Enseignement supérieur : la grande transformation ?

Article d’opinion à lire sur le site mouvements.

Extrait :

  • « La fiction de l’autonomie
    La loi LRU, comme les lois d’orientation de l’enseignement supérieur précédentes (1968, 1984) a été présentée comme une loi d’autonomie. Le terme reste connoté positivement dans l’univers académique. L’autonomisation de l’enseignement et de la recherche, par rapport aux pouvoirs, ecclésiastique, étatique, ce qui relève aussi, dans un autre vocabulaire, du libre examen, est une longue et difficile conquête [5]. Et cette liberté relative reste fragile ; d’autres dépendances peuvent s’instaurer, notamment dans le domaine de la recherche, vis-à-vis du pouvoir économique. Les facilités financières accordées par des entreprises à un laboratoire de recherche ont souvent un double revers : non seulement borner ses recherches, ce qui n’est déjà pas satisfaisant du point de vue de la curiosité intellectuelle, et sans doute pas productif, sous le rapport des découvertes, et donc des innovations, mais parfois même influencer ses résultats.
    L’autonomie intellectuelle est au fondement même de l’idée d’universitas. L’autonomie octroyée par le prince [6] à travers la LRU est d’une nature bien différente. C’est l’autonomie, non des universités vis-à-vis de tous les pouvoirs mais de leurs présidents par rapport à leurs communautés universitaires. Singulière conception de la démocratie, que cette autonomisation accrue des représentants à l’égard de leurs mandants. D’autant que le pouvoir des présidents était déjà grand, les conseils (d’administration, scientifique, …) n’exerçant qu’un contrôle limité : par la gestion des crédits et des supports budgétaires, par la négociation avec le Ministère sur les créations de postes [7], les présidents disposaient depuis longtemps de puissants leviers de persuasion, notamment auprès des enseignants. Mais le pouvoir appelle le pouvoir : cette autonomie-là, concédée par le gouvernement, était depuis longtemps réclamée par la CPU (Conférence des présidents d’université), qui, au-delà des missions qui lui sont officiellement assignées, joue le rôle d’association corporative des présidents d’université. (…) » lire la suite sur le site mouvements.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :