Etat des lieux de la mobilisation : URGENT

Pour aller contre la désinformation gouvernementale il devient urgent de faire un véritable état des lieux.
Il faut que nous obtenions les décisions prises, département par département, fac par fac et université par université sur les questions suivantes:
1) faculté en grève: oui, non
2) département en grève: oui, non
3) Rétention des notes du premier semestre: oui, non
4)Rétention des notes du second semestre: oui, non
5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: oui, non
6) reprise des cours du cursus validé ( normal): oui, non
7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé): oui, non
8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: oui, non
9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: oui, non
10) organisation des examens du second semestre en septembre: oui, non
11)Validation automatique du second semestre: oui, non
12) Validation sur 5 semestres de la licence: oui, non
13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: oui, non
14)Faculté bloquée: oui, non
15) département bloqué: oui, non
16) Université bloquée: oui, non
17)Iufm en lutte: oui, non
18) Iut en lutte, oui, non
19) refus de participer aux jurys divers: oui, non

J’en oublie certainement. Mais si tous nos collègues DE TOUTES LES UNIVERSITES acceptaient d’envoyer un petit mot en répondant simplement par oui ou par non question par question en déclinant avec le plus d’exactitude possible leurs universités, facultés et départements de rattachement, cela nous aiderait beaucoup. J’ajoute que c’est hyper urgent (donc n’attendez pas lundi pour nous transmettre ces informations).

Les informations peuvent être déposées en commentaire sous ce billet ou directement envoyées sur la liste de discussion de la CNU

Publicités

24 Réponses

  1. Voila les infos pr REIMS si vous ne les avez deja pas
    depuis l’AG de lundi 04/05/09, déblocage
    faculté de lettres, droit sciences humaines en greve
    tous départements mais plus ou moins suivi
    3) Rétention des notes du premier semestre: oui,
    4)Rétention des notes du second semestre: oui, je pense
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: ?
    6) reprise des cours du cursus validé ( normal): ?
    7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé): oui,
    8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: oui,
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: , non
    10) organisation des examens du second semestre en septembre: , non
    11)Validation automatique du second semestre: , non surtt pas
    12) Validation sur 5 semestres de la licence: pas débattu
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: pas debattu
    14)Faculté bloquée: , non depuis lundi
    15) département bloqué: , non
    16) Université bloquée: , non
    17)Iufm en lutte: oui,
    18) Iut en lutte, oui,
    19) refus de participer aux jurys divers: oui,
    http://www.reimsmob.org

  2. Faculté des Sciences de Nice
    1) faculté en grève: non
    2) département en grève: non
    3) Rétention des notes du premier semestre: oui uniquement le département Sciences de la Vie, non pour les autres départements.
    4)Rétention des notes du second semestre: non
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: oui,
    6) reprise des cours du cursus validé ( normal): oui,
    7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé): sans objet
    8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: oui, non
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: oui (sauf peut être pour le département Sciences de la vie, sous réserve)
    10) organisation des examens du second semestre en septembre: non
    11)Validation automatique du second semestre: sans objet
    12) Validation sur 5 semestres de la licence: non
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non
    14)Faculté bloquée: non
    15) département bloqué: non
    16) Université bloquée: non
    17)Iufm en lutte: sans info directe
    18) Iut en lutte, ouyi
    19) refus de participer aux jurys divers:non

    Nota : la fac des Sciences a participé activement à la lutte sous des formes diverses (université hors les murs, manifestations, action vis à vis des conseils, prise de position de plusieurs laboratoires et départements d’enseignement) mais la grève a été très limitée aux sciences de la vie et à quelques collègues (à vrai dire assez isolés dans les autres départements)
    La situation est très différente en Fac LASH. Je laisse le soin à un collègue de cette Fac de donner des renseignements précis.
    Nous anysons la situation en considérant qu’il faut entrer dans une nouvelle phase d’action de résistance.

  3. La mobilisation ne devrait pas être une fin en soi : si la seule urgence actuelle du mouvement est de comptabiliser des participants, comme on mènerait une évaluation bureaucratique dans le cadre de l’AERES (qui n’est pas toujours si bureaucratique qu’on le prétend, au passage), n’est ce pas le signe que nous avons trop naturalisé les réflexes d’un militantisme qui commence à être aveugle à ses propres présupposés et qui ne se donne plus pour objectif autre chose que le militantisme ? On sait bien de quoi ces symptômes sont révélateurs, et où ils mènent : à confondre les moyens avec les fins.

    Au lieu de déclarer « urgent » la comptabilité des engagements dans la contestation, il serait urgent de considérer comme urgent une réflexion en profondeur sur ce que nous allons faire pour les étudiants, concrètement, qui nous ont accompagné (et précédé) dans le mouvement, et que le mouvement a eu trop tendance à considérer comme une monnaie d’échange ou comme de la chair à canon : ce qui se passe en premier cycle dans certaines facs n’est pas à l’honneur du mouvement. Même chose pour nos amis iatoss et biatoss : qu’est devenu l’appel à les couvrir pour les protéger et être solidaires d’eux lors des démissions administratives ? Il est resté lettre morte et là encore ce n’est pas à l’honneur de l’université.

    Enfin, on voit bien que les formes de luttes adoptées jusqu’à présent ont été inefficaces. Il faudrait donc les ré-examiner et taper là où ça fait mal : au lieu de se tirer des balles dans le pied en bloquant inutilement des universités, on aimerait bien voir prendre forme le blocage des flux économiques et informationnels nécessaires aux tutelles et aux directions de nos établissements : mais là, ça se passe surtout au niveau des labos (réponses aux appels d’offre, gestion administrative des lignes budgétaires de la recherche, etc.) et le moins qu’on puisse dire c’est que pendant la grève, les affaires continuent… Les appels au blocage administratif de la recherche à l’université sont restés lettre morte, de même que les appels au refus de la signature des articles (qui serait une arme dans le contexte dogmatique du classement de Shaghai). On veut bien mettre en péril les étudiants de première année, mais pas sa carrière, n’est-ce pas ? Je trouve ça dommage et contre productif.

    • C’était urgent pour les personnels et les étudiants mobilisés de l’Université de Picardie Jules Verne, à Amiens, face à une désinformation présidentielle redoutable et préalable à un CA où nous ne sommes toujours pas entendus.

      • Oui, je comprends bien l’enjeu local, mais je déplore que cette pratique de la comptabilité des actions, typique du genre « AG », prenne peu à peu le dessus sur des formes de réflexion que je crois nettement plus urgentes. La désinformation des tutelles et des médias est constante depuis le début du mouvement. Elle l’était déjà à l’époque de la LRU. En quoi le fait de décréter ce type d’urgence changera-t-il la donne ? Je pense que ça ne changera rien : on sait bien que les journalistes ne font plus aucun travail d’investigation et que vous pouvez leur présenter tous les chiffres et constats que vous voulez, ils ne changeront pas leur position. Au mieux – ce qui n’est sans doute pas rien – vous réconforterez les convaincus qui vous (nous) lisent sur vos (nos) blogs. Ce que je veux dire, c’est que la bataille médiatique et celle de l’opinion est dores et déjà perdue, et qu’elle l’est en partie à cause des blocages. Lisez ça, pour vous convaincre de leur effet désastreux sur les chiens de garde du pouvoir et sur leurs lecteurs : http://www.liberation.fr/societe/0101566139-a-la-fac-de-caen-la-police-evacue-les-bloqueurs

        Il y aurait des centaines d’autres exemples montrant qu’on ne peut pas changer le cours des choses médiatiques en se basant sur une comptabilité d’actions. Il me semble que la Ronde des obstinés, en dépit du relatif mépris affiché envers elle par les purs et durs de la militance (que ne lit-on pas sur certains forums à leur sujet !) a fait plus pour le mouvement que des semaines de grève. Ce serait à méditer. De même, les cours hors les murs, que nous avons débuté en février, ont eu un très bon écho, en dépit là encore de l’opprobre des adeptes des solutions « radicales ». Même chose pour la Nuit Blanche de l’Université, qui a fait amphi comble. Or, ces alternatives aux actions supposées « radicales », le sont bien plus (radicales) dans la mesure où elles s’inscrivent dans une réflexion de l’université sur elle-même, et non dans des schémas d’action hérités du syndicalisme : c’est quand l’université agit dans le sens de ses valeurs (ouverture démocratique, intelligence critique, générosité, gratuité, entraide, appui de l’action sur les savoirs, etc.), et non quand elle se confond avec un système de production produisant des produits dont il faudrait arrêter la fabrication, qu’elle se retrouve, qu’elle progresse, et qu’elle convainc.

    • Je ne comprends pas bien le sens des  » appels au refus de la signature des articles (qui serait une arme dans le contexte dogmatique du classement de Shaghai) ». La signature d’un article est un acte personnel, qui marque son droit d’auteur (sous les aspects patrimonial et moral), et ce n’est pas une obligation de travail qui pourrait être suspendue en cas de grève. Publier des articles anonymes ne fait que nuire aux auteurs, sur le plan de la propriété intellectuelle, en dehors de tout aspect de carrière. D’ailleurs je pense qu’un éditeur ne l’accepterait pas. Mais l’action préconisée consiste peut-être à ne rien publier du tout, ce qui est évidemment autre chose (peu efficace d’ailleurs, à mon humble avis).

      • Mauvaise formulation de ma part, mais j’avais déjà proposé cela il y a quelques années (publié dans la revue Alliage : http://www.tribunes.com/tribune/alliage/61/page8/page8.html). Il s’agissait de ne pas signer avec le nom de son institution : si tout le monde faisait ça, ce que les revues acceptent sans trop de problème pour peu qu’on le leur explique et que le mouvement soit collectif, la diminution des citation des établissements concernés aurait mécaniquement une influence sur le classement de Shanghai. En ce qui concerne l’efficacité de telle ou telle action, si on s’en reporte à 13 semaines de grève sans le moindre succès, alors je pense que les solution utopiques/illusoires/farfelues ont de beaux jours pragmatiques devant elles :-) En tout cas, ça aurait valu le coup d’essayer, au lieu de se replier si rapidement sur les recettes du blocage. Il y aurait d’autres actions possibles, évidemment, et en particulier la grève administrative des labos, qui n’a pas été soutenue par la Coordination : pourquoi ? Pourquoi toujours faire payer le prix des luttes aux plus faibles (étudiants, dans notre cas) sans vraiment essayer de viser plus haut ? Zat iz ze question.

  4. Université de Corse, tous les départements
    1) facultés en grève: non
    2) département en grève: non
    3) Rétention des notes du premier semestre: non
    4)Rétention des notes du second semestre: non
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: tous
    6) reprise des cours du cursus validé : oui
    7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé): oui
    8) cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: non
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: oui
    10) organisation des examens du second semestre en septembre: non
    11)Validation automatique du second semestre: , non
    12) Validation sur 5 semestres de la licence: non
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non
    14)Faculté bloquée: non
    15) département bloqué: non
    16) Université bloquée: ,non
    17) Iufm en lutte: non
    18) Iut en lutte, non
    19) refus de participer aux jurys divers: non

  5. Etat des lieux de l’Université de Poitiers

    1) faculté en grève: non

    2) département en grève: aucun

    3) Rétention des notes du premier semestre: oui

    4)Rétention des notes du second semestre: oui

    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: non

    6) reprise des cours du cursus validé (normal): non

    7) rattrapage des cours du second semestre (toujours sur le cursus validé): oui

    8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: oui

    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: non

    10) organisation des examens du second semestre en septembre: oui pour certaines ufr comme Lettres et Langues, la deuxième session aura lieu début septembre
    11)Validation automatique du second semestre: non

    12) Validation sur 5 semestres de la licence: non

    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non

    14)Faculté bloquée: partiellement pour Lettres et Langue, Droit, Sciences Humaines et Arts et Sciences Fondamentales Appliquées.

    15) département bloqué: non

    16) Université bloquée: oui, en blocus partiel, c’est-à-dire qu’il y a un blocus chaque journée de mobilisation (1 à 2 par semaine). Il se pourrait que l’Université soit à nouveau totalement bloquée (comme elle l’a déjà été pendant près de 10 semaines) à la suite de l’AG qui doit se dérouler mardi.

    17)Iufm en lutte: oui, l’IUFM est totalement bloqué depuis à peu près 3 mois

    18) Iut en lutte, non

    19) refus de participer aux jurys divers: oui. Il a été également voté la non surveillance des examens.

  6. 1) faculté en grève: non
    2) département en grève: non
    3) Rétention des notes du premier semestre: oui
    4)Rétention des notes du second semestre: oui
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: oui

    8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: oui
    http://collectifdauphine.blogspot.com/
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: oui, probablement ( a decider)

    11)Validation automatique du second semestre: non
    12) Validation sur 5 semestres de la licence: non
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non
    14)Faculté bloquée:non
    15) département bloqué: non
    16) Université bloquée: non

    19) refus de participer aux jurys divers: oui, Bac.

  7. Merci à « indiscipline » pour la précision sur l’action de non-signature des articles. Ce point de vue est cohérent si on veut lutter contre la bibliométrie basique, mais cette action peut avoir des effets contraires à nos intérêts. Pour beaucoup d’universitaires, la mention de leur université est tout de même un élément de valorisation de leur propre nom, et il est dommage d’affaiblir à terme ce potentiel de valorisation en écartant une pratique unanimement reconnue au plan mondial. Et les éditeurs sont eux aussi intéressés par la précision du nom de l’université, en tout cas de certaines!

    • Certes, mais alors que faire ? je m’étonne que ce type de proposition soulève a priori plus d’objection que le fait de priver des centaines de milliers d’étudiants de leur année et de leurs diplômes… Et je m’étonne de lire ici l’argument de la valorisation : qu’en a t on à faire, de la valorisation de nos universités, dans la mesure où c’est justement ce type de raisonnement qui nous a mené tout droit où nous en sommes et que c’est justement une arme pour peser dans la lutte contre les tutelles ?

      • Bien sûr, je comprends parfaitement une approche individualiste dans ce domaine, mais l’université a fondamentalement (et étymologiquement) une dimension collective, qui peut être valorisée. L’objectif de la valorisation n’est pas contestable, sauf à nier l’université elle-même, mais il n’en va pas de même des méthodes qui peuvent être contestées, surtout les méthodes barbares de la réforme officielle. Mais bien sûr on peut aussi contester les méthodes de la contestation en cours, notamment pour les conséquences pour les étudiants de certaines filières. Mais cela vient effectivement du fait qu’on a quitté le cadre strict de l’action efficace sur la production et les produits (très bien envisagée dans l’article Alliage) pour rechercher des actions médiatiques et auto-persuasives absurdes.

  8. Nancy 2 –

    1) faculté en grève: OUI
    2) département en grève: OUI
    3) Rétention des notes du premier semestre: OUI
    4)Rétention des notes du second semestre: OUI
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: partiellement
    6) reprise des cours du cursus validé ( normal): non
    7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé): non
    8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: non
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: non
    10) organisation des examens du second semestre en septembre: pour le moment non
    11)Validation automatique du second semestre: non
    12) Validation sur 5 semestres de la licence: non
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non
    14)Faculté bloquée: oui
    15) département bloqué: oui
    16) Université bloquée: oui
    17)Iufm en lutte: oui
    18) Iut en lutte: oui
    19) refus de participer aux jurys divers: oui

  9. Le blocage est en effet une tactique absurde et contre productive. Dans certaines filières, 70% des étudiants ont abandonné l’université. Pourquoi et pour qui, dans ce contexte, se bat-on alors ? Pour une université qui sacrifie les plus faibles sur l’autel de la médiatisation ? Si tel est le cas (j’ose espérer qu’il n’est pas général), alors nous avons déjà perdu à la fois la bataille contre le gouvernement, mais aussi toutes les batailles futures car ces populations pourrons longtemps reprocher à l’université de ne pas les avoir aidé ni écouté : dans certaines filières scientifiques (Paris 6 par exemple), non seulement les étudiants n’ont plus aucun cours depuis des mois, mais en plus il n’ont même pas la moindre information sur le mouvement : quel gâchis ! Pourtant, lors de la lutte contre la LRU, les mêmes universitaires grévistes aujourd’hui était majoritairement absents des AG et des manifestations, tandis que les étudiants, eux, avaient compris avec un train d’avance ce qui allait se passer. Il est urgent de changer de stratégie et de nous mettre à penser, au lieu de rester le nez dans le guidon d’un activisme à la fois improductif et aux effets contraires à nos valeurs. C’est dans ce contexte que je rappelle qu’il y a d’autres modes d’action possibles, qui n’ont pas assez été examinés. Ce n’est pourtant pas faute d’en avoir parlé (j’ai publié l’article dans Alliage en octobre 2007 !), et avec Indiscipline (qui existe depuis 2003) nous n’avons pas cessé d’attirer l’attention des collègues mobilisés sur diverses alternatives possibles et sur les dangers tactiques du blocages. Sans succès, hélas…

  10. Pour l’état des lieux de la mobilisation universitaire:
    afin de pouvoir faire plus facilement un bilan, je propose que ces infos soient désormais envoyées par formulaire google:
    ainsi, le traitement des données en sera facilité (dans un tableur et par graphiques).

    Remplir le formulaire à l’adresse suivante :
    http://spreadsheets.google.com/viewform?hl=fr&formkey=clFfb1VQSmRDNjNiX192TDRrVEhVY2c6MA..

    Pour consulter les réponses dans un tableur en ligne :
    http://spreadsheets.google.com/ccc?key=rQ_oUPJdC63b__vL4kTHUcg

    Pour les universités ayant déjà envoyées ces données par mail:
    -libres à eux de les renvoyer par le formulaire (ce qui fera gagner du temps)
    -ou sinon, les données reçus par mail seront rajoutés dans la base de données du formulaire

    Je mettrai en ligne [par exemple sur université en lutte?] (ou par mail) les résultats sous forme de graphique quand il y aura suffisamment de réponses.

  11. Porcheron Marie-Domitille, le mai 8th, 2009 à 12:37 Dit:

    « C’était urgent pour les personnels et les étudiants mobilisés de l’Université de Picardie Jules Verne, à Amiens, face à une désinformation présidentielle redoutable et préalable à un CA où nous ne sommes toujours pas entendus. »

    Oui, je comprends bien l’enjeu local, mais je déplore que cette pratique de la comptabilité des actions, typique du genre « AG », prenne peu à peu le dessus sur des formes de réflexion que je crois nettement plus urgentes. La désinformation des tutelles et des médias est constante depuis le début du mouvement. Elle l’était déjà à l’époque de la LRU. En quoi le fait de décréter ce type d’urgence changera-t-il la donne ? Je pense que ça ne changera rien : on sait bien que les journalistes ne font plus aucun travail d’investigation et que vous pouvez leur présenter tous les chiffres et constats que vous voulez, ils ne changeront pas leur position. Au mieux – ce qui n’est sans doute pas rien – vous réconforterez les convaincus qui vous (nous) lisent sur vos (nos) blogs. Ce que je veux dire, c’est que la bataille médiatique et celle de l’opinion est dores et déjà perdue, et qu’elle l’est en partie à cause des blocages. Lisez ça, pour vous convaincre de leur effet désastreux sur les chiens de garde du pouvoir et sur leurs lecteurs : http://www.liberation.fr/societe/0101566139-a-la-fac-de-caen-la-police-evacue-les-bloqueurs

    Il y aurait des centaines d’autres exemples montrant qu’on ne peut pas changer le cours des choses médiatiques en se basant sur une comptabilité d’actions. Il me semble que la Ronde des obstinés, en dépit du relatif mépris affiché envers elle par les purs et durs de la militance (que ne lit-on pas sur certains forums à leur sujet !) a fait plus pour le mouvement que des semaines de grève. Ce serait à méditer. De même, les cours hors les murs, que nous avons débuté en février, ont eu un très bon écho, en dépit là encore de l’opprobre des adeptes des solutions « radicales ». Même chose pour la Nuit Blanche de l’Université, qui a fait amphi comble. Or, ces alternatives aux actions supposées « radicales », le sont bien plus (radicales) dans la mesure où elles s’inscrivent dans une réflexion de l’université sur elle-même, et non dans des schémas d’action hérités du syndicalisme : c’est quand l’université agit dans le sens de ses valeurs (ouverture démocratique, intelligence critique, générosité, gratuité, entraide, appui de l’action sur les savoirs, etc.), et non quand elle se confond avec un système de production produisant des produits dont il faudrait arrêter la fabrication, qu’elle se retrouve, qu’elle progresse, et qu’elle convainc.

  12. Synthèse mobilisation université de Tours (au 8 mai 09)

    1) facultés en grève: inégal ; oui en Arts et Sciences Humaines et Lettres et langues ; non en science et à l’IUT (depuis début mars) ; non en droit (« grève perlée » depuis le début) ; non en médecine

    2) département en grève: grève suivie inégalement en Espagnol, LEA, allemand, philosophie, musicologie, psychologie; très suivie : anglais, italien

    3) Rétention des notes du premier semestre: oui dans la majorité des départements Arts et Sciences Humaines et Lettres et langues ; non en droit, science et médecine

    4) Rétention des notes du second semestre: examens pas encore tenus sur le site principal ; dans les autres sites/ départements : non en science

    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: très inégal ; facultés Arts et Sciences Humaines et Lettres et Langues (site principal de l’université) bloquées depuis le début du mois de mars, cours très perturbés ; ailleurs grève perlée, les cours se sont tenus dans l’ensemble ; médecine cours tenus ; IUT et science : les cours ont repris depuis début mars, moins régulièrement à l’IUT

    6) reprise des cours du cursus validé (normal): le semestre est terminé à Tours

    7) rattrapage des cours du second semestre (toujours sur le cursus validé): non pour la très grande majorité des départements

    8) cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: oui

    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: non dans les facultés Arts et Sciences Humaines et Lettres et Langues (site principal de l’université) en raison du blocage ; ailleurs, les examens ont l’air de se tenir dans l’ensemble.
    Bras de fer avec la présidence et le CA qui a voté, sans consulter les départements concernés, des rattrapages en mai + exams en juin et 2e session en septembre

    10) organisation des examens du second semestre en septembre: non ; soit les exams se tiennent en ce moment, soit les départements ne se sont pas prononcés

    11) Validation automatique du second semestre: pas de décision claire pour le moment sur la question des examens ; c’est ce qui a été décidé par exemple en anglais, mais refusé par la présidence

    12) Validation sur 5 semestres de la licence: pas de décision claire pour le moment sur la question des examens

    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: pas de décision claire pour le moment sur la question des examens

    14) Faculté bloquée: facultés Arts et Sciences Humaines et Lettres et Langues (site principal de l’université) bloquées

    15) département bloqué: idem

    16) Université bloquée: idem

    17) Iufm en lutte: oui

    18) Iut en lutte: oui

    19) refus de participer aux jurys divers: inégal

    20) démission collective suivie : OUI

  13. Situation à l’IEP de Lyon

    Résumé:
    -les cours ont repris avec des conditions spéciales (pas de compta des absences, banalisation les jours de manif nationale); les exams se tiendront sur le programme rattrapée (70% environ)
    -rétention des notes du 1er semestre, rétention des notes du Concours d’entrée en 2ème année
    -La mobilisation continue par des Actions organisées avec toutes les Universités de Lyon et par des Cours hors les murs (mercredi 6 mai)

    1) faculté en grève: non
    2) département en grève: non
    3) Rétention des notes du premier semestre: oui
    4)Rétention des notes du second semestre: —
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: oui
    6) reprise des cours du cursus validé ( normal): oui
    7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé): oui
    8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: oui
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: oui
    10) organisation des examens du second semestre en septembre: non
    11)Validation automatique du second semestre: non
    12) Validation sur 5 semestres de la licence: non
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non
    14)Faculté bloquée: non
    15) département bloqué: non
    16) Université bloquée: non
    17)Iufm en lutte: non
    18) Iut en lutte, non
    19) refus de participer aux jurys divers: — (à discuter)

  14. Etat des lieux de la mobilisation : Université Toulouse 2 – Le Mirail
    1) faculté en grève:
    Sans objet (pas de « faculté » à l’UTM)
    2) département en grève:
    Université en grève (N.B.: étudiants et personnels Biatos et enseignants en grève), avec piquets (décidés par l’AG des étudiants « soutenus » par celle des personnels)
    3) Rétention des notes du premier semestre: oui
    4)Rétention des notes du second semestre:
    Sans objet: pas de notes pour le 2d semestre (Cependant, des cours se sont tenus plus ou moins clandestinement, souvent sur des sites secondaires, surtout pour les formations professionnelles: Lpro, M2 pro, IUP…)
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: non
    6) reprise des cours du cursus validé ( normal): ? (question non comprise!)
    7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé): non
    8 )cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants:
    Pour nous tout cela n’est pas équivalent: des cours alternatifs (surtout en février et mars). Les cours en ligne, c’est ce que voudrait faire la direction de l’université pour organiser les examens dans la foulée.
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: non
    10) organisation des examens du second semestre en septembre:
    Incertaine…
    11)Validation automatique du second semestre:
    Pas acquise
    12) Validation sur 5 semestres de la licence:
    Idem
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non
    14)Faculté bloquée: sans objet
    15) département bloqué: tous (avec les réserves du point 4)
    16) Université bloquée: oui (avec des réserves sur la formulation: il s’agit de piquets de grève)
    17)Iufm en lutte: plus ou moins
    18) Iut en lutte: certains IUT de Toulouse en lutte (UT3), pas les deux de l’UTM (qui se trouvent sur d’autres sites)
    19) refus de participer aux jurys divers: non

  15. IUFM de Paris
    En lutte
    occupation nocturne du sites de Batignolles à partir du lundi 11 mai.

  16. Situation à l’UPS (Toulouse 3 sciences)
    1) faculté en grève: non
    2) département en grève: non
    3) Rétention des notes du premier semestre: un peu (UFR STAPS)
    4)Rétention des notes du second semestre: en projet
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre: seulement en STAPS
    6) reprise des cours du cursus validé ( normal): idem
    7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé): oui (sauf en STAPS)
    8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, blogs des enseignants: fini
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: oui (léger report)
    10) organisation des examens du second semestre en septembre: non (certaines secondes sessions seulement)
    11)Validation automatique du second semestre: non
    12) Validation sur 5 semestres de la licence: non
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non
    14)Faculté bloquée: non
    15) département bloqué: non
    16) Université bloquée: fini
    17)Iufm en lutte: oui
    18) Iut en lutte, oui
    19) refus de participer aux jurys divers: jurys de bac (en cours)

    NB : Nous organisons une consultation des personnels de l’UPS le 14 et le 15 matins, avec pour questions : pour ou contre la rétention des notes du second semestre, la non remontée des plans quadriennaux ainsi que des noms pour les jurys de bac et en plus une question sur la satisfaction quant aux réponses du ministère…

  17. Le blocage a été reconduit à saint-etienne après 3 semaines débloquées…de quoi garder le moral pour toutes les facs en lutte !

    L’Assemblée Générale d’aujourd’hui 12 Mai a reconduit le blocage.

    Une jolie réponse face au mépris toujours plus affirmé du gouvernement,
    qui ne recule pas malgré l’ampleur historique de la mobilisation dans
    toutes les universités de France.

    Un joli pied de nez aussi à tous ceux qui se sont évertués depuis 3
    semaines à ne pas respecter les accords passés avec le CEVU…

    Une nouvelle qui réjouira aussi toutes les autres universités en lutte
    et qui renforcera encore les liens de solidarité nouées avec cellles-ci.

    source: taper « ujm en lutte » sur google.

  18. Département chimie – UFR Sciences – Université d’Orléans

    1) faculté en grève : non mais contestant les réformes en cours : oui
    2) département en grève: non
    3) Rétention des notes du premier semestre au dpt chimie : oui
    4)Rétention des notes du second semestre au dpt chimie: sans objet car pas d’examens
    5) cours (c’est-à-dire cursus validé au ministère) effectués au second semestre au dpt chimie : non
    6) reprise des cours du cursus validé ( normal) au dpt chimie : non
    7) rattrapage des cours du second semestre ( toujours sur le cursus validé) au dpt chimie : non
    8)cours alternatifs, séances de travail, université populaire, cours en ligne, aménagements au dpt chimie : oui
    9) organisation des examens du second semestre dans les dates prévues: non
    10) organisation des examens du second semestre en septembre: non
    11)Validation automatique du second semestre: non
    12) Validation sur 5 semestres de la licence: non
    13) Semestre 2 reporté sur le premier semestre de la rentrée: non
    14)Faculté bloquée: non depuis lundi 11 mai
    15) département bloqué: non
    16) Université bloquée: non
    17)Iufm en lutte: oui
    18) Iut en lutte, oui
    19) refus de participer aux jurys divers au dpt chimie: oui
    20) Blocage des examens votés en AG : oui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :