Lettre ouverte à Madame Pécresse, lors de l’occupation de l’ENA du 16 mars 2009.

Lettre ouverte à Madame Pécresse, lors de l’occupation de l’ENA du 16 mars 2009.

Madame Pécresse,

Nous aussi pourrons dire que nous avons fréquenté l’Ecole Nationale d’Administration, ses fauteuils bleus en velours aux couleurs de l’Europe, son grand écran, et ses caméras, son jus d’orange de marque, son architecture monumentale et raffinée, son wi-fi. Cette école sert à former tous les cadres des partis politiques, des ministères et différentes administrations. Elle contribue à renforcer la noblesse d’état et ceux pour lesquels elle travaille. De même elle organise la reproduction de la classe dominante aux frais du contribuable. Vous et Bruno Julliard, ex-président de l’UNEF, aviez prévu ce lundi 16 mars à l’ENA une conférence intitulée « A quand une université efficace ? ». Malheureusement, vous n’étiez pas au rendez-vous à ce débat, prévu sans universitaires, est-ce bien légitime ? Où avez-vous fui ? Nous attribuons votre absence au fait que les syndicats qui se chargent de négocier en notre nom oublient ici et là nos revendications.

Les réformes actuelles de l’université, notamment la LRU, qui s’inscrivent dans les processus de Bologne et Lisbonne, détruisent radicalement l’université depuis quelques années. Nous sommes solidaires des luttes à l’étranger des étudiants, chômeurs, sans-papiers et travailleurs de tous les pays. Le chemin de ces réformes est de nous imposer la compétition, l’endettement à vie, la marchandisation, la sélection des savoirs, des compétences et des enseignements soi-disant rentables, choisis par les entreprises, tout cela étant incompatible avec la production et la diffusion du savoir Plus de la moitié des étudiants travaillent pour financer leurs études : nous ne voulons plus être de la chair à patron. Nous refusons le diktat de l’efficacité et de la rentabilité. Nous dénonçons les inégalités profondes qui structurent l’enseignement supérieur français : la disproportion des moyens investis dans les grandes écoles et les universités est inacceptable. Nous revendiquons la liberté de nous former de manière non-professionnelle, de nous former gratuitement et librement.

NON ! L’université ne sera pas « efficace » puisque vous entendez rentable économiquement. Pour cette raison nous exigeons l’abrogation de la LRU. ENSEMBLE enseignant-e-s, étudiant-e-s, chercheurs-euses, sans-papiers, invisibles, nous occupons temporairement et utilisons l’ENA pour contrer la politique désastreuse du gouvernement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :