • 3) si on veut que cette action ait une réelle portée, elle doit être massive et limitée dans le temps. Il faudrait, par exemple, que toutes les lettres partent lundi matin (le 30 Mars) ; il faudrait surtout, que l’action soit relayée à l’ensemble de vos collègues et étudiants, afin d’atteindre une masse énorme de lettres.

URGENT : TOUS A LA SORBONNE POUR DIRE NON A SON EVACUATION !!

A l’instant (21h00) : l’évacuation est en cours des occupants qui sont dans la Sorbonne. Au dernier contact téléphonique ils disaient souhaiter des présences massives à l’extérieur pour former une haie d’honneur et servir de témoins de ce qui se passera.
Quelques minutes avant à l’extérieur : Encerclement des protestataires place de la Sorbonne, suivi d’un fichage en bonne et due forme, et d’une arrestation. Donc, si vous n’êtes pas trop loin, merci d’aller rapidement vers la Sorbonne.

21h26 : L’évacuation est terminée, apparemment sans incident. Les collègues sont encore nombreux place de la Sorbonne. Si vous n’êtes pas trop loin, merci d’aller rapidement vers la Sorbonne.

20h23 le 26 Mars : « Ce soir, la Sorbonne est libre ! »

Ce soir, la Sorbonne est libre …

Ce soir, 26 mars 2009, la Sorbonne est libre. La Sorbonne, libérée par ceux à qui elle appartient depuis toujours, par ceux qui sont l’université, enseignants, chercheurs, BIATOSS, étudiants, affirme son indépendance à l’égard de toutes les pressions, du pouvoir politique, des forces de l’argent, de tous les contrôles, de toutes les répressions. Ici, depuis cette salle consacrée à la mémoire de l’historien Marc Bloch, nous lançons un appel à la résistance, contre tous ceux qui veulent enfermer l’enseignement supérieur et la recherche dans le carcan du profit à courte vue et de la logique marchande, contre des projets gouvernementaux qui dénaturent nos métiers, qui dévoient nos missions, qui compromettent l’avenir de toute une génération.

Solidaires avec nos collègues en désobéissance de l’enseignement primaire, avec les lycéens et professeurs qui refusent les suppressions de postes dans l’enseignement secondaire, avec les chercheurs qui occupent en ce moment la direction du CNRS, avec tous nos collègues en lutte dans les IUT, dans les IUFM, dans les universités de France et d’Europe, nous affirmons que, de la maternelle à l’université, la production et la transmission du savoir constituent le bien le plus précieux d’une société, parce qu’ils sont gages d’avenir.

La Sorbonne doit être ouverte à toute la communauté universitaire et le Rectorat, comme la police, qui menacent le libre accès au Savoir et les libertés fondamentales, doivent s’en aller. Nous sommes pacifiques, nous sommes déterminés, nous resterons dans ces bâtiments où nous sommes chez nous, nous invitons tous les universitaires à nous y rejoindre pour en faire ce que la Sorbonne doit être : un lieu de liberté et de dialogue.

Les Occupants de la Sorbonne

Paris, le 26 Mars 2009