Pétition de soutien à Guillaume Cingal, enseignant-chercheur de Tours victime de répression policière.

A l’attention de : M. le Procureur de la République de Tours ; M. le Président de l’Université François-Rabelais

Pétition de soutien à Guillaume Cingal, enseignant-chercheur de Tours victime de répression policière et injustement poursuivi

Le 31 mars 2009, Guillaume Cingal, directeur du département d’anglais à l’Université de Tours, avait organisé avec une collègue la proclamation solennelle des démissions de 75 universitaires de leurs responsabilités administratives et pédagogiques. Cette cérémonie, qui s’est déroulée sur le parvis des facultés de Lettres & Langues et d’Arts & Sciences humaines (site dit « Tanneurs ») en présence des médias, a été suivie d’une remise officielle de la liste des démissionnaires à la Présidence, puis d’une « Ronde des Pitoyables » sur la place Anatole-France. Un incident ayant éclaté entre les policiers et un SDF lors de cette ronde, Guillaume Cingal s’est approché de l’attroupement et a cherché à prendre des photos ; dans la confusion, il a été frappé au ventre par le policier qui avait contrôlé son identité sous prétexte que chercher à prendre une photographie était un acte répréhensible.
Victime d’un malaise, il a été transporté aux urgences, mais à sa sortie de la clinique l’attendait un fourgon de policiers qui lui ont proposé de l’emmener au Commissariat pour porter plainte. Une fois là-bas, il a été mis en garde à vue pour « rébellion, outrage et violence sur policier ». A sa sortie de garde à vue, l’affaire n’a pas été classée sans suite. Les nombreux témoignages rassemblés par Guillaume Cingal corroborent tous l’absence totale de tout lien entre ces accusations et la réalité des faits.

L’enquête est en cours, et Guillaume Cingal a rassemblé, avec ses avocates, de nombreux témoignages prouvant la vacuité des accusations initialement portées contre lui. Il encourt, si l’affaire est portée devant le Tribunal Correctionnel, jusqu’à 3 ans de prison ferme, et une destitution de la fonction publique.

Malgré les témoignages de sympathie fournis par de nombreux collègues de son université et d’autres établissements dans toute la France, le C.A. de l’Université de Tours n’a pas voté de motion de soutien, et a refusé toute forme d’assistance juridique, au motif que l’enseignant-chercheur n’était pas alors dans l’exercice de ses fonctions.

Nous soussignés demandons l’abandon des répressions policières de mouvements de protestation pacifiques, l’abandon des poursuites judiciaires contre Guillaume Cingal, ainsi que le soutien actif de l’Université François-Rabelais à l’enseignant-chercheur.

Une pétition a été lancée.

Motions de l’AG de Tours : poursuite de la grève et blocage

Des infos de l’AG de Tours.

*****************************
Motions de l’AG du 5 mai 2009 de l’université de Tours

Motion concernant la répression
L’AG unitaire intersites de l’université de Tours réunie ce mardi 5 mai condamne les violences policières et la répression qui se sont multipliées à Tours comme partout en France ces dernières semaines.
Elle exprime son soutien envers Franck Labrasca convoqué pour audition au commissariat de Tours et appelle à un rassemblement en signe de protestation et de solidarité envers notre collègue le mercredi 6 mai à 15h devant le commissariat.
Motion votée à l’unanimité moins 3 abstentions

Motion concernant les examens
L’AG unitaire intersites de l’université de Tours réunie ce mardi 5 mai, constatant les grandes inégalités de situations entre sites, entre filières et entre étudiants, considère que les examens ne peuvent se tenir en l’état actuel, et déplore que certaines filières en organisent cependant. Elle remet à la prochaine AG (mardi 12 mai) la prise de décision précise à ce sujet (neutralisation, banalisation, validation automatique du semestre) et invite les personnels à venir nombreux pour en débattre.
Motion votée à la majorité, 2 voix contre, 1 abstention, 5 NPPPV

Autre informations
La poursuite de la grève a été votée à l’unanimité (moins 1 abstention et 1 NPPPV), jusqu’à la prochaine AG qui se tiendra le mardi 12 mai.

Blocage

Le lundi 4 mai, après la pause de printemps, une AG a rassemblé entre 700 et 800 étudiants. Le blocage a été revoté, pour empêcher la tenue des examens.
Le président de l’université avait envoyé un message à tous le 30/05 : « Une « assemblée générale » est prévue lundi 4 mai à 16h. Pour ne pas gêner celle-ci et pour permettre à tous ceux qui le souhaitent d’y participer afin de s’exprimer, il n’y aura pas de cours à partir de 16h. Je rappelle que je suis toujours opposé au blocage. Je reste ouvert pour discuter de modalités d’action qui permettent aux étudiants de suivre une formation de qualité. » Le but était donc clairement d’obtenir un vote majoritaire contre le blocage. Ceci ayant échoué, il a fait débloquer le site par  et a renvoyé ce message le 5 mai :

« A l’attention des étudiants et des personnels des UFR Arts et sciences humaines et Lettres et langues,
Le site des Tanneurs a été rouvert hier et les cours ont eu lieu toute la journée.
Le blocage du site a été revoté hier en « assemblée générale » à une très courte majorité. A la suite de ce vote, des étudiants ont placé quelques tables et chaises devant certaines entrées du site.
Ce matin, nous avons procédé au déblocage et les cours se tiennent. En cas de nouvelle tentative de blocage, l’administration procèdera systématiquement à la remise en l’état du site.
J’appelle donc tous les étudiants, enseignants et enseignants-chercheurs à être présents sur le site afin de rattraper les enseignements.
Je rappelle aussi qu’il n’y aura aucune validation automatique des diplômes. Il est donc impératif de rattraper les enseignements pour que les examens puissent se tenir.
Si la situation devait se dégrader, les enseignements auraient lieu sur d’autres sites selon un emploi du temps que vous pourrez consulter sur votre environnement numérique de travail (ENT).
Loïc Vaillant »

RCE

Le CA doit voter le 11 mai le passage aux compétences élargies (RCE) ; ceci n’a fait l’objet d’aucune information ou consultation des personnels et étudiants, alors même que le Pdt de l’université s’était engagé à ce que cela soit fait avant le vote. L’AG a décidé de lui adresser un courrier pour lui rappeler ses engagements et demander le report de ce vote.

Information sur les pressions et dérives totalitaires à l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Tours.

Information sur les pressions et dérives totalitaires à l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Tours.

Le département d’anglais de l’UFR Lettres et Langues de l’université de Tours a récemment procédé à une consultation électronique de ses enseignants sur la question de la validation du semestre en cours. La décision retenue majoritairement et donc préconisée par le département est celle de la validation du S2 à 10 minimum (avec bénéfice des notes au-dessus de 10 au premier semestre gardé pour le second). Le résultat de cette consultation électronique a été dûment transmis au Doyen de l’UFR et adressé quelques jours plus tard aux étudiants.

Le Doyen, qui, comme le président de l’université, ignore la très grande majorité des messages qui lui sont envoyés par les collègues mobilisés depuis des mois, et qui n’avait pas jugé bon de réagir au résultat de ce vote, a en revanche écrit à nos étudiants pour nous désavouer, indiquant que l’initiative du directeur du département d’anglais était « inopportune » et qu’elle aurait été prise sans concertation avec les instances dirigeantes de l’université. Enfin, le même jour, le directeur du département a constaté qu’il n’avait plus la possibilité technique d’envoyer des messages aux étudiants de L1, L2 et L3 et qu’il ne serait donc plus « modérateur » des listes électroniques des étudiants du département qu’il dirige.

Ces manoeuvres sont extrêmement graves. Il se trouve que le directeur du département d’anglais n’est autre que M. Cingal, blessé par les forces de l’ordre et retenu en garde à vue à la suite d’une manifestation à Tours le 31 mars dernier. On constate donc qu’au lieu de lui apporter son soutien, l’administration de l’université — qui lui refuse l’aide juridique de l’université –  1) essaie de lui faire porter seul la responsabilité d’une décision collective du département; 2) cherche à le désavouer auprès des étudiants; 3) lui ôte la possibilité d’exercer sa fonction élective puisqu’il ne peut même plus communiquer avec les étudiants de L. En outre, le refus du Doyen de répondre aux divers courriers qui lui ont été adressés par M. Cingal et son obstination à mettre en place un nouveau calendrier de rattrapage des cours pour permettre la validation des examens, contre notre recommandation, témoignent de son mépris le plus absolu pour les positions adoptées majoritairement au sein du département d’anglais.

Une lettre signée collectivement a été adressée au Doyen, soulignant notamment notre inquiétude, notre solidarité totale envers le directeur du département, notre condamnation très ferme des démarches effectuées pour le discréditer ou l’empêcher de faire normalement son travail et notre crainte que de tels agissements ne divisent la communauté de notre université et ne crée un climat de suspicion et de méfiance qui rendrait la rentrée prochaine extrêmement difficile.

Démissions et violences policières à Tours

« Bonjour,
Cet après-midi, après la remise des démissions des responsabilités administratives des enseignants-chercheurs de l’université François Rabelais à Tours, une ronde réunissant enseignants et étudiants a eu lieu sur le rond-point principal près de la fac, carrefour de passage à 16h a été brisé avec violence par la police nationale et la BAC conduisant à l’arrestation d’un sympathisant du mouvement. La majorité des gens mobilisés durant la remise de démission n’étaient pas encore arrivés quand la police a usé de gaz lacrymo, a frappé des enseignants et des étudiants présents sur les lieux.
Un enseignant s’est retrouvé à l’hôpital suite à un coup porté au ventre.
On en attend des nouvelles mais la répression qui n’avait pas encore frappé sur Tours et en marche.
Amélie (étudiante et militante à Tours) »

Actu : Tours en grève (5 Février)

l’AG des enseignants réunie aujourd’hui, 5/02/2009, a voté à l’unanimité la poursuite de la grève jusqu’au 11/02/2009 au soir.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.