Motions votée par les CS de Musicologie et de Lettres Modernes à Rouen

Pour information, les motions de 2 CS à Rouen.
AFGE Rouen

MUSICOLOGIE

Les membres de ce comité de sélection réunis à l’université de Rouen le lundi 11 mai 2009 tiennent à faire connaître leur opposition aux réformes en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche. S’ils ont choisi de siéger aujourd’hui, c’est pour recruter leur futur collègue sur un poste de titulaire dans un contexte de suppression et de pénurie des emplois universitaires. L’étude des dossiers de candidature montre que de nombreux jeunes chercheurs et chercheuses de tout premier plan sont sous-employé(e)s et précarisé(e)s. Du fait des suppressions de postes et de l’absence d’un plan pluriannuel de recrutement, l’enseignement supérieur est privé de talents et de compétences qui devraient être, au contraire, mis au service de tous à travers l’université et le CNRS, service public, laïc et quasi gratuit auquel les membres de ce comité sont fiers d’appartenir.
Motion votée à l’unanimité par les membres du comité présents : Pierre-Albert Castanet (Université de Rouen), David Fiala (Université de Rouen), Isabelle His (Université de Poitiers), Anne Piéjus (CNRS, Paris), Theodora Psychoyou (Université de Paris IV-Sorbonne), Jean-Yves Rauline (Université de Rouen), Danièle Sansy (Université du Havre), Patrick Taïeb (Université de Rouen)

Motion votée par le comité de sélection de Lettres Modernes, Université de Rouen

Les membres du comité de sélection du Département de Lettres Modernes réunis à l’université de Rouen le jeudi 7 mai 2009 tiennent à affirmer leur opposition aux réformes en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche. Ils dénoncent le principe même des comités de sélection qui a obligé les universités à trouver, dans l’urgence, des solutions pour que ces comités soient constitués démocratiquement. S’ils ont choisi de siéger aujourd’hui, c’est pour recruter leur futur(e) collègue sur un poste de titulaire dans un contexte de suppression d’emplois universitaires. L’étude des dossiers de candidature montre que de nombreux jeunes chercheurs et chercheuses de tout premier plan sont sous-employé(e)s et précarisé(e)s. Du fait des suppressions de postes et de l’absence d’un plan pluriannuel de recrutement, l’enseignement supérieur est privé de talents et de compétences qui devraient être, au contraire, mis au service de tous à travers l’université, service public, laïc auquel les membres de ce comité sont fiers d’appartenir.

Motion votée à la majorité par les membres du comité présents (un refus de vote et deux abstentions).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :