Le scénario est-allemand

Un peu d’analyse. Face à un mouvement social d’une ampleur inédite depuis 1968, le gouvernement a montré hier l’étendue de son désarroi. Foin de manipulations médiatiques, de réponses dilatoires, de stratégies de contournement. Sarkozy en Belgique, Pécresse aux abonnés absents, restait Fillon pour assurer le service minimum, façon Madame la marquise. En d’autres termes, nos édiles n’ont plus de solution politique – et à peine un réflexe politicien. En l’absence de porte de sortie, rester droit dans ses bottes face à la gauche, aux fonctionnaires et aux intellos offre au moins l’assurance de conserver les voix des bataillons poujado-réac, coeur de cible de l’électorat UMP.
Comment réagir devant l’aveu de cette impuissance? Il peut être utile de rappeler le processus qui a mis fin, sans la moindre violence, à la dictature est-allemande. En 1989, le retrait d’Afghanistan de l’URSS, puis l’évolution politique de la Hongrie et de la Pologne produisent un changement de contexte géopolitique. En septembre commencent les « manifestations du lundi »: chaque semaine, les rassemblements populaires enflent inexorablement. En quelques mois, sous le regard des observateurs incrédules, le mur puis le pouvoir tombent comme un fruit blet.
Vingt ans après, la crise financière produit un autre changement de contexte idéologique, tout aussi brutal. Les fondements de l’action techno-politique, modèle OCDE, se dispersent comme sable sous les pieds des dirigeants. Les manifestations ne désemplissent pas. Le scénario qui attend un pouvoir autiste est déjà écrit. Nul besoin de radicalisation. Il suffit de retourner dans la rue.
André Gunthert
SLRU-EHESS

Publicités

Une Réponse

  1. En somme, il manque à ce pays dans lequel nous – le peuple – (sur)vivons un peu comme des clandestins virtuels, le souffle de l’esprit qui a pu animer la Guadeloupe et Madagascar. La Guadeloupe, parce que nous avons ici même, en France métropolitaine nos « Békés », qu’incarnent les spécialistes de la « profitation », qui se gavent du pouvoir d’Etat pour faire une politique au service d’intérêts particuliers et puissants, ou bien qui se gavent d’avantages notamment financiers et matériels, pour ceux qui font tourner l’économie à leur seul profit. Et Madagascar, parce qu’un posture qui repose sur l’imposture, se délégitime et se délite par ses propres actions et les mensonges qui creusent l’écart entre les exigences de cohésion nationale imputables à la politique et l’action publique censée les mettre en œuvre. Cependant, à trop tronçonner catégoriellement l’expression des revendications qui mettent en scène les malaises économiques et sociaux actuels, on ne se donne pas les moyens de les voir comme la manifestation d’une politique gangrenée par une même idéologie, et on ne se donne pas non plus les moyens d’établir des convergences éclairantes entre les situations des uns et des autres qui en subissent les effets. Ce n’est pas d’une énième réunion des représentants de l’Etat et des partenaires sociaux dont on a le plus besoin, mais bien plutôt d’états généraux de la société (le nouveau « Tiers-Etat ») pour penser collectivement et démocratiquement les conditions et modalités de cap d’un changement de cap qui puisse n’oublier personne au bord de la route. Mais là, il n’est pas certain que les citoyens ne se montrent pas aussi frileux au changement massif de leurs manières de vivre et d’être en société que le sont les occupants des postes de pouvoir au niveau de l’Etat, incapables de réformer leur manière de voir et de faire pour l’ajuster aux impératifs de la situation nouvellement créée par les excès de leurs amis de la finance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :