Démissions et violences policières à Tours

"Bonjour,
Cet après-midi, après la remise des démissions des responsabilités administratives des enseignants-chercheurs de l’université François Rabelais à Tours, une ronde réunissant enseignants et étudiants a eu lieu sur le rond-point principal près de la fac, carrefour de passage à 16h a été brisé avec violence par la police nationale et la BAC conduisant à l’arrestation d’un sympathisant du mouvement. La majorité des gens mobilisés durant la remise de démission n’étaient pas encore arrivés quand la police a usé de gaz lacrymo, a frappé des enseignants et des étudiants présents sur les lieux.
Un enseignant s’est retrouvé à l’hôpital suite à un coup porté au ventre.
On en attend des nouvelles mais la répression qui n’avait pas encore frappé sur Tours et en marche.
Amélie (étudiante et militante à Tours)"

About these ads

4 Réponses

  1. Il faut tout de même souligner que la police municipale de la ville de Tours a été remarquable cet après-midi. En effet, des qu’ils sont arrivés sur les lieux (malheureusement apres l’interpellation musclée de notre sympathisant et le gazage aux lacrymo), les policiers de la police municipale ont appelé les pompiers et se sont inquiétés de la santé des étudiants et professeurs, gazés a la bombe par la police nationale, pour certains à moins de 50 cm du visage.
    Alors au milieu de ce chaos, je voulais dire merci a la police municipale de Tours.
    Je tiens également à ajouter que la police nationale a démarré en trombe au milieu de la foule, fonçant droit sur les étudiants qui étaient présents. Certains se sont fait rouler sur les pieds, d’autres ont été heurté par la voiture au niveau des genoux.
    Que deux policiers de la police nationale agisse de la sorte, je trouve ça totalement inadmissible !
    Cette affaire n’est pas terminée, le professeur qui a été frappé à l’abdomen par un de ces deux policiers et qui a été évacué vers les urgences par les pompiers devrait très prochainement être convoqués au commissariat, son identité ayant été relevée par le policier qui l’a frappé.

  2. Apparement, le professeur était attendu à la sortie de l’hôpital par les policiers et a été emmené en garde à vue.
    Source:

    http://www.fabula.org/actualites/article30262.php

  3. Je confirme cette information. Le professeur était bien attendu a la sortie de l’hôpital, il a été placé en garde a vu. Des étudiants, des professeurs et autres personnels (environ 250 personnes d’après la Nouvelle République) se sont alors rassemblées devant le commissariat.
    Le professeur a été relâché vers 22h40, mais les torts retenus contre lui sont maintenues.

  4. on est fini si on agit pas trés vite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: