Bac pro en trois ans: une intersyndicale redemande la « suspension immédiate » de la réforme

Bac pro en trois ans: une intersyndicale redemande la « suspension immédiate » de la réforme
Une intersyndicale de l’enseignement professionnel (CGT, FO, Snuep-FSU, Sud-Éducation, Snep-FSU, Snalc-CSEN, Snetap-FSU, Sud Rural) publie une « lettre ouverte à Xavier Darcos » jeudi 19 février 2009, afin de lui demander la « suspension immédiate » de la réforme de la voie professionnelle. « Nous vous demandons de renoncer aux suppressions de postes et de sections de BEP. Nous vous demandons de retirer les décrets et arrêtés sur le bac pro 3 ans qui viennent d’être publiés et qui avaient été rejetés au CSE (L’AEF n°106559) afin d’ouvrir de véritables négociations. L’enseignement professionnel mérite mieux », écrit l’intersyndicale.
Ces huit organisations syndicales avaient déjà fait la même demande le 9 janvier dernier (L’AEF n°107355). Le ministère avait répondu que « les textes ont fait l’objet d’une année complète de discussion avec le syndicat majoritaire de l’enseignement professionnel, le Snetaa-EIL, ainsi que le Sgen-CFDT et les deux syndicats représentant la quasi totalité des chefs d’établissement: le SNPDEN-Unsa et ID-Faen » (L’AEF n°97606).
« SUPPRESSION MASSIVE DE POSTES »
L’intersyndicale estime que « la suppression massive de postes dans les établissements pour la rentrée 2009 est confirmée », évoquant par exemple le cas des académies de Strasbourg où « 48 postes seraient supprimés dans les LP et les EREA », Rouen, 67 postes, ou Créteil, 170 postes… « Dans l’académie de Rennes, 32 fermetures sèches de sections de BEP sont annoncées tandis que 75 sections de BEP sont transformées en bac pro. À Limoges le rectorat prévoit une diminution des capacités d’accueil de 18% dans les LP. Des postes supprimés devraient être remplacés par des heures supplémentaires. »
L’intersyndicale ajoute que cette réforme « se fait dans la précipitation, une grande confusion, beaucoup d’incohérence et d’iniquité entre élèves ». « Rien n’est prêt pour permettre aux parents et aux élèves de choisir correctement leur orientation: CAP ou baccalauréat, qui va choisir et comment? ».
Demandant à être reçue par le ministre de l’Éducation nationale, l’intersyndicale indique que « nos collègues sont légitimement inquiets pour leur avenir et celui de l’enseignement professionnel », que « la colère monte dans les établissements » et que « les assemblées générales dans les établissements, les délégations et rassemblements dans les rectorats, les grèves se multiplient ». « En refusant jusqu’à présent tout dialogue avec nos organisations et toute négociation vous prenez la lourde responsabilité de provoquer une logique de conflit », conclut-elle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :