MOTION du CENS (EA 3260), le 26 février 2009.

MOTION du CENS (EA 3260), le 26 février 2009.
Nous, membres du Cens (Centre nantais de sociologie) enseignants-chercheurs, doctorants, ingénieur et personnel administratif, réunis en conseil de laboratoire le 26 février 2009,
– constatons l’aggravation et l’accélération du processus de destruction du système de recherche et d’enseignement supérieur public par le gouvernement actuel (découpage du CNRS en agences de répartition de financements, pilotage managérial et politique de la recherche via l’ANR et l’AERES, “masterisation” des formations, modification du statut des enseignants-chercheurs dépréciant l’enseignement et accroissant leur charge de cours, mise en place du contrat doctoral augmentant la
précarisation des doctorants, etc.),
– exprimons notre indignation face à l’agressivité et le mépris affichés vis-à-vis de la communauté scientifique par le Président de la République dans son discours diffamatoire du 22 janvier fondé sur de multiples contrevérités.
Tenons à réaffirmer notre attachement :
au principe d’un service public de l’enseignement et de la recherche
à l’indépendance académique et, plus généralement, à celle des métiers du savoir
au modèle de l’évaluation scientifique qualitative par les pairs
à la solidarité de la communauté universitaire (EC, chercheurs, BIATOSS, ITA, personnels précaires, étudiants).
Les membres du CENS soutiennent activement le mouvement de lutte de l’ensemble des personnels de l’université de Nantes et demandent solidairement :
– la reconnaissance du rôle central du CNRS en tant qu’opérateur de recherche dans l’ensemble des champs disciplinaires
– le rétablissement de tous les postes supprimés à l’Université et au CNRS et la relance de l’emploi scientifique sous forme de postes permanents pour toutes les catégories de personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche
– le retrait du projet de “masterisation” des concours de recrutement du secondaire
– le retrait du projet de décret sur le statut des universitaires
– la prédominance du modèle de l’évaluation scientifique par des pairs élus, sur le double principe intangible de l’indépendance académique et de la compétence scientifique.
– le retrait du projet de contrat doctoral
– la mise en place des conditions d’une réflexion concertée sur le devenir de l’enseignement supérieur et de la recherche rejoignant les revendications exprimées par les motions de la Coordination nationale des
universités et par le C3N.
En conséquence, ils déclarent le CENS « laboratoire en lutte » pour la recherche et l’enseignement supérieur.
Les membres du CENS refusent désormais, chacun à la mesure de ses moyens et de ses responsabilités, de contribuer à la destruction de l’actuel système de recherche et d’enseignement. Les personnels concernés s’engagent en particulier à un moratoire des expertises à l’ANR et à l’AERES conformément aux recommandations du C3N, à arrêter ses activités d’échanges scientifiques (séminaires…), à organiser des débats et des discussions avec tous ceux, étudiants, enseignants, chercheurs et
personnels de l’université, qui seraient intéressés, sur des questions en jeu dans le mouvement de protestation.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :