Actu : Lille 3 (30 Janvier)

Université Lille 3
Réunion des trois conseils du 30 janvier 2009
MOTION
Les élus des trois conseils de l’université Lille 3, réunis le 30 janvier 2009, se déclarent attachés à l’existence d’un statut national clairement défini. Conscients de l’évolution des missions des enseignants-chercheurs et des modalités d’enseignement et de recherche, ils jugent cependant que le projet de réforme actuellement en cours du statut d’enseignant-chercheur est de nature à aggraver les inégalités de traitement entre les enseignantschercheurs d’une même université et d’une université à l’autre du territoire. Ils demandent le retrait du projet de décret relatif au statut des enseignants-chercheurs tel qu’ils en ont
connaissance à ce jour. Ils souhaitent qu’une réflexion approfondie soit menée à ce sujet, dans la concertation et sans précipitation.

Universités : les principaux syndicats s’associent au mot d’ordre de grève illimitée de la coordination

Les principaux syndicats de l’Enseignement supérieur ont annoncé mercredi qu’ils s’associaient au "mot d’ordre de grève totale, illimitée, reconductible", lancé le 2 février par la coordination nationale des universités contre la politique du gouvernement, et appellent à participer aux manifestations de jeudi et du 10 février organisées par les enseignants-chercheurs.
"Aujourd’hui, alors que le gouvernement reste sourd aux revendications, la mobilisation dans les universités s’amplifie, avec la multiplication des décisions de grèves", écrivent les syndicats FSU, CGT, CFDT, FO et Solidaires de l’Enseignement supérieur dans un communiqué commun diffusé mercredi. Ces syndicats "partagent les revendications exprimées par la coordination nationale des universités et s’associent au mot d’ordre de grève totale, illimitée, reconductible", précise le communiqué.
Les syndicats réclament non seulement le retrait du projet de décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs, mais aussi "l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche", la "restitution des 1.030 postes supprimés au budget 2009", "la mise en oeuvre d’un plan pluriannuel d’emplois statutaires dans les universités et les organismes", ou encore "la résorption de la précarité" et "l’obtention de moyens permettant aux établissements d’assurer leurs missions".
Les syndicats "appellent les personnels et les étudiants à participer aux assemblées générales", et "à s’associer aux initiatives décidées dans le cadre de la grève votée dans chaque université". Ils appellent également à participer à la journée de manifestations des enseignants-chercheurs prévue jeudi, et à la manifestation nationale prévue le 10 février à Paris. AP

(Dépêche Associated Press – 4 Février)

Télécharger l’appel syndical et associatif au format pdf : 090203-appelintersyndical

Soutien des éditeurs au mouvement

extrait du site Mediapart, 4 février 2009

Dix éditeurs en défense des sciences humaines et sociales

«Nous partageons la conviction que la vivacité de notre démocratie  repose sur la compréhension de notre temps pour laquelle les sciences  humaines et sociales jouent un rôle éminent.» Dix éditeurs (Fayard,  Erès, MSH, La Découverte, Actes Sud, Ed. Thierry Magnier, Les Prairies  ordinaires, L’Atelier) cosignent un texte de soutien aux chercheurs,  universitaires et enseignants actuellement mobilisés pour défendre  l’autonomie de leurs activités.
Nous, éditeurs de sciences humaines, forts de nos orientations et  sensibilités distinctes, assumons avec conviction un effort commun et  quotidien pour assurer une large diffusion à des travaux, recherches  et documents qui nous semblent indispensables à la réflexion  politique. Nous partageons la conviction que la vivacité de notre  démocratie repose sur la compréhension de notre temps pour laquelle  les sciences humaines et sociales jouent un rôle éminent. Cet effort  de compréhension, pour être réel et efficace, repose sur trois piliers  solidaires : une recherche stimulée et encouragée, sûre de ses moyens,  un enseignement de qualité et ambitieux, une édition et une diffusion  soutenues et vivantes. Or, ces trois piliers connaissent aujourd’hui  des difficultés importantes largement aggravées par des orientations  politiques inacceptables et inquiétantes.
Les décisions gouvernementales concernant l’organisation du système  universitaire et des centres de recherches provoquent légitimement  critiques et mobilisations. Elles continuent d’inquiéter parce  qu’elles menacent les moyens humains et financiers et surtout  l’autonomie d’une recherche qui est souvent caricaturée et dont la  légitimité est trop régulièrement remise en cause. Qu’il s’agisse du  financement de la recherche ou qu’il s’agisse de l’enseignement des  sciences sociales à l’université ou au lycée, on constate une commune  volonté : celle de valoriser les formes de pensée les plus convenues  et les plus immédiatement utiles au monde économique. Comment ne pas  faire un lien, en effet, entre le rappel de la nécessaire utilité des  recherches en sciences sociales et la prétention de mieux enseigner  les "fondamentaux de l’économie et de la sociologie" ou encore de  "mieux faire connaître", c’est-à-dire plus positivement, le monde de  l’entreprise, proposé comme modèle de toutes les institutions. Dans  tous les cas, des pressions s’exercent pour réduire et réorienter la  recherche et l’enseignement vers des objectifs purement utilitaristes.
La remise en cause du prix unique du livre (régulièrement réclamée par  quelques parlementaires et lobbies) ne serait pas seulement un mauvais  coup contre la librairie et le pluralisme de l’édition. Elle  achèverait de mettre en péril les trois piliers qui assurent la  vivacité des sciences humaines et sociales, et par la même une partie  essentielle de ce qui participe éminemment à notre conscience  démocratique : une recherche dynamique et indépendante, un  enseignement sérieux et pluraliste, une édition et une librairie  raisonnablement protégées et soutenues.
Notre profession connaît bien les difficultés que rencontre toute  opération de diffusion et de partage des connaissances en sciences  sociales. Mais si nous en connaissons le prix, nous en connaissons  aussi l’indispensable valeur.
Plus largement, nous entendons ici manifester notre solidarité avec  toutes celles et tous ceux qui, parce que chercheurs, universitaires  ou professeurs du secondaire, ou simplement citoyens lecteurs,  manifestent leur attachement à une réalité précieuse : celle de  pouvoir penser notre société désorientée, ses tensions comme ses  consensus, ses inégalités comme ses progrès, en un mot sa réalité,  mais aussi et surtout de pouvoir penser les changements indispensables  à un système qui apparaît de moins en moins capable de faire face aux  défis fondamentaux du XXIe siècle.

  • Claude Durand,PDG des éditions Fayard
  • Marie-Françoise Dubois-Sacrispeyre,Directrice éditoriale des Editions Erès
  • Guy Dreux,Directeur de la collection Troisième Culture
  • François Gèze, PDG des éditions La Découverte
  • Jean-Michel Henny, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme
  • Hugues Jallon, Directeur éditorial des éditions La Découverte
  • Thierry Magnier, Directeur des éditions Thierry Magnier et des  éditions Actes Sud Junior
  • Françoise Nyssen, Présidente du directoire des éditions Actes Sud
  • Rémy Toulouse, Directeur des éditions Les Prairies Ordinaires
  • Bernard Stephan, Directeur général des éditions de l’Atelier

Actu : Université d’Avignon (4 février)

Deux  AG (une des personnels, une des étudiants) se tiennent chaque jour à l’université d’Avignon
Demain 5 février, départ de la fac et freezing à midi place de l’horloge (devant la mairie) chacun tenant un livre ouvert

Il est proposé, dans les jours à venir, de faire des "cours" sur le pont d’Avignon :-)

Actu : Nancy 2 (4 février)

Participation : 100 à 120 personnels, essentiellement enseignants et/ou chercheurs + 50 étudiants environ
Votes de l’AG
Soutien aux 3 motions votées par la coordination nationale du 2 février
- Motion 1 : Unanimité moins 6 NPPV (ne prend pas part au vote)
- Motion 2 : Unanimité
- Motion 3 : Unanimité moins 1 Contre et 11 Abstentions
Appel plus particulier à 2 journées de grève :
- Jeudi 5 février : Unanimité moins 1 Contre et 4 NPPV
- Mardi 10 février (Manifestation nationale à Paris) : Unanimité moins 2 Abstentions et 2 NPPV
Quelques autres actions évoquées :
- IUT Hubert Curien – Epinal = IUT Mort le jeudi 5 février
- Rencontres avec des politiques (le rendez-vous est en négociation)
- Au-delà des journées du 5 et du 10, des appels à la grève sous d’autres formes sont lancés (par exemple une grève administrative = on fait les cours, mais on ne fait plus une seule activité administrative ou de responsabilité pédagogique)
- Envoi de courriels au rectorat pour chacune des activités qu’on ne fait plus
- Envoi d’articles de recherche, thèse, rapports de recherche… au ministère
- …
Prochaine AG : demain 12h, pour continuer de définir les actions locales et voter une lettre Grand-Est
Ça sera suivi d’un départ en manif où on devrait retrouver Nancy 1.

Le ministère compte les grévistes …

La mobilisation est forte. Le ministère y est très attentif. Témoin ce courrier adressé aux présidents d’université dans lequel on peut lire :
"Bonjour,
Une "coordination nationale des Universités" a appelé à une grève générale dans toutes les Universités à partir du lundi 2 février 2009. De ce fait, Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche me demande de lui communiquer, pour la journée du 3 février 2009 et les jours suivants pour 11H00 et 14H30, les informations suivantes :
- l’état des grévistes (enseignants-chercheurs, enseignants, ITRF, ATOSS, Bibliothèques)
- le point sur la rétention des notes,
- le point sur la remontée des maquettes,
- le point sur le démissions administratives,
- le point sur le déroulement des cours,
- les Assemblées Générales en cours, prévues et le décisions prises à l’issue,
- les manifestations en cours et prévues.
Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche insiste pour que ces informations lui parviennent régulièrement
".

Que Madame la Ministre n’hésite pas à venir s’informer sur ce site :-)

6. Analyses et opinions.

Retrouvez dans cette rubrique des analyses, opinions, textes synthétiques à propos du mouvement en cours.

5. Acteurs

Retrouvez dans cette rubrique les positions des différents acteurs du monde universitaire (CPU, CNU, Ministère, AERES, etc …) à propos du mouvement en cours.

Pécresse peine à convaincre (France soir / 4 février)

Extrait :
"La colère monte et gagne les enseignants-chercheurs en France, pourtant peu enclins à faire grève généralement.
Des professeurs en grève à l’université Paris-Dauphine. Du jamais-vu ou presque dans cette fac connue pour ses orientations libérales et la popularité de l’UMP au sein d’une large partie de cette communauté étudiante." Lire la suite sur France Soir.

Médias

Informations sur la couverture (ou la non-couverture) médiatique du mouvement

Actions

Manif le …

Motions

Ci joint motion présentée par …

Actus : récapitulatif (partiel) de la situation : 4 février 10h

Synthèse état des lieux au 4 février 2009 à 10h
=================================

  • Aix Marseille : Blocage de la remontée des maquettes IUFM + 1200 en AG à Aix aujourd’hui et 150 en AG à Marseille Saint Charles, blocage.
  • Amiens : AG mercredi 4. certains UFR en grève depuis 2 semaines. AG 28 à 500 vote de la greve pour le 29. rétention des notes, refus de remontée les maquettes dans plusieurs UFR. CA bloqué à 2 reprise.
  • Avignon : Blocage de la remontée des maquettes IUFM. L’AG des membres de la communauté universitaire de l’UAPV (Avignon et Pays du Vaucluse) réunie ce mardi 27 janvier 2009 s’est prononcée pour la grève illimitée à partir du 2 février.
  • Bayonne : AG à 40 le 29 janvier.
  • Besançon : A priori vont remonter les maquettes IUFM. Les enseignants-chercheurs de l’UFR SJEPG (sciences juridiques, économiques, politiques et de gestion) de l’université de Franche-Comté ont voté la grève des enseignements du 2 février au 5 février 2009. Une vingtaine d’enseignants chercheurs n’assurera pas ses cours. L’AG de l’université de Franche-Comté (environ 400 personnes enseignants, étudiants, chercheurs, personnel biatos) a voté la grève reconductible à partir du 2 février.
  • Bordeaux III : Mardi 27, AG à 1200. Le 2 février, 1500 personnes en AG, vote de la grève des étudiants, les profs sont déjà en grève, ils appellent à une manif jeudi et leur prochaine AG est mercredi. Comité de mobilisation inter UFR, plus mise en place de commissions. Mardi ils organisent une journée avec des animations et cours alternatifs.
  • Bordeaux IV : De nombreux grévistes hier dans les UFR de droit. Une AG à l’appel des étudiants s’est tenue le 29 janvier.
  • Caen : Blocage de la remontée des maquettes IUFM.
  • Chambéry : AG à 400 le 2, vote de la grève par UFR. Prochaine AG mercredi. Appel à une manif le 5. Le 3 février une AG a eu lieu sur chacun des deux sites de l’Université de Chambery qui ont réuni chacune 150 personnes. Un comité de mobilisation étudiant s’est monté, avec une quarantaine d’étudiant et a appelé à une AG à 10h Jeudi sur chacun des sites puis à une manifestation à 14h30 le même jour.
  • Clermont : AG aujourd hui
  • Corse : L’Ag des personnels de l’université de Corse a voté une semaine de grève dès le 2 février, grève qui pourra être reconductible si leurs revendications ne sont pas entendues.
  • Dijon : L’assemblée générale des enseignants, enseignants-chercheurs, personnels IATOS et étudiants de l’université de Bourgogne réunie ce jeudi 29 janvier 2009 a appelé à la grève du mardi 3 février au samedi 31 février inclus. Journée banalisée et AG le 3. Assemblée générale à 1000 le 3 février. Grève.
  • Grenoble : 750/800 en AG sur la fac de lettres, une AG sur un autre site a rassemblé 600 personnes dont la moitié de profs.
  • Le Mans : 350/400 personnes en AG, vote de la grève des étudiants, les profs reconduisent la grève demain. Ils prévoient une manif demain et blocage du CA jeudi. Comité de mobilisation.
  • Lille III :  400 personnes en AG: proposition de se mettre en grève jeudi prochain, mais la proposition de faire un vote administratif sur la grève a été majoritaire, il aura lieu mercredi.
  • Lyon : 800 en AG à Bront, 300 à sciences po,
  • Metz : Mardi 27 janvier, une AG se tenait sur le site de Lettres, 200 personnes (dont 100 profs), où l’ambiance était plutôt favorable à la mobilisation ; aucun département ou UFR n’a remonté ses maquettes, à part italien et histoire. Rien en Sciences (c’était les eléctions aux conseils d’UFR), mais pas mal de perspectives pour le 29 néanmoins.
  • Montpellier : IUFM mobilisé. Ils ont bloqué le CA. Pas d’info sur les facs
  • Nancy : 200 en AG fac de lettres, mercredi ils font une AG commune profs/étudiants et une AG étudiante jeudi prochain.
  • Nantes : Plus de 1000 étudiants en AG ce midi, plusieurs revendications votées : contre la masterisation des concours, contre la modification du statut des enseignants chercheurs, retrait de la LRU, contre la casse du SP d’éducation et de l’enseignement supérieur, solidarité avec les personnels des facs. 2 grandes idées : contre la casse du SP, et contre la précarité. Barrages filtrants demain matin, prochaine AG étudiante mercredi midi, prochaine AG personnels jeudi midi. Grève et blocus soumis au vote, mais très minoritaires.
  • Nice : AG sur le campus science (Valrose), grève administrative complète, appel à la grève. A priori il n’y a pas grand chose au niveau étudiant (peu en AG et pas d’information). La grève se limite aux personnels. L’AG de l’UFR de lettres le 3 février (2 AG en fait : une personnels et une commune) a reconduit la grève + grève administrative, non tenue des jury, non remonté des maquettes… Appel à la manifestation de jeudi, 14 place Masséna. Une AG va se tenir sur les IUT de Sophia Antipolis qui sorte de deux semaines de grève… et qui sont pret à repartir.
  • Orléans : l’AG des personnels de l’université d’Orléans a voté un mot d’ordre de grève totale à partir du lundi 2 février : rétention des notes des partiels du 1er semestre (donc pas de délibérations de jurys), grève des fonctions administratives, grève des cours et de la recherche. AG à 300 Mardi 27 janvier.
  • Perpignan : Mardi 27, AG à 100. Nouvelle AG le 2 février.
  • Poitiers : Blocage de la remontée des maquettes IUFM.
  • Reims : reprise ce lundi, ils appellent à une AG demain.
  • Rennes I : l’AG des mathématiciens de Rennes 1 s’est prononcée pour la grève à partir du 2 février.
  • Rennes II : AG à 800 la semaine dernière, Grève et barrages filtrants. Grève des personnels et profs reconduite en AG à 200 le 2 février. Environ 2000 étudiants en AG le 2 février. Reconduite de la grève. Manifs mardi (avec occupation) et jeudi (avec les IUT, lycées, etc.). Comité de lutte étudiants/personnels/lycéens. Tract commun facs/lycées. Réunion interprofessionnelle demain 18H (initiée par des syndicalistes de base à partir d’un appel lancé il y a un mois). Trois commissions lancées, interne, externe et action. Comité de lutte sur la base de participation libre (non élu). Perspective d’une plate-forme de revendications élargies (en plus du socle des revendications universitaires) permettant de s’adresser largement aux salariés et à la population. Appel à une première coordination nationale du mouvement des facs les 14 et 15 février, à l’université Rennes 2. La prochaine AG qui se tient le 4 février décidera des modalités de la coordination nationale.
  • Rouen : L’assemblée générale des personnels de l’UFR des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Rouen, réunie le 30 janvier 2009, a voté la grève reconductible, totale et illimitée à partir du lundi 2 février. AG de Sciences et de STAPS de l’université de Rouen a voté la grève à partir de lundi 2 février en suivant l’appel de la coordination nationale. L’UFR de Sciences de l’université de Rouen se mettra en grève totale à partir du 2 février 2009.
  • Saint étienne : 600 en AG la semaine dernière, vote de la grève.
  • Strasbourg : L’Assemblée générale des enseignants de l’UFR des Sciences historiques de l’université de Strasbourg, réunie ce mardi 27 janvier à 12h. (40 personnes présentes, plusieurs excusées), en accord avec les motions votées le 22 janvier 2009 par la coordination nationale des universités, en accord avec l’« Appel de Strasbourg » et dans la continuité des résolutions adoptées le 20 janvier 2009 par l’Assemblée générale des personnels de l’Université de Strasbourg, réaffirme qu’il est nécessaire que le gouvernement retire : – le projet de nouveau décret sur le statut des enseignants-chercheurs – le projet de réforme des concours et de la formation (mastérisation) des enseignants. Grève.
  • Toulouse Le Mirail : Le 2 février, 1500 personnes à une réunion/débat appelée par la fac, leur vraie AG est demain, appel à une manifestation jeudi prochain avec les profs. Mise en place comité de lutte, une soixantaine de personnes participent. Le 3 février, AG de 1500 étudiants, reconduction de la grève à l’unanimité. Comité de lutte et 3 commissions ont été mis en place (externe, internet, action). Prochaine AG Mardi 10 à 12h30.
  • Toulouse Rangueil : Le 3 février, AG de 500 étudiants et de 500 personnels.
  • Tours : Mardi 27, AG à 400. Lundi 2 février, 1000 en AG, vote de la grève et occupation de nuit de la fac. Nouvelle AG le 3 février à 16h.
  • Paris 1 :
  • Paris 2 :
  • Paris 3 : L’assemblée générale des personnels de Paris 3, réunie le 26 janvier 2009 (environ 300 personnes présentes), appelle les personnels de Paris 3 à la grève. Les personnels, enseignants et biatos de l’U.F.R. de L.G.C de l’Université de Paris3-Sorbonne Nouvelle réunis en Assemblée générale. (17 présents ou représentés sur 23 membres de l’UFR), le mercredi 28 janvier 2008, expriment leur solidarité avec les revendications de l’Assemblée générale du personnel de Paris3 réunie le 26 janvier (le retrait du projet de réforme du statut des enseignants-chercheurs ; le retrait du projet de réforme de la formation des enseignants et des concours d’enseignement ; la suspension des suppressions de postes dans les universités ; abandon du projet de contrat doctoral ;ouverture d’une véritable concertation sur toutes les questions relatives à l’avenir de l’université.) et avec celles de la coordination nationale des Universités réunie le 22 janvier 2008 (retrait sans préalable du projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs et de la réforme de la formation et des concours de recrutement des enseignants du premier et du second degré l’université française se mettra en grève totale, reconductible et illimitée : le 2 février 2009 l’université s’arrête.) Ils rappellent en outre que leurs revendications sont convergentes avec les préoccupations de la communauté étudiante concernant leur condition d’études et de vie. Ils votent la grève des enseignements jusqu’à l’Assemblée générale de la coordination nationale des Universités du 2 février (et celle du personnel de l’Université de Paris3, prévue le 3 février) et appellent à une grève illimitée des enseignements à compter du 2 février si les revendications de cette coordination n’étaient pas entendues.
  • Paris 4 : AG des profs a voté la grève.
  • Paris 5 : L’assemblée générale de l’institut de psychologie de Paris 5, réunie aujourd’hui mardi 27 janvier, rassemblant des personnels (EC, C, et BIATOS) et des étudiants (environ 650 personnes) des UFR de Psychologie, Sciences Humaines et Sociales, et IUT, a voté : * Le soutien aux deux motions de la Coordination Nationale des Universités (contre : 3 ; abstention : 10) ; * La grève pour le jeudi 29 (unanimité) ; * La grève pour le lundi 2 février, avec convocation d’une assemblée générale ce jour à 10H45 et l’organisation d’une manifestation l’après-midi. (contre : 8 ; abstentions : 42). 600 en AG ce lundi profs et étudiants. AG étudiante ce mardi.
  • Paris 6 : 400 à Paris 6 dont 3/4 de profs, AG étudiante jeudi avec barrages filtrants, appel à une manif jeudi, UFR de physique en  grève reconductible.
  • Paris 7 : AG lundi 26 janvier : 350 personnes. 200/250 en AG à Paris 7 le 2 février, vote de la grève, les profs de 8 UFR sont en grève. Comité de mobilisation existe avec une cinquantaine d’étudiants impliqués. Le site de Charles 5 a revoté la grève.
  • Paris 8 : Le département de science politique de l’Université Paris 8 décide, jusqu’au retrait total, sans préalable, de ces deux projets : de suspendre la saisie administrative des notes du premier semestre (qui seront néanmoins transmises aux étudiant-e-s) ; de se mettre en grève totale, reconductible et illimitée à compter du 9 février et donc de ne pas assurer la reprise des cours du second semestre. L’UFR « Histoire, Littérature(s), Sociologie, Genre » de Paris 8 a adopté la motion de la coordination des universités du 22 janvier et a décidé à l’unanimité des 87 personnes présentes de se mettre « en grève totale, reconductible et illimitée à partir du 2 février : l’Université s’arrête. » Grève étudiante à partir du 9 février.
  • Paris 9 : AG jeudi 5 à 13h45 Amphi 11 // rétention des notes du 1er semestre // menace de grève administrative (démission des responsabilités collectives) // action demain jeudi auprès des étudiants de Dauphine // grève totale des EC le mardi 10 février // débat O. Beaud (U. Paris 2)/I. This Saint Jean (U. Paris 13, SLR) lundi 9 février 12h30
  • Paris 10 : Examens en ce moment mais profs mobilisés ainsi que les personnels. Appel à paralyser l’université le 29 janvier. Vote de la rétention des notes et de la grève illimitée à partir du 2 février. Réunions par UFR en ce moment ainsi que travail d’information à destination des étudiants pendant les partiels. Rentrée le 9 février : débrayage des profs le matin – volonté de faire une assemblée générale étudiante et/ou enseignante le midi du 9 février après le débrayage des profs.
  • Paris 11 : Assemblée générale des personnel et étudiants d’Orsay du 2 février 2009 (plus de  400 participants)
  • Les étudiants et les personnels de l’Université Paris Sud 11 (UPS11) et ses composantes entrent en grève générale d’une semaine reconductible
  • Paris 12 : Mardi 27 janvier, une Assemblée Générale de 200 étudiants et personnels de Paris 12 a voté la grève à partir du 2 février. Mercredi 4 février Assemblée Générale de 12h à 13h.
  • Paris 13 : département de littérature de Paris 13 a voté la grève illimitée à partir du 2 février. L’AG de l’IUT de Villetaneuse appelle à la grève et la suspension du second semestre.
  • VSQ :
  • Cergy :
  • IEP :
  • Evry :
  • Marne la vallée : L’AG de l’UFR de Langues de l’Université Paris Est – Marne-La-Vallée a voté la grève totale, reconductible et illimitée à compter du 2 février 2009.

Bonjour tout le monde !

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.