Si Nicolas Sarkozy n’entend rien, mardi 10 février nous crierons plus fort!

Communiqué de presse de Sauvons La  Recherche du 6 février 2009

Si Nicolas Sarkozy n’entend rien, mardi 10 février nous crierons plus fort!

Des dizaines de milliers de personnes, étudiants et personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, ont défilé hier dans toutes les villes universitaires pour s’opposer à la destruction de leurs institutions, de leurs statuts et de leur condition de travail ou d’étude. A Strasbourg, les violences policières n’ont pas suffi à empêcher la ministre, Mme Pécresse, d’être copieusement sifflée lors de son discours d’inauguration de la nouvelle université alsacienne. Car le rejet de sa politique est massif, sans précédent. Au quatrième jour de la grève déclenchée le 2 février, c’est désormais l’ensemble du monde
universitaire qui est entré dans le mouvement.

Hélas, Nicolas Sarkozy reste incapable de prendre la mesure de cette colère. Après le discours de mépris du 22 janvier, l’intervention du président hier a confirmé que sa vision de l’université et de la recherche était à la fois marquée par une profonde méconnaissance de ce secteur et par l’obsession idéologique de mettre au pas ses institutions.

Dans ces conditions, le mouvement ne peut que s’amplifier et la grève se développer. Nous continuerons à mettre la ministre face à nos revendications. Nous appelons l’ensemble des personnels et les étudiants à faire de la manifestation nationale de mardi prochain un événement d’une telle ampleur que nul ne pourra l’ignorer. Une initiative en direction des personnels CNRS sera également organisé très prochainement.
La signature du moratoire des expertises ANR et AERES doit se poursuivre (http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article2147).
Ecrivons tous à nos élus pour les alerter de la situation (http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article2430) et expliquons à tous nos concitoyens les raisons de notre colère.
Ensemble nous devons obtenir :

  • (1) le rétablissement des postes supprimés et un plan pluri-annuel d’emplois,
  • (2) le retrait des projets de réforme sur la modification des statuts des enseignants-chercheurs et la mastérisation et
  • (3) la fin du démantèlement des grands organismes de recherche

———
Suivez la mobilisation partout en France (par date et par ville) : http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article2387&var_mode=calcul

Publicités

Réactions aux propos de Mr Dhainaut

=================
Texte de la pétition en ligne sur http://www.anef.org/petitions/?petition=2
=================

Lettre envoyée à Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche :

Madame la Ministre,

Le 8 janvier 2009, Jean-François Dhainaut, Président de l’AERES, donnait une conférence à l’université Paris-Descartes (site Cochin) intitulée « l’Evaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche : quelles ambitions ? » Après avoir présenté l’organisation, les objectifs et les premiers bilans de l’AERES, il a répondu à plusieurs questions de l’auditoire. L’une de ces questions concernait le très faible nombre de femmes dans les commissions d’experts (1) . En guise d’explication, Jean-François Dhainaut a indiqué que le pouvoir était une affaire masculine et que, par ailleurs, les femmes, en plus de leur métier, doivent s’occuper de la maison, des enfants. Elles n’ont donc pas de temps à consacrer à l’AERES.

De tels propos, en 2009, sont tout simplement inadmissibles et les associations et institutions signataires de cette lettre les condamnent vigoureusement. Ils le sont d’autant plus qu’ils viennent du Président d’une institution chargée d’évaluer les organismes de recherche et les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, les laboratoires et équipes qui en dépendent ainsi que les formations et les diplômes dispensés par ces établissements – toutes structures dans lesquelles les femmes ont, de manière notoire, des difficultés à faire reconnaître leur valeur.

Ce déficit de reconnaissance avait d’ailleurs notamment conduit votre prédécesseur, Monsieur François Goulard, à mettre en place le Comité pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’enseignement supérieur et la recherche. Dans le premier rapport de ce Comité, remis le 26 janvier 2006, on pouvait lire : « les avancées notables de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’enseignement supérieur et la recherche, enregistrées depuis une dizaine d’années, ne peuvent occulter le fait que la place des femmes soit encore loin d’atteindre ce qu’il est permis d’attendre d’un grand pays. »

Votre propre discours du 21 novembre 2008, lors de la Cérémonie d’installation de la promotion de l’Institut Universitaire de France, nous avait laissé supposer que ce problème vous préoccupait également, puisque vous avez déclaré : « Le jury (de l’IUF) sera composé pour plus de la moitié de personnalités scientifiques étrangères dans le respect bien sûr de la parité. (…) La parité est un impératif si nous voulons reconnaître le talent des femmes, encourager des vocations scientifiques. La composition de nos comités ne doit plus donner lieu à la critique récurrente de ne pas faire suffisamment place à la diversité de nos chercheurs ».

Madame la Ministre, afin de ne plus donner lieu à cette critique récurrente sur la composition de nos comités, nous vous prions de prendre au plus vite des mesures concrètes, et notamment :

1) de condamner officiellement les propos sexistes de Jean-François Dhainaut ;

2) de supprimer l’inadmissible statut d’exception attribué à la recherche dans le Décret n° 2002-766 du 3 mai 2002, relatif aux modalités de désignation, par l’administration, dans la fonction publique de l’État, des membres des jurys et des comités de sélection et de ses représentants au sein des organismes consultatifs. En effet, ce décret stipule dans son article 1 que,

Pour la désignation des membres des jurys et des comités de sélection constitués pour le recrutement de fonctionnaires de l’Etat régis par des statuts particuliers pris par décret en Conseil d’État, à l’exception des statuts particuliers des chercheurs régis par le décret du 30 décembre 1983 susvisé, l’administration chargée de l’organisation du concours doit respecter une proportion minimale d’un tiers de personnes de chaque sexe justifiant des compétences nécessaires.

3) d’élargir ces modalités de désignation à l’ensemble des jurys et comités chargés d’évaluer les instances et les personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur.

En vous remerciant de l’attention que vous porterez à notre demande, nous vous prions d’agréer, Madame la ministre, l’expression de nos sincères salutations.


Premières signataires :

Joëlle Wiels, directrice de recherche CNRS, Villejuif
Éliane Viennot, professeure des universités, Saint-Étienne
Colette Guillopé, professeure des universités, Créteil
Christine Planté, professeure des universités, Lyon

Institutions signataires :

ANEF (Assocation nationale des études féministes)
Archives du féminisme
Femmes et mathématiques
Efigies (Association de jeunes chercheuses et chercheurs en Études Féministes, Genre et Sexualités)
Centre Louise Labé (Lyon)
SIEFAR (Société Internationale pour l’Etude des Femmes de l’Ancien Régime)
RING (Réseau Interdisciplinaire et Interuniversitaire sur le Genre)
Institut Émilie du Châtelet pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre
Pôle Sagesse du CERTOP UMR 5044 (ex équipe Simone)

(1) Exemples : Comité d’experts pour le Centre de Recherche des Cordeliers-UMRS 872, Universités Paris 5 et Paris 6 : 4 femmes sur 16 membres. Comité d’experts pour le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC)-UMR 7186, Université Paris 10-Nanterre : 1 femme sur 9 membres. Comité d’experts pour le Centre de Mathématiques Laurent Schwartz (CMLS)-UMR 7640, Ecole Polytechnique : 1 femme sur 10 membres. Comité d’experts pour l’INSERM : 1 femme sur 14 membres.

Pécresse veut-elle acheter les présidents d’université ?

… en augmentant leur « prime » et en leur permettant des mandats renouvellables …

Article et débat à lire sur Rue89

Actu : Avignon (7 février)

Les etudiants, enseignants et personnels de  l’université d’Avignon feront lundi 9 à midi des lectures de textes sous le Pont d’Avignon. On espère que la presse sera là…
Aujourd’hui samedi 7 le Forum « Rencontres Après-Bac 2009 » est maintenu :   cette manifestation rassemble l’ensemble des offres à la sortie du Lycée.  toutes les universités de la Région Aix Marseille U1/U2/U3, Nîmes et Arles seront présentes, plusieurs milliers de personnes ( lycées et parents) sont attendues.  Evidemment une info sur le mouvement est organisée

AG Ecole normale Supérieure (6 février)

Décisions des deux AG de l’ENS

5 février

  • – Retrait de la LRU et de toutes les mesures qui en découlent
  • – Appel à rejoindre la grève qui a commencé le 2 février et à se mobiliser en particulier le 10 février
  • – Constitution d’une caisse de grève au profit des agents qui souhaitent se mettre en grève
  • – Appel au Conseil Scientifique à ne pas remettre les maquettes de masters enseignement
  • – 150h équivalents TD pour tous les enseignants–chercheurs ainsi qu’une réduction de la charge d’enseignement en début de carrière
  • – Maintien du recrutement des enseignants après un concours et reconnaissance par un diplôme de Master de la formation IUFM
  • – La non–négociabilité de ces revendications
  • – Titularisation des précaires et l’augmentation des postes pour tous les statuts (enseignants, chercheurs, ITA, BIATOSS, etc.)
  • – 3 mandatés pour la coordination nationale du 10 février

29 janvier

  • – Demande de retrait du décret sur les EC
  • – Demande de retrait du décret sur la réforme de la formation et du recrutement des enseignants
  • – Appel au CS contre le rendu des maquettes de masters d’enseignement (cf pétition)
  • – Demande de retrait de la LRU
  • – Ralliement du cortège recherche depuis Jussieu
  • – 3 mandatés pour la coordination nationale du 2 février : Grégoire, Frédéric et Irène
  • – Principe de la grève pour le 11 février

Axel Kahn lâche V. Pécresse et Isabelle This Saint-Jean sur France Info

Axel Kahn lâche Valérie Pécresse et Nicola Sarkozy : à lire chez Sylvestre Huet

Liré également le communiqué de presse (.pdf) d’Axel Kahn : communique-de-presse-axel-kahn-7209-1

A écouter également, Isabelle This Saint-Jean, dans la chronique « ‘l’invité du matin ».