Exclu !! : Propositions de la Mission sur les enseignants chercheurs de Daniel Fasquelle

Propositions de la Mission pour réécrire le décret sur le statut des enseignants-chercheurs, conduite par Daniel FASQUELLE, Benoist APPARU et Claude GOASGUEN remises à Claire BAZY-MALAURIE, Médiatrice, le 18 février 2009

<Edit> Les propositions sont en ligne sur le site mis en place par le groupe parlementaire UMP : http://enseignants-chercheurs.fr/site/propositions.php </Edit>

Propositions de la mission animée par Daniel FASQUELLE, Benoist APPARU et Claude GOASGUEN
1. Principes généraux qui doivent conduire à la réécriture du décret :
1/ Comme la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie PÉCRESSE, le Groupe UMP de l’Assemblée nationale souhaite que le statut des enseignants-chercheurs soit actualisé et modernisé.
2/ Cette modernisation du statut des enseignants-chercheurs doit s’inscrire dans le cadre de l’autonomie des universités voulue par le législateur. Elle doit :
–          tenir compte des principes de liberté et d’indépendance des universitaires et d’organisation par discipline ;
–          combiner au mieux gestion nationale et gestion locale des carrières.
3/ Conformément à ce qu’ont exprimé le Président de la République et la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Groupe UMP demande à ce que de nouvelles pistes soient explorées au plus vite.
4/ Le Groupe UMP souhaite que la Médiatrice tienne le plus grand compte des propositions qu’il lui adresse et demande qu’elles inspirent la réécriture du décret.

2. Propositions du Groupe UMP pour la réécriture du décret :
1/ Evaluation
Comme le souhaite la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, il faut, à l’avenir, organiser l’évaluation pour chaque enseignant-chercheur, à intervalles réguliers, sur une durée significative de 4 ans. Cette évaluation ne pourra se faire qu’au plan national et dans le cadre de chaque discipline. Le groupe UMP souhaite que plusieurs précisions soient apportées à ce sujet :
–          il est indispensable de lier la mise en œuvre du décret en ce qui concerne l’évaluation des enseignants-chercheurs à l’entrée en vigueur du décret sur le nouveau CNU (Conseil national des universités) ; ce faisant, l’article 41 du décret qui prévoyait un régime transitoire, source de confusions, devrait être abandonné ;
–          l’évaluation des enseignants-chercheurs est le fait du CNU et non de l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur). Elle se fait dans le cadre des sections compétentes et selon des critères définis à l’avance par chaque section en prenant en compte l’ensemble des activités de l’enseignant-chercheur ;
–          l’évaluation de la recherche des universitaires  ne peut se faire de manière quantitative, seule une évaluation qualitative est acceptable ;
–          il sera tenu compte de l’évaluation individuelle pour l’attribution des primes de recherche ainsi que dans le cadre de l’élaboration des contrats d’établissement.

2/ Promotions
A côté des promotions locales, il est proposé de conserver une partie au moins des promotions au plan national selon un pourcentage à définir.
–          les promotions au plan local et au plan national devront être encadrées pour éviter les abus (règles à définir dans le projet de décret, par exemple, il sera utile de préciser l’intervention du conseil scientifique au plan local ainsi que l’intervention d’un rapporteur membre de la même discipline) ;
–          au plan national, les promotions seront ventilées équitablement entre les différentes disciplines. Ce même objectif devra être poursuivi au plan local.

3/ Modulation et organisation des services
Le décret définira un service national de référence afin d’assurer une cohérence indispensable au sein de l’université française et de garantir les droits des enseignants-chercheurs.
–          le service national de référence précise les heures d’enseignement (128h de cours magistraux soit 192h équivalent TD). Il sert de base au paiement des heures complémentaires.  Il comprend également, pour chaque enseignant-chercheur, un temps significatif réservé aux activités de recherche.
–          chaque enseignant ne peut se voir imposer plus que ce service de base :
o        s’il accepte des cours en plus, il doit être rémunéré pour ces cours ;
o        s’il mène des activités de recherche particulièrement soutenues, elles doivent être reconnues notamment par l’attribution d’une prime ;
o        s’il assure des responsabilités administratives particulières, elles doivent être rémunérées ou il faut en tenir compte dans le cadre des décharges de service. Afin d’éviter les abus, des règles nationales pourront préciser les charges administratives donnant lieu à des décharges.
–          ce faisant, la modulation entre les différentes activités de l’enseignant chercheur est conçue pour valoriser et organiser son travail et ses activités au sein de l’université. Elle doit permettre de prendre en compte l’ensemble des tâches qui lui sont confiées. Elle ne doit en aucun cas être considérée comme une sanction.
–          chaque enseignant-chercheur doit assurer en tout état de cause un minimum de cours (68h de cours magistraux soit 96h équivalent TD).
–          le service est élaboré à partir des voeux de l’enseignant-chercheur tout en tenant compte des besoins de l’université. Il est arrêté par le président de l’université après avis du conseil d’UFR ou du laboratoire dont l’enseignant-chercheur dépend.

Telle est la contribution que nous remettons à la Médiatrice, Claire BAZY-MALAURIE, avec le souci de réaffirmer à la fois les principes d’autonomie des universités et d’indépendance des enseignants chercheurs.

  • Daniel FASQUELLE, Député du Pas de Calais
  • Benoist APPARU, Député de la Marne
  • Claude GOASGUEN, Député de Paris
Publicités

Fraçois Fillon à propos des universités

« Université et recherche : notre défi républicain » Tribune du Premier Ministre à lire dans Libération (18 Février).

http://www.liberation.fr/societe/0101320335-universite-et-recherche-notre-defi-republicain

Etat des lieux : Mercredi 17 Février 20h

Etat des Lieux – Mercredi 17 Janvier 20h
Province :

  • Aix : Blocage de la remontée des maquettes IUFM + 1200 en AG à Aix le 2 février et nouvelle AG le 4 février. AG en Lettres le 10 février, 150-200 personnes, prochaine AG Jeudi 12 février.
  • Aix-Marseille I – St Jérôme : AG le 6 février, 400 personnes, blocage voté pour lundi 9 février (300 pour, 70 contre), prochaine AG mercredi 11 février, Plusieurs centaines, reconduction de la grève, blocage jeudi 19 février. AG étudiante Mardi 17 février, 300 personnes. Nouvelle AG Mercredi 18 février, vote à bulletin secret sur le blocage.
  • Aix-Marseille II – Luminy : AG le 6 février, 300 personnes, grève, des commissions ont été mises en place. AG Jeudi 12 février, 700-800 personnels, enseignants et étudiants, poursuite de la grève. Lundi 16 février, AG étudiante, 500 personnes, reconduction de la grève.
  • Aix-Marseille St Charles : AG le 10 février, 500 personnes. AG interuniversitaire Jeudi 12 février, 400 personnes. Lundi 16 février, AG étudiante, 500 personnes, reconduction de la grève. AG prévue Mercredi 18 février.
  • Aix IUT : AG le 10 février, grève revotée massivement, occupation le 10 février au soir.
  • Aix IEP : AG Mardi 10 février, 300-400 personnes, vote de la grève. AG des enseignants chercheurs le 20 février.
  • Amiens : Certains UFR en grève depuis 2 semaines. AG le 28 janvier à 500 vote de la greve pour le 29. rétention des notes, refus de remontée les maquettes dans plusieurs UFR. CA bloqué à 2 reprises. AG le 3 février, 300 personnnes, Grève jusqu’à l’AG du 12 février (unanimité moins une voix). Grève quasi générale Faculté Droit Sciences po depuis le 2 février. Grève votée en faculté d’éco le 3 février. AG Jeudi 12 février, 400 personnes.
  • Angers : AG le Mercredi 4 février, 1000 personnes. Vote de la grève sans blocage de Lettres et Sciences. Prochaine AG mardi 10 février. AG le 5 février en droit. Fac bloquée. AG Mardi 10 février, 500 personnes, pas plus en raison de la banalisation.
  • Arras/Artois : AG étudiants – enseignants chercheurs, 200 personnes. Grève le Mardi 10 février. Nouvelle AG le 9 février. Site universitaire bloqué depuis le 13 février. AG Mardi 17 février, 850 personnes (université de 4000 étudiants). Vacances. AG prévue le 3 mars.
  • Avignon : Blocage de la remontée des maquettes IUFM. L’AG des membres de la communauté universitaire de l’UAPV (Avignon et Pays du Vaucluse) réunie ce mardi 27 janvier 2009 s’est prononcée pour la grève illimitée à partir du 2 février. Deux AG par jour (personnels et étudiants). Reconduction de la grève illimitée et rétention des notes en UFR de Lettres et Langues. AG des personnels quotidienne le 5 février, 80 personnes. AG quotidienne étudiants et personnels du 5 février, 400 personnes. Vendredi 13 février, AG des étudiants et des personnels. Lundi 16 février, AG unitaire, 300 personnes, reconduction de la grève. Mardi 17 février, AG unitaire, 300 personnes, reconduction de la grève.
  • Bayonne : AG à 40 le 29 janvier. Sur l’IUT, Blocus reconductible tous les jours de l’ensemble de  l’IUT depuis le 29 janvier. . Nuit de l’IUT mercredi 4 février. Conférence de presse jeudi 5 février. Action HLM (Hors Les Murs): 5 février, jury du département GIM dans les locaux de la Mairie. Mardi 10 février, plusieurs cours en parallèlle devant la Mairie de Bayonne. Prochaine AG le Lundi 9 février. AG Mercredi 18 février et Lundi 2 mars au retour des vacances.
  • Besançon : A priori vont remonter les maquettes IUFM. Les enseignants-chercheurs de l’UFR SJEPG (sciences juridiques, économiques, politiques et de gestion) de l’université de Franche-Comté ont voté la grève des enseignements du 2 février au 5 février 2009. Une vingtaine d’enseignants chercheurs n’assurera pas ses cours. L’AG de l’université de Franche-Comté (environ 400 personnes enseignants, étudiants, chercheurs, personnel biatos) a voté la grève reconductible à partir du 2 février.
  • Bordeaux I :
  • Bordeaux II : Assemblée Générale des personnels, 90 personnes ; grève le 5 février.
  • Brest : IUFM vote la non remontée des maquettes à Brest. AG à 400-500 personnes, grève votée. Manifestations devant le CA. Occupations nocturnes.
  • IEP Bordeaux : Assemblée générale des personnels, 56 personnes ; grève. Assemblée Générale étudiante, 400 personnes (plus d’un tiers des étudiants de l’IEP). Prochaine Assemblée Générale le 9 février.
  • Bordeaux III : Mardi 27, AG à 1200. Le 2 février, 1500 personnes en AG, vote de la grève des étudiants, les profs sont déjà en grève, ils appellent à une manif jeudi et leur prochaine AG est mercredi. Comité de mobilisation inter UFR, plus mise en place de commissions. Mardi ils organisent une journée avec des animations et cours alternatifs. Assemblée Générale Mercredi 4 février. Jeudi 5 février, 1000 en Assemblée Générale profs, Biatoss, étudiants. Mise en place de grève de 59 minutes chez les personnels Biatoss. Comité de mobilisation reconduit. Nouvelle AG lundi 9 février. AG interfacs Jeudi 12 février, environ un millier de personnes (en majorité de Bordeaux III). AG des personnels Lundi 16 février, 100 personnes environ. Nouvelle AG des personnels le 2 mars.
  • Bordeaux IV : De nombreux grévistes hier dans les UFR de droit. Une AG à l’appel des étudiants s’est tenue le 29 janvier. Mercredi 4 février, Assemblée Générale Profs étudiants, 1200 personnes. Fermeture administrative le jeudi 5 février pour aller à la manif. Occupation d’un amphi. Nouvelle AG, mercredi 11 février à 12h30. AG des enseignants chercheurs le 16 février, suspension de la grève reconductible des enseignements pour ne pas trop pénaliser les étudiants.
  • Brest :
  • Caen : Blocage de la remontée des maquettes IUFM. Suspension des cours en STAPS, Géographie. Grève des enseignements en droit le Mardi 10 février. Rétention des notes dans la quasi-totalité des UFR de l’Université. Mercredi 4 février, 600 étudiants, enseignants chercheurs et personnels biatoss en AG. Vote des 3 motions de la coordination. Manifestation le Jeudi 5 février. Nouvelle AG commune le Lundi 9 février, 400-500 personnes.
  • Calais : Jeudi 12 février, AG unitaire, 100 personnes environ.
  • Chambéry : AG à 400 le 2, vote de la grève par UFR. Prochaine AG mercredi. Appel à une manif le 5. Le 3 février une AG a eu lieu sur chacun des deux sites de l’Université de Chambery qui ont réuni chacune 150 personnes. Un comité de mobilisation étudiant s’est monté (notament avec SUD et UNEF), avec une quarantaine d’étudiant et a appelé à une AG à 10h Jeudi sur chacun des sites puis à une manifestation à 14h30 le même jour.
  • Clermont : AG aujourd hui
  • Clermont II : AG mercredi 4 février, reconduction de la grève illimitée jusqu’à l’AG de Lundi 9 février. Vote en AG et au CA du Blocage de la remontée des maquettes. CA bloqué à deux reprises (Budget). Rétention des notes.
  • Corse : L’Ag des personnels de l’université de Corse a voté une semaine de grève dès le 2 février, grève qui pourra être reconductible si leurs revendications ne sont pas entendues.
  • Dijon : L’assemblée générale des enseignants, enseignants-chercheurs, personnels IATOS et étudiants de l’université de Bourgogne réunie ce jeudi 29 janvier 2009 a appelé à la grève du mardi 3 février au samedi 31 février inclus. Journée banalisée et AG le 3. Assemblée générale à 1000 le 3 février. Grève. AG étudiants enseignants et personnels, Jeudi 12 février, 600-700 personnes.
  • Grenoble : 750/800 en AG sur la fac de lettres, une AG sur un autre site a rassemblé 600 personnes dont la moitié de profs.
  • Grenoble I : 1200 personnes en AG le 5 février.
  • Lannion IUT : AG à 300 personnes, grève.
  • La Réunion : AG des enseignants chercheurs, le Lundi 9 février, 150 personnes, vote de la grève. AG Mardi 10 février, 600 personnes, grève illimitée.
  • La Rochelle : AG Enseignants, personnels et étudiants mardi 10 février, 250 personnes. Nouvelle AG Jeudi 12 février.
  • Le Havre : Le Congres de l’université (CA+ CS+ CEVU) a voté trois motions : contre la masterisation, contre le budget et la restitution des postes , contre le projet de décret. CA : refus de voter  le budget. CS :  Blocage de la remontée des maquettes. Le CA ne s’est pas réuni sur ce sujet. AGs  du 2 février : AG du personnel 70 personnes, AG de l’établissement 500 personnes (grève votée). Manifestation du 5 février : 400 personnes défilent dans la rue.
    CA extraordinaire ce soir 6 février , ordre du jour : suspension des cours de la semaine prochaine
  • Le Mans : 350/400 personnes en AG, vote de la grève des étudiants, les profs reconduisent la grève demain. Ils prévoient une manif demain et blocage du CA jeudi. Comité de mobilisation. Mercredi 4 février, Assemblée Générale des personnels et enseignants à laquelle étaient invités les étudiants, reconduction de la Grève. Mercredi 4 février, Assemblée Générale étudiante, 600 personnes, reconduction de la grève pour le 5 février et le 10 février. Nouvelle AG le 10 février. AG Mardi 10 février, 600 personnes. Manif l’après midi. Prochaine AG Jeudi 12 février. Les profs poussent pour le blocage, la discussion aura lieu à l’AG du 12 février.
  • Lille I : AG des personnels de Lille I Mardi 3 février à 14h. Grève totale et reconductible jusqu’au 6 février inclus (231 pour, 6 contre, 6 abstentions). Nouvelle AG vendredi 6 février à 10h. AG vendredi 6 février : reconduction de la grève, 230 pour, 1 contre. Manifestation Mardi 10 février. AG le 10 février, 200 personnes. AG Vendredi 13 février. AG unitaire Mardi 17 février, 400-500 personnes, reconduction de la grève jusqu’au 20 février inclus.
  • Lille II : AG Lundi 9 février, 150 étudiants. Mise en place d’un comité de mobilisation.
  • Lille III : 400 personnes en AG : proposition de se mettre en grève jeudi prochain, mais la proposition de faire un vote administratif sur la grève a été majoritaire, il aura lieu mercredi. Jeudi 5 février, AG de profs à 300. Grève des profs Mardi 10 février. AG étudiante Mardi 10 février. Vote administratif annulé par l’administration. AG Mardi 10 février, 250-300 personnes. AG Mercredi 11 février, 120 enseignants et étudiants. AG unitaire Mercredi 18 février.
    Limoges : Jeudi 5 février, AG personnels (Biatoss et enseignants chercheurs ou non ), environ 450 personnes présentes.
    Vendredi 6 février, Universités hors les murs, cours et conférences Place de la Motte à partir de 10h. La fac de Lettres et Sciences humaines, malgré le président de l’Université vice-président de la CPU, se positionne contre la remontée des maquettes et pour la rétention administrative des notes. Mercredi 11 février, AG étudiante, poursuite du blocage a été décidé (136 Pour, 42 Contre, 41 Abstentions, 13 NPPV). L’accès aux locaux n’est pas condamné mais seulement celui aux salles de cours. AG étudiante Mardi 17 février, le blocage des cours se poursuit dans l’UFR de lettres et de sciences humaines (153 Pour, 36 Contre, 48 Abstentions, 7 NPPV).
  • Lyon : 800 en AG à Bront, 300 à sciences po. Mercredi 4 février AG à 800 sur chacun des campus de Lyon II.
  • Lyon I – Claude Bernard : AG Jeudi 12 février, 600 personnes, vote de la grève étudiante. AG Mardi 17 février, 500 personnes, reconduction de la grève.
  • Lyon II – Lumière : Vacances.
  • Lyon III – Claude Bernard : Vacanes.
  • Lyon, ENS LSH: AG Lundi 2 février, plus de 100 participants, vote de la grève reconductible par les enseignants et les élèves, à l’unanimité des présents. Prochaine AG Lundi 9 février.
  • Lorient – Vannes : La grève a été votée pour l’UFR LLSHS pour le Jeudi 5 février.
  • Metz : Mardi 27 janvier, une AG se tenait sur le site de Lettres, 200 personnes (dont 100 profs), où l’ambiance était plutôt favorable à la mobilisation ; aucun département ou UFR n’a remonté ses maquettes, à part italien et histoire. Rien en Sciences (c’était les eléctions aux conseils d’UFR), mais pas mal de perspectives pour le 29 néanmoins. AG le 5 février, 600 personnes. Nouvelle AG Jeudi 12 février, 250-300 personnes.
  • Montpellier : IUFM mobilisé. Ils ont bloqué le CA.
  • Montpellier I : réunion d’information à l’UFR de Droit Jeudi 12 février, environ 60 étudiants. Nouvelle réunion le Mardi 24 février.
  • Montpellier II : AG prévue le 24 février.
  • Montpellier III : AG étudiants et personnels le mercredi 25 février.
  • Nancy I : AG de 200 personnes la semaine du 5 février, préparation de la manif du 5 février.
  • Nancy II : AG Jeudi 5 février, 800 personnes. Nouvelle AG le 9 février, beaucoup moins de monde en raison de l’heure prévue (11h). Montée à Paris pour la Manif du 10. Jeudi 12 février, AG enseignante, 50 personnes, AG étudiante, 250 personnes.
  • Nantes : Plus de 1000 étudiants en AG ce midi, plusieurs revendications votées : contre la masterisation des concours, contre la modification du statut des enseignants chercheurs, retrait de la LRU, contre la casse du SP d’éducation et de l’enseignement supérieur, solidarité avec les personnels des facs. 2 grandes idées : contre la casse du SP, et contre la précarité. Barrages filtrants demain matin, prochaine AG étudiante mercredi midi, prochaine AG personnels jeudi midi. Grève et blocus soumis au vote, mais très minoritaires. AG Mercredi 11 février, 2500 personnes, vote d’une plate forme de revendications comprenant l’abrogation de la LRU. Manif Jeudi 12 février.
  • Nice : AG sur le campus science (Valrose), grève administrative complète, appel à la grève. A priori il n’y a pas grand chose au niveau étudiant (peu en AG et pas d’information). La grève se limite aux personnels. L’AG de l’UFR de lettres le 3 février (2 AG en fait : une personnels et une commune) a reconduit la grève + grève administrative, non tenue des jury, non remonté des maquettes… Appel à la manifestation de jeudi, 14 place Masséna. Une AG va se tenir sur les IUT de Sophia Antipolis qui sorte de deux semaines de grève… et qui sont pret à repartir. Jeudi 5 février, 300-400 personnes en AG, manif vers le campus de sciences où se tenait le Cévu, cordons de CRS appelés par la présidence. AG commune de toute la fac vendredi 6 février. A priori Manif Mardi 10 février. AG étudiante mercredi 11 février, reconduction du blocus à l’unanimité jusqu’au 23 février. AG enseignante mercredi 11 février, 300 personnes. Vacances, AG prévue le 23 février.
  • Orléans : l’AG des personnels de l’université d’Orléans a voté un mot d’ordre de grève totale à partir du lundi 2 février : rétention des notes des partiels du 1er semestre (donc pas de délibérations de jurys), grève des fonctions administratives, grève des cours et de la recherche. AG à 300 Mardi 27 janvier. Mercredi 4 février, Assemblée Générale Enseignants, personnels Biatoss et étudiants, 1000 personnes (dont 800 étudiants). Toutes les composants sont touchées par la Grève. Manif Jeudi 5 février. Montée à Paris pour la Manif Mardi 10 février. AG des personnels mercredi 11 février, 120 personnes.
  • Pau : AG Mardi 10 février, 700 personnes, puis manif. AG mercredi 11 février, 600-700 personnes, vote du blocage intégral du campus (345 Pour, 242 Contre). AG étudiante Mardi 17 février, reconducion du blocage de l’UFR de lettres et de sciences humaines. 1231 votants (734 Pour, 446 Contre, 41 Abstentions).
  • Perpignan : Mardi 27, AG à 100. Nouvelle AG le 2 février. Mardi 2 février AG des personnels (114 présents), élaboration d’une pétition, support d’échanges et de mobilisation du personnel, envoi de délégations auprès des conseils centraux, nouvelle AG le 5 février à 14H suivie d’une manifestation, la demi journée a été banalisée par le président, les étudiants occupent un amphi en permanence. Un amphi est occupé par le comité de mobilisation.
  • Poitiers : Blocage de la remontée des maquettes IUFM. Mercredi 4 février, Assemblée Générale profs et étudiants, 1000 participants. Vote de l’occupation active de la fac. Manif mercredi soir (21h). Nouvelle AG et Manif jeudi 5 février. AG le 5 février, 2000 personnes. AG des personnels le vendredi 6 février. Jeudi 12 février, AG étudiante, 1700 personnes environ, reconduction de l’occupation totale sans cours (Entre 920 et 1000 Pour). AG étudiante Mardi 17 février, reconduction du principe « d’occupation totale sans cours » (1172 Pour, 170 Contre, 23 Abstentions, 20 NPPV).
  • Reims : reprise ce lundi, ils appellent à une AG demain. – Allemand : 2/3 ou 3/4 de grévistes ; rétention des notes. Anglais : 60% ; le département a voté la rétention des notes. Géographie : le dpt a voté rétention notes ; grève peu suivie. Histoire : le dept a voté la rétention des notes ; 2/3 grévistes (04/01/09). Langues romanes : 80% de grévistes. pas de rétention. Lettres Classiques : quasi 100% de grévistes. Lettres Modernes : 75% de grévistes ; jurys pas réunis. Musicologie : 100% des titulaires grévistes, pas de remontées des notes, pas de jurys tenus. Philosophie : au moins 50% grévistes; notes rendues, les jurys seront retardés. Psycho : sur 19 EC, 3 ATER et 2 moniteurs : 3 non grévistes, 1 solidaire non gréviste, 7 grévistes ponctuels, 3 grévistes : 50% ; les jurys vont se tenir mais ne remonteront ps les notes. Masters : toutes les notes n’ont pas été rendues, le jury a été réuni mais n’a pu se prononcer que sur GMI. Pressions sur ceux qui n’ont pas rendu leurs notes. UFR Eco-gestion : pas bcp de cours : 40 à à 50%. Les étudiants ont voté une grève de soutien depuis mardi 3 février.
  • Rennes I : l’AG des mathématiciens de Rennes I s’est prononcée pour la grève à partir du 2 février. L’UFR de philosophie de Rennes I, réunie en AG le 30 janvier, a décidé de se mettre en grève illimitée à compter du 2 Février. Blocage de la remontée des maquettes. Grève des Jurys. UFR ayant déclaré la grève en AG : IEP, INSA, Maths, Physiques, SVE, SCELVA, Philosophie. Vacances, AG Mardi 24 février.
  • Rennes II : AG à 800 la semaine dernière, Grève et barrages filtrants. Grève des personnels et profs reconduite en AG à 200 le 2 février. Environ 2000 étudiants en AG le 2 février. Reconduite de la grève. Manifs mardi (avec occupation) et jeudi (avec les IUT, lycées, etc.). Comité de lutte étudiants/personnels/lycéens. Tract commun facs/lycées. Réunion interprofessionnelle demain 18H (initiée par des syndicalistes de base à partir d’un appel lancé il y a un mois). Trois commissions lancées, interne, externe et action. Comité de lutte sur la base de participation libre (non élu). Perspective d’une plate-forme de revendications élargies (en plus du socle des revendications universitaires) permettant de s’adresser largement aux salariés et à la population. La prochaine AG qui se tient le 4 février décidera des modalités de la coordination nationale. Assemblée Générale Mercredi 4 février, 2500-3000 personnes. Reconduction de la grève. Report de la décision sur les modalités de la coordination nationale à la prochaine Assemblée Générale lundi 9 février. AG lundi 9 février, plus de 1000 étudiants, vote du blocage à la quasi unanimité. Le blocage se passe plutôt bien. Pas de tension particulière sur les piquets de grève. Vacances, AG le 23 février.
  • Rennes IEP : Mobilisés depuis lundi (réunion d’information des enseignants-chercheurs expliquant pourquoi ils décidaient de la gréve administrative avec rétention des notes et report des jurys) les étudiants ont fait une premiére ag mardi (300 étudiants) avec comme revendications abrogation de la LRU, décrets sur la recherche, loi masterisation et fin des atteintes aux libertés. Jeudi un cortége étudiants personnels de 150 personnes c’est joint à la manifestation, vendredi enfin une ag étudiante (à 150) a voté la gréve illimitée.
  • Rouen : L’assemblée générale des personnels de l’UFR des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Rouen, réunie le 30 janvier 2009, a voté la grève reconductible, totale et illimitée à partir du lundi 2 février. AG de Sciences et de STAPS de l’université de Rouen a voté la grève à partir de lundi 2 février en suivant l’appel de la coordination nationale. L’UFR de Sciences de l’université de Rouen se mettra en grève totale à partir du 2 février 2009. Mardi 3 février, une Assemblée générale étudiante a réuni 1000 personnes qui ont voté la grève à une très large majorité. Manif dans la foulée avec 500 étudiants et 100 enseignants. Côté enseignants, toujours 4 UFR en grève : STAPS, Sciences, Lettres et Droit ; 25% de grévistes en Psycho-Socio. Prochaine AG Jeudi 5 février à 11h. En Médecine, une AG est prévue le 19 février. AG le jeudi 12 février, 500-600 personnes. AG étudiante Lundi 16 février, 800 personnes, reconduction de la grève. Rassemblement « de la Maternelle à l’Université » lundi 16 février, environ 800 personnes. Nouvelle AG étudiante le 19 février dans l’UFR de Sciences puis dans l’UFR de Droit.
  • Saint Brieuc : Première mobilisation. Campus de 2000 étudiants. AG à 120 personnes.
  • Saint étienne : 600 en AG la semaine dernière, vote de la grève.
  • Strasbourg : L’Assemblée générale des enseignants de l’UFR des Sciences historiques de l’université de Strasbourg, réunie ce mardi 27 janvier à 12h. (40 personnes présentes, plusieurs excusées), en accord avec les motions votées le 22 janvier 2009 par la coordination nationale des universités, en accord avec l’« Appel de Strasbourg » et dans la continuité des résolutions adoptées le 20 janvier 2009 par l’Assemblée générale des personnels de l’Université de Strasbourg, réaffirme qu’il est nécessaire que le gouvernement retire : – le projet de nouveau décret sur le statut des enseignants-chercheurs – le projet de réforme des concours et de la formation (mastérisation) des enseignants. Grève. En plus de l’UFR de sciences historiques, la grève a été votée par l’UFR des Lettres, l’UFR des Langues, l’UFR des Arts, ainsi que par plusieurs départements notamment Maths-Informatique, LEA ; elle pourrait être votée incessamment sous peu en Droit et à l’IEP. Jeudi 5 février, Manif contre la venue de Pécresse à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle Université de Strasbourg, 1500-2000 manifestants. AG à 500 après la manif. Prochaine AG Lundi 9 février. Mercredi 11 février, AG unitaire, 1000 personnes. AG Mardi 17 février au campus Croix Rouge, 250 personnes, reconduction de la grève. AG Mardi 17 février au campus de Sciences, 150 personnes, reconduction de la grève.
  • Toulon : AG personnels étudiants le Mercredi 4 février, 400 personnes. Reconduction de la grève totale jusqu’au 9 février inclus et appel à une nouvelle AG le 9 février. Revendication première : Abrogation de la LRU. Jeudi 12 février, AG étudiante 450 personnes, reconduction de la grève. AG lundi 16 février, 450 personnes, grève totale et illimitée reconduite jusqu’au 19 février inclus.
  • Toulouse Arsenal :
  • Toulouse Le Mirail : Le 2 février, 1500 personnes à une réunion/débat appelée par la fac, leur vraie AG est demain, appel à une manifestation jeudi prochain avec les profs. Mise en place comité de lutte, une soixantaine de personnes participent. Le 3 février, AG de 1500 étudiants, reconduction de la grève à l’unanimité. Comité de lutte et 3 commissions ont été mis en place (externe, internet, action). Prochaine AG Mardi 10 à 12h30. AG le 10 à 600 personnes. Appel à une manif Jeudi 12 au Capitole. Nouvelle AG le Mardi 24.
  • Toulouse Rangueil : Le 3 février, AG de 500 étudiants et de 500 personnels. Mardi 10 février, AG à 350 personnes.
  • Toulouse, IEP : Mobilisé depuis longtemps et en grève, membre de la coordination nationale. Des AG communes entre l’IEP et la fac de droit se tiennent depuis la semaine dernière. La première (le 29 janvier) a rassemblé 160 étudiants. La seconde un peu moins de 300 étudiants. Ces chiffres sont faibles dans l’absolu mais sont importants au vu des rythmes de mobilisation sur l’UT1 (50 étudiants pour la première AG du CPE par exemple). L’AG s’est notamment prononcée pour le retrait de la LRU et de ses applications, l’augmentation des bourses en nombre et en valeur, contre la masterisation des IUFM etc. Sur l’IEP, beaucoup de profs sont mobilisés font grève les jours de manifs et ont organisé une réunion pour expliquer aux étudiants le décrêt. Le comité de lutte grossit petit à petit. La prochaine AG a lieu mercredi 11 février.
  • Toulouse INSA : Aprés une 1ère AG le 5 février (100pers.env.), l’ intersyndicale a été mandatée pour rencontrer la direction pour communiquer la motion adoptée en AG  et demander la banalisation de la journée  du 10 février   à partir de 10h.  Ce jour là  sera organisée  une nouvelle AG personnels + étudiants à 10 h  et  participation à la manif de Toulouse. AG Mercredi 11 février, 500 personnes, grève.
  • Tours : Mardi 27, AG à 400. Lundi 2 février, 1000 en AG, vote de la grève et occupation de nuit de la fac. Nouvelle AG le 3 février à 16h. Jeudi 5 février, AG enseignante, a voté à l’unanimité la grève reconductible jusqu’au 11 février au soir. AG mercredi 11 février, 500 personnes.

Région Parisienne

  • Paris 1 : Grève enseignante. Reprise des cours pour les étudiants ce lundi 9 février. AG le mardi 10 février. AG mardi 10 février, 1200 personnes, grève, gros cortège à la manif (plusieurs centaines de personnes). AG jeudi 12 février, 300 personnes, reconduction de la grève.
  • Paris 2 : La motion de la réunion des enseignants. 1/ d’apporter leur soutien au texte de la Motion adoptée le 6 janvier 2009 par le « Collectif pour la Défense de l’Université » qui rejette le projet de décret statutaire. 2/ de surseoir à la communication des notes des examens du premier semestre  et d’inviter tous les collègues de leur Université, non présents, à procéder de la même manière. 3/ d’être prêts à déclencher une grève si les revendications exprimées dans la Motion précitée du 6 janvier n’étaient pas prises en compte par le ministère – grève qui ne pourrait être adoptée que par une décision de l’Assemblée générale des universitaires de Paris II. 4/ de lancer, à partir d’aujourd’hui, une campagne d’information à l’adresse de tous les étudiants de leur Université, du premier au troisième cycle, afin qu’ils soient en mesure de mieux comprendre l’enjeu et la portée de la réforme projetée. + Motion au CA.
  • Paris 3 : L’assemblée générale des personnels de Paris 3, réunie le 26 janvier 2009 (environ 300 personnes présentes), appelle les personnels de Paris 3 à la grève. Les personnels, enseignants et biatos de l’U.F.R. de L.G.C de l’Université de Paris3-Sorbonne Nouvelle réunis en Assemblée générale. (17 présents ou représentés sur 23 membres de l’UFR), le mercredi 28 janvier 2008, expriment leur solidarité avec les revendications de l’Assemblée générale du personnel de Paris3 réunie le 26 janvier (le retrait du projet de réforme du statut des enseignants-chercheurs ; le retrait du projet de réforme de la formation des enseignants et des concours d’enseignement ; la suspension des suppressions de postes dans les universités ; abandon du projet de contrat doctoral ;ouverture d’une véritable concertation sur toutes les questions relatives à l’avenir de l’université.) et avec celles de la coordination nationale des Universités réunie le 22 janvier 2008 (retrait sans préalable du projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs et de la réforme de la formation et des concours de recrutement des enseignants du premier et du second degré l’université française se mettra en grève totale, reconductible et illimitée : le 2 février 2009 l’université s’arrête.) Ils rappellent en outre que leurs revendications sont convergentes avec les préoccupations de la communauté étudiante concernant leur condition d’études et de vie. Ils votent la grève des enseignements jusqu’à l’Assemblée générale de la coordination nationale des Universités du 2 février (et celle du personnel de l’Université de Paris 3, prévue le 3 février) et appellent à une grève illimitée des enseignements à compter du 2 février si les revendications de cette coordination n’étaient pas entendues. AG des étudiants vendredi 13 février. AG des personnels lundi 16 février.
  • Paris 4 : AG des profs a voté la grève. Reprise des étudiants le 9 février, demi-journée banalisée est prévue l’après midi du 9 février. AG lundi 9 février. Plusieurs AG le 9 février, au total 1000 personnes dans les différentes AG, grève. Nouvelle AG le Jeudi 12 février. AG profs, étudiants jeudi 12 février, 500-600 personnes, reconduction de la grève, mise en place d’un comité de mobilisation. AG Mardi 17 février, 200 étudiants.
  • Clignancourt : AG étudiante la semaine du 12 février, 100 personnes.
  • Malesherbes : AG étudiante la semaine du 12 février, 100 personnes. Mardi 17 février, AG étudiante, 200 personnes.
  • Paris 5 : L’assemblée générale de l’institut de psychologie de Paris 5, réunie aujourd’hui mardi 27 janvier, rassemblant des personnels (EC, C, et BIATOS) et des étudiants (environ 650 personnes) des UFR de Psychologie, Sciences Humaines et Sociales, et IUT, a voté : * Le soutien aux deux motions de la Coordination Nationale des Universités (contre : 3 ; abstention : 10) ; * La grève pour le jeudi 29 (unanimité) ; * La grève pour le lundi 2 février, avec convocation d’une assemblée générale ce jour à 10H45 et l’organisation d’une manifestation l’après-midi. (contre : 8 ; abstentions : 42). 600 en AG ce lundi profs et étudiants. AG étudiante Jeudi 12 février, 250-300 personnes.
  • Paris 6 : 400 à Paris 6 dont 3/4 de profs, vote de l’abrogation de la LRU, AG étudiante jeudi avec barrages filtrants, appel à une manif jeudi. Mercredi 4 février, AG enseignante, 150 personnes. AG Mardi 10 février, 200 personnes. Départ pour la manif à 800 personnes de Jussieu. Comité de mobilisation s’est tenu mardi 10 février au soir, 28 personnes. Jeudi 12 février, AG enseignants 350 personnes, AG étudiante 200-250 étudiants. AG Lundi 16 février, 250 personnes.
  • Paris 7AG lundi 26 janvier : 350 personnes. 200/250 en AG à Paris 7 le 2 février, vote de la grève, les profs de 8 UFR sont en grève. Comité de mobilisation existe avec une cinquantaine d’étudiants impliqués. Le site de Charles 5 a revoté la grève. Assemblée Générale étudiante Jeudi 5 février. Mardi 17 février, AG enseignants et étudiants, 250 personnes.
  • Paris 8 : Le département de science politique de l’Université Paris 8 décide, jusqu’au retrait total, sans préalable, de ces deux projets : de suspendre la saisie administrative des notes du premier semestre (qui seront néanmoins transmises aux étudiant-e-s) ; de se mettre en grève totale, reconductible et illimitée à compter du 9 février et donc de ne pas assurer la reprise des cours du second semestre. L’UFR « Histoire, Littérature(s), Sociologie, Genre » de Paris 8 a adopté la motion de la coordination des universités du 22 janvier et a décidé à l’unanimité des 87 personnes présentes de se mettre « en grève totale, reconductible et illimitée à partir du 2 février : l’Université s’arrête. » Grève étudiante à partir du 9 février. Rentrée étudiante le 9 février, AG à 800 personnes, vote de la grève, abrogation de la LRU adoptée. Comité de mobilisation prévu le 10 février. Participation à la Manif du 10 février. AG personnels et étudiants jeudi 12 février, 300 personnes. Lundi 16 février, AG unitaire, 500 personnes environ. AG des personnels Mardi 17 février, 150 personnes.
  • Paris 9 : AG des Enseignants chercheurs le Mardi 3 février, appel à une journée d’action et d’information sur l’université le 5 février. Appel à une grève totale des enseignements le 10 février. Nouvelle AG le 5 février.
  • Paris 10 : Examens en ce moment mais profs mobilisés ainsi que les personnels. Appel à paralyser l’université le 29 janvier. Vote de la rétention des notes et de la grève illimitée à partir du 2 février. Réunions par UFR en ce moment ainsi que travail d’information à destination des étudiants pendant les partiels. Rentrée le 9 février : débrayage des profs le matin – volonté de faire une assemblée générale étudiante et/ou enseignante le midi du 9 février après le débrayage des profs. Reprise des cours Lundi 9 février, AG à 10h, entre 800 et 1000 personnes, une majorité d’étudiants. Vote de la grève. AG étudiante le Mardi 10 février. AG commune le Jeudi 12 février. AG étudiante le 10 février, 500 personnes au plus fort de l’AG, pas plus de monde en raison de la grève enseignante très suivie puisqu’aucun cours ou presque ne se tenait sur l’université, reconduction de la grève, vote de l’abrogation de la LRU, demain commissions et comité de mobilisation sont prévues. Cortège important à la manif l’après midi (plusieurs centaines de personnes). AG commune le Jeudi 12 février. AG profs étudiants, Jeudi 12 février, 700 personnes au début, plutôt 250-300 à la fin après 3h d’AG. Des commissions existent ainsi qu’un comité de mobilisation et quelques débats sont animés par des profs sur la fac. Prochaine AG étudiante Mardi 17 février, AG étudiante, 500 personnes au début, 250 personnes à la fin. AG commune le Jeudi 19 février. Site Internet de la mobilisation : www.crooktown.free.fr
  • Paris 11 : Lundi 2 février, Assemblée générale des personnels et étudiants, plus de 400 personnes. Grève générale d’une semaine reconductible. Mercredi 4 février, AG de 500-600 étudiants et personnels. Des AG dans tous les départements, dans la plupart des labos, dans les composantes (IUT Orsay et Sceaux, UFR STAPS, UFR Sciences, UFR Sceaux, UFR Chatenay-Malabry), AG étudiants. Une bonne partie des cours  n’a pas lieu cette semaine, remplacés par des discussions sur le mouvement. Jeudi 5 février, AG à 600-700 personnes. Jeudi 12 février, 500 personnes, reconduction de la grève. AG unitaire Lundi 16 février, 1000 personnes environ, reconduction de la grève. Nouvelle AG le 2 mars après les vacances.
  • Paris 12 : Mardi 27 janvier, une Assemblée Générale de 200 étudiants et personnels de Paris 12 a voté la grève à partir du 2 février. Mardi 3 février, AG enseignants-étudiants-biatoss, plus de 350 personnes, grève reconductible à l’unanimité moins 3 voix et 13 abstentions. Grève active avec permanence tous les jours à la Maison de l’étudiant, ateliers, tables-rondes et débats la semaine prochaine. La faculté de Droit a voté la grève (soutenue et votée également par le Doyen de la Fac). Nouvelle AG le Jeudi 5 février. AG Jeudi 12 février, 300 personnes (dont 200 étudiants). Mardi 17 février, AG de la faculté de Droit, 400 personnes, plus aucun cours dans cette faculté.
  • Paris 13 : département de littérature de Paris 13 a voté la grève illimitée à partir du 2 février. L’AG de l’IUT de Villetaneuse appelle à la grève et la suspension du second semestre. L’AG des enseignants et des BIATOSS a voté les 3 motions de la coord nationale et la grève reconductible à l’unanimité. Refus de rendre les maquettes IUFM. La quasi-totalité des UFR et des départements sont en grève. L’AG étudiante a également voté les 3 motions et la grève reconducible. Prochaine AG étudiante jeudi 5 février ; prochaine AG unitaire le lundi 9 février. Envahissement du CA est prévu. AG Jeudi 12 février, 150 personnes, reconduction de la grève.
  • VSQ : AG Lundi 2 février, 260 personnes (200 étudiants). Grève reconductible votée par les enseignants et ce jusqu’au retrait du décret sur le statut des enseignants chercheurs. L’AG dans son ensemble a voté le soutien à cette grève à l’unanimité. Assemblée Générale étudiante le Jeudi 5 février. Nouvelle AG des personnels le Lundi 9 février : 200 personnes. Nouvelle AG des étudiants le Lundi 9 février : 200 personnes.
  • Cergy : Les enseignants de quelques départements refusent de remonter les maquettes et envisagent de se mettre en grève. Deux AG étudiantes à 60-80 personnes. Participation à la manif de mardi 10 février. Nouvelle AG Jeudi 12 février.
  • IEP :
  • Evry : Mobilisé, étaient à la manif le 5 février. Jeudi 12 février, AG environ 100 personnes.
  • Marne la vallée : L’AG de l’UFR de Langues de l’Université Paris Est – Marne-La-Vallée a voté la grève totale, reconductible et illimitée à compter du 2 février 2009. Jeudi 5 février : 6 départements ont voté la grève reconductible à partir d’aujourd’hui, départ en manifestation à 150 : du jamais vu à Marne La Vallée. L’AG de ce jeudi a réuni près de 350 personnes dont plus de 250 étudiants. AG BIATOS vendredi 6 février au matin. Prochaine AG Etudiants Enseignants Lundi 9 février. AG étudiante le 12 février, 140 personnes.
  • INALCO Paris : les enseignants chercheurs réunis en AG le lundi 2 février ont voté la grève reconductible et appellent à une nouvelle AG le vendredi 6 février. AG unitaire, 500 personnes.
  • IUFM Paris : Blocage Mercredi 4 février suivi d’une Assemblée générale sur chacun des deux sites. 100 personnes à Batignolles, 120 personnes à Molitor. Reconduction de la grève sur les deux sites.
  • IUFM Créteil : Grève votée le 6 février. http://p12enlutte.blogspot.com/
  • ENS Cachan : AG lundi 9 février, 100 personnes, vote de la grève.

Le téléphone sonnera Jeudi 19 Février à 19h10

Demain soir jeudi 19 Février, l’émission de France Inter « Le téléphone sonne » (19h10-19h50) sera consacrée à la crise de l’enseignement supérieur et de la recherche. Parmi les invités, Isabelle This St Jean (SLR) et Annliese Nef (SLU). Egalement présents un journaliste du Nouvel Obs (magazine qui prépare un n° spécial sur le sujet) et un défenseur/représentant du Ministère.
Selon le principe de cette émission, les auditeurs posent des questions aux invités, soit par téléphone à partir de 17h (01 45 24 7000), soit par internet :
Le site de l’émission: http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/letelephonesonne/
Le formulaire pour poser une question: http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/letelephonesonne/contact.php

Journée d’alerte au Havre (entre autres)

Actualité de l’université du Havre :
« A propos de la journée d’alerte du 16 mars ».
« Le conseil d’administration a décidé d’organiser « une journée d’alerte » le lundi 16 mars afin de protester, entre autres, contre les suppressions d’emplois et le nouveau modèle de répartition des moyens. Un groupe de travail a été constitué pour faire des propositions d’animation de cette journée. En ma qualité de responsable de ce groupe de travail je m’adresse à l’ensemble de la communauté havraise pour solliciter des suggestions (conférences, sketches, débats, etc.). Il s’agit d’une manifestation de l’institution. Merci d’avance pour vos contributions. » XXXXXX xxxx Élu au CA, responsable du groupe de travail « journée d’alerte du 16 mars ».

Programme de la journée de demain (19 février) :

  • 8h30: fanfare de l’université, rendez-vous sur l’esplanade (site Lebon)
  • 10h00: cours à l’Hôtel de Ville
  • Psychologie : les crises de l’âge adulte / Histoire : séparation église état / Histoire : le mouvement noir aux US
  • 14h30: Réunion d’information pour les BIATOSS, amphi 4 (UFR des Affaires Internationales)
  • 15h00: AG établissement, amphi Manneville (UFR des Sciences et T echniques)
  • 17h30:  manifestation « de la maternelle à l’université », rendez-vous esplanade de l’université

Actions à venir:

  • Mercredi 04 mars, 10h00, répétition chorale, rendez-vous devant la cafétéria de l’UFR des Affaires Internationales
  • Jeudi 05 mars, 16h00, lorsque l’Université se met à « lire », rendez-vous à l’hotel de ville du Havre
  • Jeudi 05 mars, 17h00, réunion du comité Action (dans une brasserie du centre ville)
  • Vendredi 06 mars, répétition de la pièce de théâtre « Soutenance de thèse de Valérie Pécresse »
  • Lundi 09 mars, 10h00, réunion du comité Action, rendez-vous devant la cafétéria de l’UFR des Affaires Internationales
  • Mardi 10 mars, toute la journée, diffusion de l’information sur tous les sites universitaires et à tous les niveaux de l’Education Nationale
  • Mercredi 11 mars, 12h00, AG établissement
  • Mercredi 11 mars, 14h00, Conseil Scientifique de l’université du Havre
  • Jeudi 12 mars, prestation de la chorale itinérante de l’université
  • Vendredi 13 mars, 14h00, répétition de la pièce de théâtre « Soutenance de thèse de Valérie Pécresse », rendez-vous Amphi 3 (UFR des Affaires Internationales)
  • Lundi 16 mars, Journée d’Alerte de l’université du Havre, avec un programme à venir et la représentation de la pièce de théâtre « Soutenance de thèse de Valérie Pécresse »
  • Jeudi 19 mars, manifestation interprofessionnelle

N’hésitez pas à proposer votre participation active à ces actions.
Un dossier sur les problèmes rencontrés par les grévistes (étudiants surtout, mais pas seulement) est en cours de constitution. Tous les témoignages seront les bienvenus. A ce titre, je me permets de rappeler que les étudiants ne peuvent être sanctionnés pour un fait de grève (décision du CA du 06/02/09).

L’université dans l’Humanité

Compilation des articles parus dans l’Humanité :

http://www.humanite.fr/+-Universite-statut-des-enseignants-chercheurs-enseignement-superieur-recherche-

Les mandatés de Toulon 16/02

TEXTE UNIVERSITE DE TOULON
Motion de l’Assemblée Générale de l’université du Sud Toulon Var
Devant les projets affichés par le gouvernement concernant l’enseignement supérieur et la recherche en France, l’Assemblée Générale des personnels et étudiants de l’Université du Sud Toulon Var, réunie le 16/02/09 adopte la position suivante.
Considérant :
Les conséquences de la LRU :
•La fin de la gestion collégiale de l’université, et plus généralement de l’enseignement supérieur et de la recherche au profit de la concentration des pouvoirs aux mains d’un petit nombre ;
• La disparition annoncée des universités de petite et moyenne taille, et leur transformation en lycée universitaire sonnant le glas de l’adossement de l’enseignement supérieur à la Recherche au niveau Licence, et allant à l’encontre des principes d’égalité des territoires de la République ;
• La mise en concurrence entre universités et à l’intérieur même d’un établissement (à travers notamment les critères SYMPA) ;
• La fin du caractère national des diplômes, menant à une inégalité de reconnaissance suivant le lieu d’obtention, mesure contestée par les acteurs économiques eux-mêmes, et inacceptable pour les étudiants ; la fin du cadrage national pour les IUT ;
•La perte de fléchage des moyens, touchant en premier lieu : les IUT et les IUFM : menacés de sous dotation eu égard aux objectifs professionnalisants de ces filières, et de leur disparition qui en résulterait à moyen terme ;
• une dérégulation des frais d’inscriptions instaure une sélection par l’argent,
•Remplacement des personnels (BIATOSS, enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs) par des embauches de contractuels de tous types (CAE, CDD,CDI …) et l’externalisation de certains services
• La remise en cause du statut des enseignants chercheurs , de leur modalité de recrutement, favorisant le clientélisme et affaiblissant la complémentarité entre enseignement et recherche ; La volonté affirmée et réaffirmée de réformer la Recherche dans le sens d’un pilotage autoritaire du pouvoir politique par
• Le démantèlement du Comité Scientifique et la transformation des organismes nationaux de recherche, garants d’une politique scientifique pérenne et indépendante en agence de moyens via un découpage en instituts ce qui équivaut à leur disparition ;
• Le transfert vers des agences gouvernementales, dont les membres sont nommés directement par le ministre :
– L’ANR pour le soutien financier, conduisant à un financement sélectif de la recherche (projets) et hypothéquant la diversité et la pérennité de la recherche française.
– L’AERES pour l’évaluation des laboratoires, réalisée sur des critères gestionnaires et soumise au pouvoir politique ;
• La volonté de considérer la Recherche à très court terme et d’un point de vue industriel, mettant en danger la Recherche en Sciences Humaines, la Recherche Scientifique fondamentale, etc ;
• Le contrat doctoral, qui institutionnalisera la précarité des étudiants, incompatible avec les conditions de travail nécessaires à la production d’un travail de recherche de qualité pour leur thèse ;
La transformation radicale de l’enseignement des premiers et second degrés par :
• la création d’une agence nationale de recrutement pour les remplacements ;
• la baisse du nombre de postes mis aux concours et la non-ouverture d’autres ;
• la réforme dite « de la mastérisation » qui abaisse le niveau de formation des enseignants, tant au niveau disciplinaire qu’au niveau professionnel et qui offrira à court terme à l’agence national de recrutement des milliers d’enseignants précaires et sous-payés ;
• la réforme des concours de recrutement ; La création d’un contrat doctoral unique :
·Renouvelable tous les ans par l’université, mais sans critères d’appréciation uniformes pour justifier de ce choix, porte ouverte au clientélisme.
· Incluant une modulation des services (tâches administratives ou prestations de service) totalement incompatible avec les objectifs de formation visés.
·Remettant en cause le principe d’inscription en thèse pour les étudiants salariés qui ne pourraient bénéficier de ce contrat.
L’Assemblée Générale des personnels et des étudiants de l’Université du Sud Toulon Var
appelle à la solidarité personnels, étudiants et citoyens dans la mobilisation et exige :
• Un moratoire de la loi LRU préalablement à toute discussion.
• L’ouverture de vraies négociations sur les réformes de l’Université et de la Recherche française, en s’appuyant notamment sur les propositions des États Généraux de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (2004), impliquant tous les acteurs concernés: enseignants-chercheurs, enseignants, chercheurs, personnels techniques et administratifs, étudiants, doctorants ;
• Le retrait par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche de la réforme sur la mastérisation et le retrait par le ministère de l’éducation nationale de la réforme des concours de recrutement
• Un effort financier significatif à la hauteur des enjeux et des besoins (3% du PIB, conformément aux accords de Lisbonne), le réengagement ferme et massif de l’État dans l’enseignement supérieur et la recherche, en tant que Service Public ;
• La restitution des 1030 postes supprimés au budget 2009 ;
• La création de postes statutaires dans l’enseignement supérieur et la recherche pour mettre fin à la précarisation de tous les personnels (et particulièrement, chez les BIATOSS, des personnels de catégorie C) et résorber le sous-encadrement chronique des universités dans le cadre d’un plan pluriannuel d’emplois statutaires dans les universités et les organismes
de recherche;
• Le respect des personnels du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.
• Retour du cadrage national des diplômes et reconnaissance des diplômes nationaux dans les conventions collectives
• Pour la mise en place d’un véritable système d’aide sociale étudiant basé sur des critères sociaux
Modalité d’action :
*La démission des responsabilités administratives (filière, département, direction de laboratoire) peut être envisagé mais pas les démissions de fonction électives qui défendent généralement les personnels.
*Mandatement pour que la coordination mentionne CLAIREMENT que le mouvement est unitaire que le retrait d’un décret ne saurait remettre en cause la mobilisation actuelle.