Les mandatés de Toulon 16/02

TEXTE UNIVERSITE DE TOULON
Motion de l’Assemblée Générale de l’université du Sud Toulon Var
Devant les projets affichés par le gouvernement concernant l’enseignement supérieur et la recherche en France, l’Assemblée Générale des personnels et étudiants de l’Université du Sud Toulon Var, réunie le 16/02/09 adopte la position suivante.
Considérant :
Les conséquences de la LRU :
•La fin de la gestion collégiale de l’université, et plus généralement de l’enseignement supérieur et de la recherche au profit de la concentration des pouvoirs aux mains d’un petit nombre ;
• La disparition annoncée des universités de petite et moyenne taille, et leur transformation en lycée universitaire sonnant le glas de l’adossement de l’enseignement supérieur à la Recherche au niveau Licence, et allant à l’encontre des principes d’égalité des territoires de la République ;
• La mise en concurrence entre universités et à l’intérieur même d’un établissement (à travers notamment les critères SYMPA) ;
• La fin du caractère national des diplômes, menant à une inégalité de reconnaissance suivant le lieu d’obtention, mesure contestée par les acteurs économiques eux-mêmes, et inacceptable pour les étudiants ; la fin du cadrage national pour les IUT ;
•La perte de fléchage des moyens, touchant en premier lieu : les IUT et les IUFM : menacés de sous dotation eu égard aux objectifs professionnalisants de ces filières, et de leur disparition qui en résulterait à moyen terme ;
• une dérégulation des frais d’inscriptions instaure une sélection par l’argent,
•Remplacement des personnels (BIATOSS, enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs) par des embauches de contractuels de tous types (CAE, CDD,CDI …) et l’externalisation de certains services
• La remise en cause du statut des enseignants chercheurs , de leur modalité de recrutement, favorisant le clientélisme et affaiblissant la complémentarité entre enseignement et recherche ; La volonté affirmée et réaffirmée de réformer la Recherche dans le sens d’un pilotage autoritaire du pouvoir politique par
• Le démantèlement du Comité Scientifique et la transformation des organismes nationaux de recherche, garants d’une politique scientifique pérenne et indépendante en agence de moyens via un découpage en instituts ce qui équivaut à leur disparition ;
• Le transfert vers des agences gouvernementales, dont les membres sont nommés directement par le ministre :
– L’ANR pour le soutien financier, conduisant à un financement sélectif de la recherche (projets) et hypothéquant la diversité et la pérennité de la recherche française.
– L’AERES pour l’évaluation des laboratoires, réalisée sur des critères gestionnaires et soumise au pouvoir politique ;
• La volonté de considérer la Recherche à très court terme et d’un point de vue industriel, mettant en danger la Recherche en Sciences Humaines, la Recherche Scientifique fondamentale, etc ;
• Le contrat doctoral, qui institutionnalisera la précarité des étudiants, incompatible avec les conditions de travail nécessaires à la production d’un travail de recherche de qualité pour leur thèse ;
La transformation radicale de l’enseignement des premiers et second degrés par :
• la création d’une agence nationale de recrutement pour les remplacements ;
• la baisse du nombre de postes mis aux concours et la non-ouverture d’autres ;
• la réforme dite « de la mastérisation » qui abaisse le niveau de formation des enseignants, tant au niveau disciplinaire qu’au niveau professionnel et qui offrira à court terme à l’agence national de recrutement des milliers d’enseignants précaires et sous-payés ;
• la réforme des concours de recrutement ; La création d’un contrat doctoral unique :
·Renouvelable tous les ans par l’université, mais sans critères d’appréciation uniformes pour justifier de ce choix, porte ouverte au clientélisme.
· Incluant une modulation des services (tâches administratives ou prestations de service) totalement incompatible avec les objectifs de formation visés.
·Remettant en cause le principe d’inscription en thèse pour les étudiants salariés qui ne pourraient bénéficier de ce contrat.
L’Assemblée Générale des personnels et des étudiants de l’Université du Sud Toulon Var
appelle à la solidarité personnels, étudiants et citoyens dans la mobilisation et exige :
• Un moratoire de la loi LRU préalablement à toute discussion.
• L’ouverture de vraies négociations sur les réformes de l’Université et de la Recherche française, en s’appuyant notamment sur les propositions des États Généraux de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (2004), impliquant tous les acteurs concernés: enseignants-chercheurs, enseignants, chercheurs, personnels techniques et administratifs, étudiants, doctorants ;
• Le retrait par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche de la réforme sur la mastérisation et le retrait par le ministère de l’éducation nationale de la réforme des concours de recrutement
• Un effort financier significatif à la hauteur des enjeux et des besoins (3% du PIB, conformément aux accords de Lisbonne), le réengagement ferme et massif de l’État dans l’enseignement supérieur et la recherche, en tant que Service Public ;
• La restitution des 1030 postes supprimés au budget 2009 ;
• La création de postes statutaires dans l’enseignement supérieur et la recherche pour mettre fin à la précarisation de tous les personnels (et particulièrement, chez les BIATOSS, des personnels de catégorie C) et résorber le sous-encadrement chronique des universités dans le cadre d’un plan pluriannuel d’emplois statutaires dans les universités et les organismes
de recherche;
• Le respect des personnels du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.
• Retour du cadrage national des diplômes et reconnaissance des diplômes nationaux dans les conventions collectives
• Pour la mise en place d’un véritable système d’aide sociale étudiant basé sur des critères sociaux
Modalité d’action :
*La démission des responsabilités administratives (filière, département, direction de laboratoire) peut être envisagé mais pas les démissions de fonction électives qui défendent généralement les personnels.
*Mandatement pour que la coordination mentionne CLAIREMENT que le mouvement est unitaire que le retrait d’un décret ne saurait remettre en cause la mobilisation actuelle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :