Communiqué de presse SNESUP (21 février)

A Mesdames et Messieurs les Journalistes
AMPLIFIER L’EMBARRAS DU POUVOIR, CONFORTER NOS REVENDICATIONS

Le gouvernement comme le président de la République manoeuvrent aujourd’hui en recul, sous la pression des luttes, sur nombre de questions sociales notamment à la Guadeloupe.
Dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche, où les textes et dispositifs contestés ont engendré une crise sans précédent, des déclarations  (V. Pecresse, des parlementaires UMP,…), démontrent l’impact indéniable des revendications portées par la grève et par les puissantes manifestations des 5, 10 et 19 février. La « charte de bonne conduite » censée accompagner le décret contesté n’est plus de mise, la « médiation » chargée de retravailler le projet de décret modifiant le statut des EC n’est, dans le mandat  que lui a donné la ministre, qu’un simulacre récusé par les  collègues et les organisations engagés dans la lutte. L’embarras croissant d’un pouvoir affaibli (il fait publier le maigre  soutien à la ministre de seuls 75 universitaires !), se refusant à officialiser le retrait du projet de décret statutaire, comme de la  réforme de la formation des enseignants et à annuler les suppressions d’emplois est à porter au crédit de notre détermination.
Aujourd’hui s’annonce l’écriture d’un nouveau texte de décret dont rien n’indique qu’il pourrait s’affranchir des principes à l’œuvre dans les versions précédentes, principes  réprouvés par la très grande majorité de la communauté universitaire. Cette annonce n’est pas exempte de manœuvres en particulier parce qu’elle ignore les autres revendications. Le rétablissement des postes supprimés au budget 2009 s’impose ; une revitalisation des organismes de recherche, de leurs missions, est elle aussi indispensable et passe par des changements nets du gouvernement dans ses orientations. En matière de formation des enseignants, le mépris persistant affiché par Xavier Darcos, qui continue de faire croire qu’il conviendrait seulement d’améliorer la pédagogie de ses intentions, appelle la poursuite du blocage des maquettes et des convergences dans les luttes avec les enseignants du premier et du second degré.
Quant au décret statutaire, il s’agit d’abord, de faire reconnaître au gouvernement les principes et garanties que nous voulons voir reconnus : liberté scientifique, respect des champs disciplinaires, rôle de gestion des carrières par le CNU conforté par un mode de désignation très largement électif, détermination claire d’un maximum de 150 h de service d’enseignement, prise en compte de l’ensemble des activités pédagogiques, des taches collectives et de  la recherche, refus des pleins pouvoirs accordés aux présidents en matière de promotions, de congés scientifiques et de services, refus de la logique des primes.
Ce sont bien ces valeurs et ces principes que le SNESUP entend porter, en lien avec les organisations et collectifs qui s’y retrouvent. C’est sur de telles bases que le SNESUP mesurera toutes les avancées. En convergence avec la coordination des universités et l’Intersyndicale, le SNESUP entend continuer à peser dès les prochains jours pour faire entendre et aboutir toutes les revendications. En ce sens il appelle à poursuivre et enraciner la mobilisation pour assurer le succès des initiatives unitaires prévues les semaines prochaines.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: