Emission Radio Campus

Ce petit mot pour vous informer d’une émission d’une heure, sur le principe de la table ronde, qui réunira M. Fasquelle, J. Lemay (ortho ?) de Paris 1 favorable à la réforme Pécresse, un membre de la coord. étudiante et un membre de la coord. des universités à Jussieu à partir de 9 heures.
L’émission est publique et … laisse la parole au public pour poser des questions … avis aux amateurs disponibles.
Si le coeur vous en dit, RV à  l’amphithéâtre 9 E situé au 1er étage du bâtiment Halle aux farines situé Quai Panhard et Levassor, tout près du pont de Tolbiac et de la BNF.

Publicités

Bac pro en trois ans: une intersyndicale redemande la « suspension immédiate » de la réforme

Bac pro en trois ans: une intersyndicale redemande la « suspension immédiate » de la réforme
Une intersyndicale de l’enseignement professionnel (CGT, FO, Snuep-FSU, Sud-Éducation, Snep-FSU, Snalc-CSEN, Snetap-FSU, Sud Rural) publie une « lettre ouverte à Xavier Darcos » jeudi 19 février 2009, afin de lui demander la « suspension immédiate » de la réforme de la voie professionnelle. « Nous vous demandons de renoncer aux suppressions de postes et de sections de BEP. Nous vous demandons de retirer les décrets et arrêtés sur le bac pro 3 ans qui viennent d’être publiés et qui avaient été rejetés au CSE (L’AEF n°106559) afin d’ouvrir de véritables négociations. L’enseignement professionnel mérite mieux », écrit l’intersyndicale.
Ces huit organisations syndicales avaient déjà fait la même demande le 9 janvier dernier (L’AEF n°107355). Le ministère avait répondu que « les textes ont fait l’objet d’une année complète de discussion avec le syndicat majoritaire de l’enseignement professionnel, le Snetaa-EIL, ainsi que le Sgen-CFDT et les deux syndicats représentant la quasi totalité des chefs d’établissement: le SNPDEN-Unsa et ID-Faen » (L’AEF n°97606).
« SUPPRESSION MASSIVE DE POSTES »
L’intersyndicale estime que « la suppression massive de postes dans les établissements pour la rentrée 2009 est confirmée », évoquant par exemple le cas des académies de Strasbourg où « 48 postes seraient supprimés dans les LP et les EREA », Rouen, 67 postes, ou Créteil, 170 postes… « Dans l’académie de Rennes, 32 fermetures sèches de sections de BEP sont annoncées tandis que 75 sections de BEP sont transformées en bac pro. À Limoges le rectorat prévoit une diminution des capacités d’accueil de 18% dans les LP. Des postes supprimés devraient être remplacés par des heures supplémentaires. »
L’intersyndicale ajoute que cette réforme « se fait dans la précipitation, une grande confusion, beaucoup d’incohérence et d’iniquité entre élèves ». « Rien n’est prêt pour permettre aux parents et aux élèves de choisir correctement leur orientation: CAP ou baccalauréat, qui va choisir et comment? ».
Demandant à être reçue par le ministre de l’Éducation nationale, l’intersyndicale indique que « nos collègues sont légitimement inquiets pour leur avenir et celui de l’enseignement professionnel », que « la colère monte dans les établissements » et que « les assemblées générales dans les établissements, les délégations et rassemblements dans les rectorats, les grèves se multiplient ». « En refusant jusqu’à présent tout dialogue avec nos organisations et toute négociation vous prenez la lourde responsabilité de provoquer une logique de conflit », conclut-elle.

AG fac de droit Montpellier.

MOTION VOTEE LE 23 FEVRIER 2009 PAR L’ASSEMBLEE GENERALE DES ENSEIGNANTS-CHERCHEURS DE LA FACULTE DE DROIT DE MONTPELLIER (UNIVERSITE MONTPELLIER I)

AVEC SIX ABSTENTIONS

L’Assemblée générale des enseignants-chercheurs de la Faculté de Droit de Montpellier réunie ce jour, 23 février 2009 :

1 – demande l’annonce solennelle et sans ambiguïté du retrait pur et simple du projet de décret relatif au statut des enseignants-chercheurs ;

2 – demande que, sur la base de l’article 51 de la Loi LRU, des aménagements garantissant l’indépendance des enseignants-chercheurs soient apportés ;

3 – soutient le mouvement de mobilisation actuel ;

4 – considère :

– que la procédure de médiation décidée par le Ministre n’est adaptée, ni par son rythme, ni par son contenu, à la situation présente ;

– qu’il est urgent et nécessaire, une fois le projet de décret retiré, que soit pris, après concertation et négociation avec l’ensemble de la communauté universitaire, une série de dispositions relatives au statut des enseignants-chercheurs et au Conseil national des Universités, dans le respect du principe constitutionnel d’indépendance des universitaires ;

– délègue le Doyen de la Faculté de Droit de Montpellier, ou son représentant auprès du Collectif pour la Défense de l’Université afin d’associer la Faculté au mouvement national de protestation universitaire.

Prise de la Bastille … à Grenoble

Les étudiants des Sciences-Humaines de Grenoble sont toujours aussi actifs, et imaginatifs dans le mouvement! Ce mercredi 25, un cours alternatif est organisé au centre-ville, place aux Herbes à 14H30.
Aux alentours de 15H30, une actions très symbolique est organisée: la Prise de la Bastille. Nous possédons à Grenoble notre bastille, et des délégations d’étudiants, EC vont y monter pour y « délivrer l’éducation », et la libérer des « chaines du mépris et de l’ignorance! » Plusieurs actions émailleront notre prise de la Bastille, comme le déploiement d’un grand drap, ou le fait de « décapiter » la LRU, la masterisation…
L’aspect historique et symbolique est grand dans le sens, où l’on recrée une action du peuple contre l’arbitraire de l’Etat. Nous nous y retrouvons aujourd’hui dans les méthodes gouvernementales (absence de concertation, mépris, aucune écoute)…

POURSUIVRE et AMPLIFIER la MOBILISATION pour GAGNER ! (intersyndicale)

POURSUIVRE et AMPLIFIER la MOBILISATION pour GAGNER !

Dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche, où les textes et dispositifs contestés ont engendré une crise sans précédent, l’impact de nos revendications portées, depuis de plusieurs semaines, par la grève et les puissantes manifestations des 5, 10 et 19 février, est indéniable.
Dans la confusion d’interventions contradictoires et alors que la mobilisation s’étend aux laboratoires le gouvernement se refuse à officialiser le retrait du projet de  décret statutaire, comme des dispositifs de  formation et de recrutement des enseignants, à annuler les suppressions d’emplois et à stopper le démantèlement des organismes de recherche.
Les organisations signataires, en convergence avec la coordination nationale des universités, appellent à poursuivre et amplifier la mobilisation, à étendre la grève, pour assurer le succès de nos indissociables revendications. Elles continuent de demander :
* le retrait du projet de décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs ;
* le retrait de la réforme actuelle  « Darcos-Pécresse » de la formation et du recrutement des enseignants du 1er et  2nd degrés ;
* la restitution des 1030 postes supprimés au budget 2009, la mise en œuvre d’un plan pluriannuel d’emplois statutaires dans les universités et les organismes, la résorption de la  précarité, une politique ambitieuse pour la vie étudiante ;
* l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche et des UMR.

Sur tous ces points, les organisations signataires veulent de vraies négociations pour une tout autre politique.
Les organisations, en convergence avec la coordination nationale des universités, appellent à maintenir la pression sur le gouvernement et à soutenir les actions (AG, grèves, rassemblements, manifestations…) dans les universités, dans toutes les villes et en régions cette semaine, notamment jeudi 26 février prochain. Elles appellent à faire un succès de la réunion nationale des délégués de laboratoires le 12 mars.
Elles appellent à tout mettre en œuvre pour faire de la journée nationale de manifestations du 5 mars un nouveau point d’appui pour nos revendications.

Signatures :

SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, CGT-SNTRS, FERC Sup CGT, CGT-INRA, FO-SNPRES, UNSA-SNPTES, SGEN-CFDT Recherche EPST, SUD Education, SUD Recherche EPST,  SLR, SLU, UNEF

A Paris, jeudi 26 février sera organisé le « Non enterrement de l’enseignement supérieur et de la recherche » devant le Panthéon à partir de 15h. Le cortège funéraire partira de Port Royal à 14 h 30 pour emprunter le boulevard Saint-Michel et la rue Soufflot.

Le SNESUP a reçu ce matin une invitation de la Ministre …

Le SNESUP a reçu ce matin une invitation de la Ministre à une réunion vendredi 27 février.
Vous trouverez ci-dessous le texte de ce courrier et la réponse faite ce jour par le SNESUP.
L’INVITATION DE LA MINISTRE :
Madame la Secrétaire Générale, Monsieur le Secrétaire Général,
J’ai le plaisir de vous confirmer l’invitation de Madame la Ministre pour une réunion des organisations syndicales représentatives siégeant au comité technique paritaire des personnels de statut universitaire (CTPU), destinée principalement à présenter les orientations du travail mené par la médiatrice, Madame Bazy-Malaurie, dans l’objectif d’arrêter de concert les principes devant conduire à la rédaction du nouveau texte du projet de décret relatif au statut des enseignants-chercheurs.
Bien entendu, la discussion pourra porter également sur tous les sujets d’intérêt commun que vous souhaiterez aborder dans le cadre de cette rencontre. Cette réunion se tiendra le vendredi 27 février à 10 h en salle Hubert Curien, 21 rue Descartes 75005 Paris. Je vous remercie de bien vouloir confirmer la représentation de votre organisation auprès de moi-même ou de
mon secrétariat (secretariat.marchand@recherche.gouv.fr).
Dans cette attente, je vous prie de croire, Madame la Secrétaire Générale, Monsieur le Secrétaire Général, à
l’expression de ma considération distinguée.
Dominique Marchand, Cabinet de la Ministre
LA REPONSE DU SNESUP
Madame la Ministre,
En réponse à l’invitation transmise par D. Marchand pour une réunion le vendredi 27 février 2009 à 10 heures,
voici notre réaction :
Le SNESUP s’étonne que devant l’ampleur de la crise qui touche le monde universitaire et l’intensité de la mobilisation qui en résulte depuis plusieurs semaines sur tout le territoire national, vous proposiez une simple réunion technique, qui peut passer pour la répétition du CTPU. La contradiction subsiste entre les propos publics que vous tenez et les revendications exprimées par la mobilisation et par le SNESUP.
Notre organisation vous rappelle avec force que l’attente préalable des collègues est l’annonce explicite du retrait des projets que vous avez rendus publics. Le mouvement de protestation a mis en avant quatre sujets au coeur du débat :
– le retrait du projet de décret statutaire concernant les enseignants-chercheurs ;
– le retrait du projet actuel de mastérisation de la formation des enseignants et de leur recrutement ;
– le rétablissement des emplois supprimés au budget 2009, un plan pluriannuel de création d’emplois statutaires et la révision de la politique d’allocation des moyens ;
– le maintien du rôle des organismes de recherche et l’abandon du nouveau projet de contrat doctoral.
C’est bien sur l’ensemble du dossier que doit porter une réunion qui permettrait de sortir de la crise que votre politique a provoquée et qui associerait toutes les organisations syndicales et les collectifs investis dans le mouvement. Cette sortie de crise suppose qu’une telle réunion se déroule hors des bases pré-contraintes que vous dessinez pour l’heure, à savoir la simple réécriture du décret statutaire par la médiatrice, sans en revoir les principes. Dans ce cadre nouveau, le SNESUP pourrait prendre toute sa place dans les négociations.
Recevez, Madame la Ministre, l’expression de notre considération.
Jean Fabbri, Secrétaire Général
Syndicat National de l’Enseignement Supérieur – FSU
78, rue du Faubourg Saint-Denis – 75010 – PARIS
Tél. : 01. 44. 79. 96. 21. – 06.59.12.69.81. – Fax : 01. 42. 46. 26. 56.

Actu et programme : Montpellier.

Les vacances sont terminées et nous ont donné de idées pour la suite du mouvement. Je vous transmets le compte-rendu de l’AG de l’UFR 1 (Lettres et Arts) qui s’est tenue lundi 23 février à 14h, et toutes les actions qui ont été décidées :

– La grève a été reconduite, et un prochain vote personnel, étudiants et enseignants devrait se tenir Jeudi 26 Février à 12h15, après une AG des personnels, à 10 h 15.
– Mardi 24, à 10h, Amphi A a lieu une AG étudiante
– Mardi 24 février, 13h, place de la Comédie, à côté de la fontaine des Trois Grâces (pour ceux qui connaissent Montpellier): lecture des Fatrasies, textes médiévaux sur l’absurde. Comme la manifestation coïncide avec le Mardi Gras, déguisement et maquillage sont les bienvenus. La semaine prochaine seront lu des Sotties, sur le même principe. Distribution de tracts.
-Mercredi 25 février à 14 heures: Cours de Littérature française sur les marches de l’Opéra, consacré aux valeurs des Lumières. Le cours sera suivi d’une vente aux enchères des professeurs. Distribution de tracts.
– Jeudi 26 février, 14 heures: manifestation, parcours à confirmer.
– La prochaine AG de l’UFR 1 se tiendra Vendredi 27 à 10h devant le parvis des amphis D, E et F

Pour les jours à venir:
– Un cour de cinéma est organisé au musée Fabre, qui prêtera les lieux, Mardi 10 Mars, l’après-midi. Lieu de rendez-vous à confirmer.
– Un cour de Littérature est organisé par des professeurs de littérature française et des professeurs d’Espagnol sur la place de la Comédie, Jeudi 11 Mars. Thème: le Cid : De l’original espagnol au deux suites de 1537.
– Suite au succès de la lecture intégrale de la princesse de Clèves, ont été proposés des lectures de scénarios de ce texte désormais symbolique puisqu’il ne existe deux adaptations : La belle personne et La princesse de Clèves. Dates à venir.
– De même ces films seront sans doute projetés, mais nous n’avons pas de date étant donné les arrangements nécessaires de droits d’auteur.
– Suite à nos actions diverses, nous avons le soutien de la Mairie de Montpellier, qui accepte normalement de nous prêter la salle Rabelais pour des projections de courts métrages. Ils auront également lieu au Diagonal capitole. Les dates sont à venir.
– Les étudiants de philo sont en train de mettre en place des cafés philos et des Burger Quizz autour de la réforme, au café Joseph et au Dôme. dates à venir.
– Des tracts vont être distribués durant les manifs et les actions, dans les écoles maternelles et le secondaires afin de sensibiliser les parents.
– Très prochainement, vous verrez sans doute dans Montpellier ce qu’un habile jeune homme nous a proposé : remplacer les affiches publicitaires sur les panneaux par nos tracts agrandis ! De quoi nous faire lire partout !
Comme vous le constatez cela fait beaucoup de nouvelles, pour la simple et bonne raison que l’université veut rester mobilisée ! Nous vous donnerons le détail des dates à venir dans les prochains jours.
Bonne journée à tous.