Nouvelles de Toulon : appel à la grève reconduit et examens non-organisés

Quelques nouvelles de Toulon :

– suite à l’AG du jour (env. 300 personnes présentes), reconduction de l’appel à la grève jusqu’au mardi 26 mai 12H30, date de la prochaine AG. Cet appel inclut les modalités d’action de rétention des notes, de démission administrative et de non organisation des examens conformément à l’appel de la CNU.

– sur le campus de Toulon, 12 étudiants et 1 EC ont entamé une grève de la faim pour obtenir satisfaction des  revendications suivantes : restitution des postes supprimés, abandon du système SYMPA (-30% de budget en 2009 à  Toulon), retrait de la réforme du statut des E/C, arrêt de la masterisation. Ils sont suivis par l’infirmière du campus, et des volontaires restent 24h/24h avec eux en cas de besoin en urgence. Pour suivre cette démarche sur Facebook : Groupe : Groupe de soutien aux grévistes de la faim de l’Université Sud Toulon Var
Lien facebook : http://www.facebook.com/home.php#/group.php?gid 6346002558
Encouragements à
coordination@intersyndic-tln.fr, Sujet : « Grève de la Faim »

– la Ronde des obstinés toulonnais se poursuit : prochain rendez-vous jeudi 21, place de la Liberté à Toulon (11h-19h, créneaux restreints pour cause de jour férié).

– le président de l’Université a annoncé aujourd’hui qu’il annulait unilatéralement la décision de retenue sur salaire prise à  l’encontre de 15 personnels de l’USTV. La coordination tient à souligner que cette démarche du président n’est le résultat d’aucune négociation (communiqués à venir).

Pour la coordination de Toulon.

Publicités

Passage en force de la masterisation

(mail d’un collègue de l’université de Strasbourg)
Chers tous,
Le jour même où nous apprenons la composition de la commission Marois-Filâtre (qui n’a donc pas encore commencé à travailler en vue de rendre un rapport au 15 juillet), on découvre que les décrets réglementaires relatifs à la mastérisation sont déjà rédigés et que leur promulgation pourrait avoir lieu courant juin. Ces projets de décret sont inscrits à l’OJ de CTPMEN du 27 mai. Dans une succession et une gradation des coups de force, celui-ci atteint des sommets : les groupes de travail ont travaillé pour rien, la commission M-F devient potiche et les EG de la CDIUFM peuvent se transformer en agence comptable pour calculer les frais dépensés inutilement par les deux premiers qui, rappelons-le,  ont été mis en place par nos ministres.
Mes analyses critiques de noctambule en quête de démocratie étaient bien en-deçà de la terrible réalité : nous sommes entrés
dans une république bananière et poutinesque. Les négociateurs peuvent manger leur chapeau. Ils avaient été pourtant alertés
par des centaines de mises en garde et de protestations venant des bases les plus diverses. On peut espérer qu’il auront maintenant un peu compris qu’on ne négocie pas sans mandat avec un pouvoir qui bafoue quotidiennement la démocratie pour faire passer sur tous les service publics le rouleau compresseur ultra-libéral le plus puissant qui soit.
Une question, avant même l’analyse des décrets (catastrophiques et incohérents à mon sens, après une première lecture) : qu’est-ce qu’on fait?
Sommes-nous et demeurons-nous tétanisés par ce coup de force des coups de force qui intervient au moment le plus idoine des rattrapages, de la tenue des examens et de la fin de la mise aux pas des soit-disant derniers résistants (P4 et Lille ont craqué ce jour)? Ou bien ce coup de force crée-t-il un électrochoc qui nous rend plus conscients de la nature véritable de ce pouvoir, décuple notre énergie et nous fait entrer dans une résistance à la hauteur d’un adversaire qui développe une véritable stratégie de combat? Je répondrai pour ma part en portant mon regard vers trois directions :
– les actions locales qui continuent et montrent qu’on ne cédera pas : sujet d’exam envoyé à Pécresse par nos info-math, tribune des historiens (chapeau bas!) parue hier dans le Monde : http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/05/18/universite-recherche-pourquoi-nous-ne-cederons-pas-par-des-enseignants-de-l-universite-de-strasbourg_1194867_3232.html
– les initiatives nationales qui montrent que des milliers d’EC et de C ont par exemple signé en quelques jours un manifeste (on peut avoir des réserves) pour une refondation de l’Université :
– la confiance dans notre force de proposition et de construction d’ une autre Université de Strasbourg. Les refondateurs appellent à des EG dans toutes les universités françaises : élaborons un projet solide pour la tenue d’Assises de l’UdS! Sans rien céder sur l’urgence des combats pour défendre la démocratie qui est plus que jamais en danger. C’était le sous-titre de l’appel II de Strasbourg qui ne perd rien de son actualité (http://appeldestrasbourg.unistra.fr )

Message de service

Le ralentissement de la publication des informations sur ce site n’est pas du à un affaiblissement du mouvement, mais à une panne qui affecte actuellement la liste de discussion de la coordination nationale des universités, liste de discussion à partir de laquelle ce site est principalement alimenté.

Retour à la normal prévu prochainement.

Grève reconduite à Toulouse le Mirail

Les personnels non-enseignants et enseignants-chercheurs, réunis mardi 19 mai 2009 en Assemblée Générale (environ 300 personnes) ont reconduit majoritairement la grève jusqu’au lundi 25 mai 2009.
Les personnels BIATOS, enseignants et chercheurs de l’UTM ont adopté la motion suivante :
« Tant que la loi LRU ne sera pas abrogée, pas d’examens. Si des formes de validation du semestre sont mises en place, elles doivent l’être en accord avec les étudiant-e-s en lutte. »
Par ailleurs l’AG des personnels soutient « l’Appel du Mirail pour la Recherche » (à lire en annexe).
Parallèlement, les étudiants de l’Université du Mirail, réunis en Assemblée Générale le mardi 19 mai, ont reconduit majoritairement la grève ainsi que les piquets de grève jusqu’au lundi 25 mai 2009.

Molinié menacé par Pécresse et reprise des cours à la Sorbonne

(info reprise depuis le site Fabula)

L’information a circulé sur internet, ici et (lire notamment les commentaires sur cette page), et a été confirmée en AG à Paris IV ce mardi 19 mai: le ministère a menacé Molinié d’une destitution, considérant qu’il faisait de l’obstruction et gênait le fonctionnement de son université.

Sur le site Polart:

Molinié, président de Paris 4, menacé par V. Pécresse

Le président de Paris 4, Georges Molinié, engagé dans le mouvement universitaire, a été menacé par la ministre Pécresse publiquement d’être démis de ses fonctions avec mise sous tutelle de l’université. Cette menace fait suite aux décisions des AG de Paris 4 de ne pas tenir les examens, aux centres fermés en raison des grèves des BIATOSS, aux non prélèvements de salaires contre ceux ci.
Georges Molinié est sommé de faire passer des examens, et d’ouvrir les centres de Paris 4. Sans quoi le ministère le démettra de ses fonctions et nommera un administrateur chargé de faire passer les examens sous protection policière, et de rouvrir les centres. Si cette menace était mise à exécution, ce serait une première. L’intersyndicale de Paris 1 a assuré de sa solidarité qui se traduira par un soutien physique en cas d’application de la menace.

——————

L’AG de Paris 4 a toutefois voté ce mardi 19 la reprise des cours pour lundi et l’organisation des examens dans la dernière semaine de juin:

Blocages levés à la Sorbonne et à Paris-III (AFP – NouvelObs.com 19.05.2009)