Collectif pour la Défense de l’Université : « Le gouvernement porte l’entière responsabilité de la crise aiguë que traversent aujourd’hui les universités »

Collectif pour la Défense de l’Université
Motion adoptée le 6 mai 2009

Après plus de trois mois d’un mouvement de protestation sans précédent de la part de la communauté universitaire et scientifique, le gouvernement a fait le choix du passage en force. Tout comme il avait fait adopter la loi « Libertés et Responsabilités des Universités » en plein été (le 10 août 2007), il a récidivé en profitant des vacances de printemps à la fois pour adopter les décrets sur le statut des enseignants chercheurs et sur le Conseil national des universités, et pour annoncer son intention de procéder à la validation des premières maquettes de masters « métiers de l’enseignement ».
Par ses atermoiements et par sa volonté délibérée de ne pas convier à la négociation les principaux acteurs de la contestation, le gouvernement a sciemment laissé le conflit s’enliser. C’est donc lui qui porte l’entière responsabilité de la crise aiguë que traversent aujourd’hui les universités.

En dépit des modifications du projet initial de réforme statuaire, qui ont été imposées par la mobilisation des universitaires, les décrets adoptés et le dispositif relatif au recrutement et à la formation des enseignants des premier et second degrés continuent de justifier des critiques majeures.
C’est pourquoi, en conformité avec les principes qui l’ont animé depuis plusieurs mois, le Collectif pour la Défense de l’Université continuera à agir pour les modifier, en assurant désormais une triple mission :
– une mission juridique, en formant les recours juridictionnels appropriés et en élaborant une doctrine interprétative des textes en vigueur ;
– une mission d’observation et de vigilance, en assurant une veille active des pratiques mises en oeuvre dans les établissements universitaires ;
– une mission d’analyse et de proposition, en menant une réflexion approfondie sur le système d’enseignement supérieur et en contribuant au débat public sur l’avenir de l’Université.

La crise actuelle démontre en effet que l’Université est la principale victime des réformes menées dans ce domaine depuis des décennies. Dès lors, il est urgent de repenser tout le système de l’enseignement supérieur et de la recherche, à la faveur d’un véritable débat qui associera enfin l’ensemble des acteurs de la communauté scientifique et universitaire et guidera les parlementaires, à qui incombe le devoir de statuer de manière éclairée sur cette question fondamentale pour l’avenir de notre
pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :