Actu : Nancy 1

Pour rappel : Nancy 1 (Fac des Sciences). Lundi 20 avril, une AG Enseignants-Chercheurs-Etudiants réunissant 450 personnes a reconduit le blocage de la fac jusqu’au lundi 27 avril.

Le mercredi 22 avril, l’équipe de direction de la faculté des sciences a organisé un vote auquel seuls les étudiants étaient conviés. La question (fallacieuse au possible) posée était : « souhaitez-vous la reprise des cours ? « . L’ensemble des personnels et étudiants bloqueurs avaient appelé au boycott.
Les résultats, fièrement annoncés (je vous laisse calculer le taux de participation exceptionnel…)  sont les suivants :

« Chers collègues
Suite au vote massif des étudiants pour la reprise des cours, celle-ci aura lieu dès demain  8h (voir message ci-dessous)
Par la même occasion, j’enjoins aux collègues qui retiennent encore des notes de mettre fin à ce comportement dommageable pour nos étudiants.
3552 inscrits / 643 votants / 631 suffrages valablement exprimés / 548 OUI / 83 NON
 »

En conséquence, ce matin (Jeudi 23 avril), le Doyen de la faculté, accompagné par un directeur d’UFR qui n’a jamais jugé bon de s’exprimer depuis fin janvier, et par des agents techniques réquisitionnés pour l’occasion, sont venus débloquer la fac.
Suite à cela, une centaine de personnes (Etudiants + EC + C) sont descendus en ville pour bloquer la Présidence de Nancy 1. Aucune apparition du Président  Jean-Pierre Finance. Vers 16h, une centaine de personnes en luttes de Nancy 2 (campus Lettres) est venu soutenir Nancy 1 à la présidence …

Publicités

6 Réponses

  1. heum, ca serai bien de préciser les choses plus correctement, nous n’avons pas bloqué mais simplement occupé la présidence!

    Ensuite pour ceux que ca interresse, tres tot ce matin a 00H45, sur ordre de J-P Finance, (je croi co-redacteur de la LRU et Président de nancy 1 ) une bonne 50aine de CRS ont débarqué et vidé les lieux avec violence! Il faut aussi savoir que Mr Finance qui n’est jamais venu nous rencontré affirme que le tout c’est passé dans le calme, je pense que la personne qui n’arrive plus a bouger la main approuve beaucoup !

    A aucun moment on nous a demandé de vidé les lieux, de plus le vice président nous avais assuré qu’une société de gardiennage venais nous surveillé mais que la nuit se passerais dans le calme !

  2. Voici le témoignage de la personne qui n’arrive lus à bouger la main, justement :

    Depuis de nombreuses semaines, les étudiants partout en France s’opposent
    aux réformes de l’université prises à l’encontre de l’intérêt des étudiants.
    Sur Nancy, cette opposition se traduit par l’organisation de la suspensions
    des cours par les étudiants par le cadenassage de portes ou le blocage de
    portes.
    Jeudi matin, en Fac de Sciences, l’administration a imposé aux personnels
    administratifs et techniques de dégager les entrées bloquées par les
    étudiants. En quelques instants, des individus obéissant à des ordres
    irresponsables font rentrer des étudiants dans les bâtiments.
    Les étudiants de la fac de Science décident de se rentrer à la présidence
    de Nancy I afin d’obtenir des explications au président de Nancy I
    Jean-Pierre Finance.
    Jean-Pierre Finance était l’an dernier président de la conférence des
    présidents d’universités et à ce titre un des principal soutien à Valérie
    Pecresse pour l’élaboration de la loi LRU.
    Les étudiants de Nancy I présents à la présidence depuis 10h souhaitaient
    tous ensemble rencontrer le président Finance. Il a été tout d’abord annoncé
    que le président était parti sur la fac de Sciences afin de rencontrer les
    étudiants. Ce qui fut évidemment faux puisque jamais, de 10h à 00h30 il n’en
    est revenu. Et dans le journal d’aujourd’hui, nous apprenons qu’il était en
    fait au rectorat.

    Après l’assemblée générale des étudiants du campus Lettres et Sciences
    Humaines, les étudiants et enseignants ont décidé d’organiser un sitting à
    proximité des locaux de l’université. Les forces de l’ordre présentes n’ont
    fait qu’encourager à la provocation et ont laissé plusieurs voitures forcer
    le passage mettant en danger la vie de près de 200 étudiants. Un étudiant
    s’est fait roulé sur les pieds et moi-même, j’ai été trainé sur le capot
    d’une voiture sur près de 80mètres à 40km/h !
    Pendant cette même action, les CRS n’ont pas hésité à insulter plusieurs
    étudiants de « connards », « enculés », « branleurs de merde ». Les
    étudiants parfaitement calmes ont ignoré toutes provocations.
    Décidés et mobiles, après que les CRS aient bloqués en amont la
    circulation, nous nous rendons vers un autre carrefour en traversant le
    campus. La plupart des usagers bloqués sont très attentifs à nos
    revendications et nous remercient pour la plupart de l’information qu’ils
    n’ont pas forcément.
    Nous recevons par ailleurs des coups de téléphones des étudiants de Nancy I
    qui nous demandent de venir grossir les rangs. Traversant la ville,
    n’hésitant pas à prendre des sens interdits déjà embouteillés et donc sans
    voitures pouvant arriver à grande vitesse, nous nous rendons rue Lionnois
    aux cris d’un « Tous Ensemble ».

    Images de la lutte commune que mènent les étudiants des deux facs en lutte,
    nous occupons désormais la Villa Bergeret dont les salles sont classées aux
    monuments historiques. Après un tour des locaux et une visite dans le calme
    des salons Art Nouveau, nous nous arrêtons dans une grande pièce où un repas
    sympathique a du avoir le midi : des restes de plateaux repas richement
    garnis. J’en profite pour gouter des aliments non-consommés, l’excellent
    pâté et le parfumé taboulet comme premier repas depuis 8h où je suis levé !
    J’ai l’impression d’être en décalage complet avec la réalité dans ce
    bâtiment si prestigieux et devant les restes. J’étais persuadé que les
    universités manquaient de moyens et de fonds culturels… jusqu’à en voir la
    Villa Bergeret !

    Une discussion débute alors dans le hall de la Présidence afin de
    déterminer nos objectifs clairs. Les personnes présentes sont déterminés
    face aux sbires du Président Finance. Un appel est rédigé confirmant notre
    volonté de rester la nuit dans les locaux.

    M’absentant pour des raisons familiales, lorsque je reviens à 23h50, c’est
    dans une ambiance conviviale que je trouve le hall de la présidence : des
    gâteaux, des chocolats, des jeux, des journaux…Toute une vie s’était
    organisée autour de la trentaine de personnes présentes et rien de dangereux
    ou de particulièrement radical ne s’était mis en place. Les fumeurs fument
    dehors. A l’intérieur, des briques de jus de fruits, mais pas une bouteille
    d’alcool (ce qui tombe bien puisque je ne bois que très peu et rarement).
    Des sacs de couchages étaient déjà installés. Dans les escaliers, des chiens
    de gardes se transforment en conservateur de musée n’ayant pu conserver la
    raison du Président qui n’a toujours pas daigné se rendre place

    Vers minuit 30, j’allume mon ordinateur afin de consulter les actualités du
    jour. Mon ordinateur n’a même pas le temps de s’allumer que j’aperçois des
    casques et des matraques.
    En quelques minutes, rentrant par deux portes, les forces de l’ordre nous
    poussent violemment vers la sortie, nous interdisant de prendre nos effets
    personnels hormis nos sacs que certains ont pu prendre très rapidement. Ne
    pouvant refuser de partir, nous sommes évacués. Evacuation probablement pas
    suffisamment rapide, puisque plusieurs étudiants se font gazer. Alors que
    j’approche de la porte, je me fais également asperger de gaz lacrymogène,
    accompagné d’un fort sympathique coup de matraque sur mon coude qui enflera
    assez rapidement.

    Les forces de l’ordre (Police et Gendarmerie Nationale) nous poussent
    jusqu’au bout de la rue Lionnois en nous accompagnant de mots doux
    semblables à ceux de l’après-midi (« connards de gauchistes », « rats de
    merde »). En assaisonnement, nous avons droit à une flambée de flash.
    Probablement pour prouver plus tard, sélections de photos à l’appui que
    l’évacuation s’est déroulée « sans incident, devant témoins ».

    Pourquoi ? Pourquoi Jean-Pierre Finance a-t-il ordonné cette opération ?
    Est-ce par un besoin de démonstration viriliste ? Rien n’a été dégradé, rien
    n’a été abimé, aucun personnel n’a été ne serait-ce menacé. En aucun cas la
    sécurité des biens et des personnes n’a été remise en cause.
    Cette évacuation ne témoigne que d’une seule chose : la volonté délibérée
    de refuser toute forme de dialogue. Alors que les étudiants font entendre
    leur opposition, la seule réponse constructive de Finance est la matraque !
    Après avoir faits des examens la carotte, il nous impose le bâton.

    Je devais, aujourd’hui vendredi me rendre au travail, dans un lycée où je
    travaille en tant qu’assistant d’éducation. Pour moi, c’est une journée de
    salaire en moins car à 6h30 en me réveillant j’étais dans l’incapacité de
    réaliser un mouvement avec mon bras droit, où j’ai reçu un coup de matraque.
    Après une consultation chez le médecin, c’est au titre de contusion au coude
    que j’ai un arrêt de travail.

    Je suis là, dans l’incompréhension la plus totale. Comment des présidents
    d’université qui viennent de voir leurs pouvoirs augmentés peuvent-ils
    réellement choisir la force, qu’est-ce que cela augure pour demain ?

    Je garderais de la journée du 23 avril un souvenir pourri et enfumé des
    pires relents de notre Histoire.

    Le Président Finance et la Ministre Valérie Pecresse sont responsables
    (entre autres) de ce conflit qui dure depuis trop longtemps. Ils ne peuvent
    qu’être coupables de l’enlisement du conflit et de la volonté de radicalité
    qui s’exprime malheureusement.

  3. ce qui serait bien aussi c’est de preciser que quand il est dit blocus reconduit par 450 personnes c’est en realité 230 personnes qui ont voté pour le blocus et 210 contre sachant qu’à la base il y avait à peu pret 600 personnes donc certains sont partit apres l’annonce au debut de l’AG qui disait que vous ne votriez pas pour le blocus et que les personnes voulant retourner en cours pouvait le faire… (sachant qu’il y avait en réalité 50 bloqueurs dans la fac les jours de blocus)
    apres les violence pour evacuer les personnes de la presidence de l’uhp ont tellement de version qu’on pourrait en ecrire un livre (j’ai meme entendu certain ex bloqueurs m’affirmer que la presidence etait de la fac de science et que tout cela c’etait passé a la fac de science)… donc qui croire??
    enfin un bloqueur m’a affirmé avec un grand sourrire que si le debloquage n’avait pas été forcé ils auraient debloqué avant alors que le veille il m’avait dit tres fier que la fac serait de toutes manieres bloquée pendant 3 semaines pour etre bloquée en meme temps que toutes les facultés en vacances en ce moment….
    donc que dire… accordez vos violon, arretez de lancer des rumeurs totalement fausses parce que les rumeurs peuvent aussi se retourner contre vous

  4. heum merci de bien lire les chose correctement, c’est l’AG qui a réuni 450 personne!

    Après en debut d’AG il n’a pas été dit que le vote sur le blocage n’allai pas etre voté, mais qu’il ne serai pas voté immédiatement comme sur la demande de l’EC! Il a aussi été dit que le vote ne serai lancer tant que personne le proposerais! Ce qui etait selon nous pas du tout une évidence malgrès ce qu’on peut pensé … Et pour les personne qui sont partit j’en connai pas mal qui sont en Bio et master qui ne sont pas rester, oui oui ce n’est que des gens qui ont voté contre qui sont partit, les bloqueur c’est bien connu ils mange jamais a midi ils ont meme pas faim!

    Après on etait 50 a bloquer … Mouais, rien que la nuit de mercredi a jeudi nous étions plus de 50 a DORMIR a la fac, 11 au premier cycle et a peu pres 40 au second ! Il faut savoir que tenir la fac est chose difficile et que nous nous relayons tout le temp alors si tu préfère on peu dire qu’en réalité on etait 4 a etre présent en permanence ! Pasque malgrès tout c’est tres fatigent.

    Ensuite je sais pas sur quel « bloqueur » tu est tombé mais ce serai bien de ne pas parler a nimporte qui ! Je t’invite a venir discuté avec des gens au courent des choses, la présidence n’est pas a la fac de science mais a la fac de pharma, merci j’y etait, et oui c’etait violent! Le simple fait de prendre un sac etait pour les CRS une raison de frappé !

    Ensuite le bloquage de 3 semaine est un gros debat au seins meme des bloqueur, personnelement j’ai pas envie de louper mon année! Et je croi bien que la majoriter est d’accords avec moi au seins des bloqueur, mais une intervention de CRS a changé la donne …

  5. salut je suis tout à fait d’accord avec « cécile » ce qu’il est ecrit sur ce site est très ambigu et c’est bien de remettre les choses au clair. si vous vouliez que ça soit clair vous auriez mit les chiffres exact et ça n’a pas été fait.
    en plus sa remarque sur le lieu de la présidence était je pense pour prouver que certaines personnes ne savent pas de quoi elles parlent alors elles ne devraient pas parler parce que je crois bien qu’elle sait où est la présidence.
    par contre je suis d’accord que les policiers n’auraient pas du vous insulté et vous « taper » dessus, mais je ne pense pas que ça soit J.P. Finance qui leur ai demandé de le faire, je pense surtout que cela reflète l’opinion que beaucoup de gens ont de ce genre de manifestations et je ne vois pas pourquoi ce devrait être les étudiants de la faculté des sciences qui devraient pâtir de ce que les CRS vous ont fait.
    au final j’ai aussi l’impression que ce combat n’est plus dirigé contre les réformes mais contre le président de l’UHP et cela ne revient plus du tout au même, il est vrai qu’il aurait du venir discuter des problèmes avec les étudiants plus tôt mais qui sommes nous pour juger. Il fait des erreurs comme beaucoup de personnes et vous redirigez votre colère vers lui alors que ce n’est pas lui qui a décidé des réformes même si il n’a pas réagit dessus.
    Je suis comme vous mécontente de beaucoup de points sur ces réformes mais je pense que ce n’est pas en nous faisant passer pour des « glandeurs en vacances 6 jours sur 7 » comme beaucoup de gens nous voient que nous allons régler ce problème.
    Oui il faut faire entendre notre voix mais dans la rue et non dans les bâtiments de l’UHP pour que chacun l’entende.

  6. C’est bien les CRS ont oublié les témoins présents et les films / Photos qui ont pris! Sachant que les policiers lors de la dernière manif nous traitaient de « connards » alors qu’on faisait rien d’autre que de chanter des slogans, il n’est vraiment pas étonnant de voir ce qu’à fait Mr Finances! Forcément quand on est un pro Sarkozy et qu’on a jamais eu sa présidence d’envahie pendant tout son mandat, la seule façon de ne pas perdre la face c’est d’utiliser la force. Et bien belle décision du numéro deux de la LRU! Bienvenue sous l’air Sarko!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :